Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Tous les témoignages

Tous les témoignages

  • Retour sur le premier Noël de Geneviève avec les petits frères des Pauvres

    ''Ils sont formidables !''

    Le 22/12/2016
    Geneviève vit seule à Marseille. Elle a connu l’an passé son premier Noël avec les petits frères des Pauvres. Deux bénévoles sont venues lui tenir compagnie le 24 décembre au soir. Un très bon souvenir.

    Cette visite n’était pas impromptue, n’en reste pas moins que lorsque Michèle et Julie ont frappé à la porte de son appartement situé dans le 4e arrondissement de Marseille, Geneviève, 65 ans, fut ravie. Accompagnée depuis 2012 par l’association, elle est divorcée, ses deux enfants vivent respectivement à Saint-Étienne dans la Loire et à Lançon-Provence au nord-ouest de la Cité Phocéenne. « Je les vois de temps en temps », précise-t-elle. Son frère et sa soeur ne sont pas non plus sur place, lui à Boston aux États-Unis, elle à Carpentras dans le Vaucluse.

    La venue des deux bénévoles amène donc un peu de chaleur en ce soir de réveillon. D’autant plus qu’elles ne sont pas venues les mains vides. « Elles m’ont apporté un colis rempli de plein de bonnes choses à manger et à boire. Nous avons d’ailleurs partagé une petite bouteille de champagne pour l’apéritif. Nous avons discuté de leur engagement chez les petits frères des Pauvres, des activités proposées, des vacances… », raconte Geneviève, avec un léger accent du sud.

    « Un cadeau très utile »

    Un peu timide, elle poursuit avec un beau sourire dans sa voix douce : « Michèle et Julie m’ont également offert un cadeau : un petit chauffage électrique pour ma salle de bains. L’appartement est chauffé par le sol, mais parfois j’ai froid quand je fais ma toilette. Ce radiateur fonctionne toujours très bien, il est vraiment très utile. »

    Depuis ce moment « très sympathique, convivial », Geneviève a recroisé Michèle une fois, Julie, beaucoup plus souvent : « Je la rencontre régulièrement quand je me rends au siège de la Fraternité de Marseille, rue de Provence, pas loin d’ici. J’y vais pour participer, avec d’autres personnes âgées, aux ateliers d’écriture, de dessin… Aux beaux jours, je vais aussi fréquemment au Manier, une maison de campagne de l’association dans le 12e arrondissement. Là-bas, il y a notamment le « Bar à Thym » qui nous permet de nous retrouver dans une ambiance très détendue dans un grand jardin. »

    Pour ce Noël 2016, Geneviève espère bien avoir une nouvelle belle visite. « Opérée deux fois à coeur ouvert en 2003 et 2005, j’ai un pacemaker. J’ai eu une autre grosse opération en 2012. Je me fatigue assez vite. Je fais des activités mais j’aime bien aussi être chez moi, pour me reposer. Un réveillon collectif ne serait pas une bonne idée », confie-t-elle. Avant justement de la laisser souffler, elle tient à ajouter une dernière chose, une sorte de cadeau de sa part aux bénévoles : « Je les remercie vraiment tous, ils sont formidables ! Ils donnent tellement de leur temps. »

    pfPinfos - décembre 2016 - propos recueillis par Vincent Mourier

  • Brigitte, briseuse de solitude

    Le 21/12/2016
    C’est Noël et la semaine spéciale Bénévoles de Femmes de Paname continue. Aujourd’hui, Pia Clemens vous ouvre le cœur de Brigitte, bénévole des petits frères des Pauvres qui rend visite aux personnes âgées isolées de Levallois depuis bientôt 20 ans.

    Elle qui travaillait dans la finance a tâtonné quelques années avant de trouver « son » bénévolat. Mais après avoir distribué des repas aux SDF avec les Sœurs de Mère Theresa et trié des médicaments pour l’Ordre de Malte, elle a fini par trouver sa place chez les Petits Frères des Pauvres. Déjà presque 20 ans qu’elle visite les personnes âgées isolées de Levallois, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne s’est pas lassée ! Rencontre avec une femme à l’énergie et au sourire communicatifs.

    Vous aussi, vous avez envie d’échanger des mots doux et des souvenirs avec une personne âgée isolée de votre quartier ? Foncez sur le site de l’association, petitsfreresdespauvres.fr/benevolat. A Levallois, Brigitte vous attend les bras ouverts !

    Pia Clemens - France Bleu Paris Région - 20 décembre 2016

  • Bénévole, Sandrine a organisé un Noël au sein de sa famille

    c'est Hervé, une personne âgée handicapée qui n’était pas sortie de l’hôpital depuis plus de dix ans qu'elle a invitée

    Le 13/12/2016
    Ce que je retiens de cette journée...

    Le sourire d’Hervé. Il y a si longtemps qu’il n’avait pas vécu un vrai Noël en famille ! D’ailleurs, Hervé parle encore de cette journée. Et il est impatient de revenir chez nous pour ce Noël. Nous aussi d’ailleurs, car le bonheur d’Hervé est communicatif.
    Il nous donne autant qu’on lui apporte…

    En savoir plus : /nos-actions/noel.html
  • ''Ce qui nous tient en vie''

    Lorsque les bénévoles apportent un coffret-repas de Noël

    Le 28/11/2016
    Paris, XIVe arrondissement, métro Plaisance, rue d'Alésia.
    C'est mon dernier colis. J'ai 35 ans, je suis salarié dans l'informatique. Ce 24 décembre 2009, j'ai quatre jours de congé devant moi, mais ce n'est pas assez pour rentrer voir ma famille à Nantes.

    J'ai donc décidé de me rendre utile. Pour la première fois, je distribue des cadeaux à domicile aux personnes âgées qui ne peuvent ou ne veulent pas se déplacer au réveillon des petits frères des Pauvres.

    Je sonne. Une dame âgée, très élégante, m'accueille sur le seuil de sa porte. Visiblement assez aisée, elle m'invite à entrer. Je découvre un appartement coquet. Elle me propose un café. Elle est «généalogiste archiviste» depuis son passage à la retraite. Une chose est sûre : elle n'est pas pauvre.

    Il faut comprendre une subtilité : l'association Les petits frères des Pauvres porte un nom qui peut prêter à confusion, c'est l'exclusion que l'on y combat, pas la pauvreté.

    Malheureusement, les deux vont souvent de pair. Mais, même lorsque les murailles de la solitude sont dorées, elles restent des murailles. Gisèle a eu de très beaux enfants mais ils sont absents ce soir. À mon arrivée, elle leur écrivait des messages sur son ordinateur en compagnie de son chat Gontran.

    « Vous êtes un ange monsieur, me dit-elle.
    — Je ne crois pas, si vous saviez... »
    Elle insiste : « Si ! Je peux très bien m'offrir tout ce que vous m'avez apporté dans ce panier, mais une petite flamme de présence humaine offerte avec désintéressement est le plus beau cadeau de Noël que je puisse recevoir. »
    Je hasarde une question : « Et votre famille?
    — Elle viendra me voir dans quelques jours, mais savoir qu'un inconnu vient me rendre visite ce soir, précisément, rend ce réveillon magique.
    — Il faut bien sourire à son prochain de temps en temps !
    Elle reprend son souffle et se lance :
    — Exactement ! Et c'est cette humanité, cet amour simple et pur, qui me tient en vie ! »

    Ce soir-là, je compris que la clé de la survie d'une existence heureuse et sereine ne réside pas dans le montant qu'affiche notre compte en banque ou la taille de notre appartement, mais bien plus dans la tendresse que nous nous portons les uns aux autres, et que nous recevons parfois de simples inconnus. L'amour est indispensable à notre survie. « Des fleurs avant le pain » est d'ailleurs la devise des petits frères des Pauvres.

    Envoyé par Gaël Sorin au Reader's Digest - 1 décembre 2016

    En savoir plus : /nos-actions/noel.html
  • ''Je voulais aider les gens, faire quelque chose d'utile''

    Marthe, 19 ans, bénévole pour les petits frères des Pauvres

    Le 28/11/2016
    Marthe est engagée dans l'association. Elle nous explique pourquoi, et ce que cela lui a apporté.

    • Utile.

    «À 16 ans, j'ai cherché une association dans laquelle m'engager vraiment. Je voulais aider les gens, faire quelque chose d'utile. Lors d'un forum des associations, des bénévoles des petits frères des Pauvres m'ont abordée. Je leur ai dit que j'étais mineure, donc trop jeune pour les rejoindre, et ils m'ont répondu que je pouvais tout de même m'engager auprès d'eux. Très vite, j'ai participé à une première réunion.»

    • Implication.

    «Au début, je suis allée voir régulièrement une dame âgée, en binôme avec un autre bénévole. Maintenant que je suis majeure, je vais voir seule deux dames âgées. Je passe du temps avec elles, on discute... C'est la partie la plus importante de mon implication, et ce qui compte le plus pour moi. J'envoie aussi des cartes aux personnes âgées, pour leur anniversaire par exemple, je participe à des sorties avec elles... Et depuis un mois, je suis secrétaire de l'équipe d'Orléans.»

    • Réflexion.

    « Mon expérience m'a apportée des compétences variées : savoir faire un compte rendu, organiser un événement... C'est pour cette raison qu'un engagement bénévole fait toujours bien sur un CV. Mais cela m'a aussi apporté des choses moins matérielles. Pour commencer, j'ai l'impression d'être utile. Mon engagement m'a aussi fourni des éléments pour réfléchir sur les notions de "jeune" et de "vieux". Je me suis rendue compte que définir quelqu'un selon son âge n'a pas beaucoup de sens. Nous sommes avant tout des personnes. Sans les autres bénévoles de l'association, vieux ou plus jeunes, je ne serais pas la même aujourd'hui. Ils m'ont beaucoup appris. Et je crois recevoir plus des petites mamies que je ne leur donne. »

    L'Actu - 17 novembre 2016

  • Merci à vous les visiteurs porteurs des petits bonheurs...

    Lettre aux bénévoles dans leurs habits des Don Quichotte de l’espoir auprès de nous, les détenus hospitalisés

    Le 09/11/2016
    Témoignage de Jacqueline, personne accompagnée à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes.

    Depuis 18 mois, je suis hospitalisée dans plusieurs hôpitaux pour de multiples fractures du fémur, des infections, non consolidations et deux greffes osseuses.

    Je me souviens des premières visites des petits frères des Pauvres. Vous êtes pour moi les petits frères de tous. Je vous devine dans le sas de sécurité. Vous déposez vos clefs et votre sac rempli de vos soucis et de vos tracas dans la consigne. Puis vous vous redressez dans vos habits de Don Quichotte de l’espoir, prêts à arpenter les longs couloirs, franchir tous les obstacles pour arriver jusqu’à nous, les visités.

    A chaque visite, nous parlons de mes chagrins, de mes joies, mes incertitudes, de l’objet de mes sources d’humour parfois caustiques, de tout et de rien. Quand je dis « nous parlons » mais c’est surtout moi qui suis l’orateur et vous l’auditeur. Vous m’écoutez sans jamais paraître désabusés, agacés, fatigués, las de mes verbiages. Que c’est bon d’avoir une, non, deux oreilles attentives qui vous entendent.

    Et les visiteurs répondent toujours gentiment à mes questions curieuses. J’aime vous imaginer dans vos vies, votre quotidien, votre environnement. Où partez-vous en vacances, quels sont vos goûts, vos loisirs, votre violon d’Ingres ? Et comment se passent les répétitions du groupe de Gospel, Quand et où aura lieu le méga concert ? J’y pense fort. Ce jour-là, je quitte mon corps immobilisé sur ce lit d’hôpital. Je suis la petite souris qui court partout, ouvre grand ses yeux, quel succès !

    Merci à vous les visiteurs porteurs des petits bonheurs pour nous les détenus hospitalisés. Par vous, je redeviens une personne. J’abandonne cet horrible numéro qui me suit partout, toujours… Je suis de nouveau Madame. J’ai réapprovisionné mon nom, réintégré mon individualité.

    Votre éphémère visite, ô combien attendue, me laisse une bonne dose de bonté, d’écoute, de considération, de gentillesse, d’amitié. En nous quittant, avec votre dernière poignée de mains, vous n’oubliez jamais de nous laisser un bouquet de sourires qui éblouira nos moments de lassitude, de déprime jusqu’à la future visite, la prochaine poignée de mains. A bientôt visiteurs de petits frères de tous.

    Jacqueline

    Je ne sais pas m’arrêter… Déjà que je vous « barbe » assez quand je parle si je m’y mets aussi par écrit !!! Pourtant j’aurais encore tant d’autres choses à vous rappeler… tant de gentillesses dont j’aimerais témoigner. Soyez sûr que si je peux un jour écrire mes mémoires, vous y figurerez. Sur vous, j’ai tant de choses à raconter. Merci à vous du fond de mon lit, du fond de mes souvenirs, du fond du coeur.

    Les Dons Quichottes de l'Espoir

    Cette lettre est extraite du livre « Les Don Quichotte de l‘espoir » collection Essais et société aux éditions Glyphe à Paris.
    Vous pourrez y retrouver d'autres témoignages forts décrivant des ressentis, des émotions, des peurs ; des espoirs qui évoquent aussi la culpabilité, la séparation, les angoisses, la solitude, la peur de la mort, l’épreuve de la fin de vie loin des siens…
    D’une indifférence redoutée à une reconnaissance espérée, les détenus ressentent un bienfait direct de ce « prendre soin citoyen », donné par une formidable équipe de bénévoles.

    En savoir plus : /nos-actions/accompagner-des-personnes/personnes-detenues-vieillissantes,-gravement-malades-ou-en-fin-de-vie.html
  • Séjour de vacances et vie de château à Morainvilliers

    Le 25/10/2016
    Et nous voilà partis pour 9 jours de détente, repos, balades, visites, rires et chansons.

    Morainvilliers ! Vie de château pour les 6 personnes âgées accompagnées et les 7 bénévoles. Un petit paradis ! Et le beau temps en plus !

    Arrivés en minibus: 6 de Montargis et 7 de Bourges le mercredi 21 septembre.

    Tout va bien : chacun découvre les lieux, le parc, la maison avec ses grandes pièces et bien sûr sa chambre. Qu'est-ce qu'on est bien. Tous ont le sourire, le séjour sera agréable.
    Vient l'heure des visites : Versailles, son petit et grand trianon, sans oublier ses jardins. Élancourt et sa France miniature, une petite merveille. Giverny,  jardins et maison de Monnet, attention au déambulateur et fauteuil roulant... l'eau n'est pas loin.
    Il y a aussi les soirées : loto, danse, animation, même les Vamps sont venues nous rejoindre. Que de bons moments !
    Au bateau restaurant, un menu copieux nous attend en bord de Seine à Mantes la Jolie.

    Le 30 septembre, c'est le retour.
    Que de souvenirs, que d'anecdotes ! Tout cela dans les valises et surtout dans les cœurs.
    Merci les petits frères. Merci Brigitte, notre responsable séjour.

    Béatrice, bénévole de Montargis

  • ''Son visage est reposé, elle est bien coiffée avec ses beaux cheveux gris argentés.''

    L'importance d'une visite en milieu hospitalier

    Le 19/10/2016
    Après leurs visites, les bénévoles d'accompagnement ont l’habitude de croiser leur regard. Ils permettent de mieux comprendre la personne âgée mais aussi d'être alerté par des situations si besoin et d'agir le plus justement possible. Parce que l'accompagnement chez les petits frères des Pauvres, c'est toujours en équipe ! Focus sur l'un d'eux...

    J'ai rendu visite à Mme N. mardi.
    Elle a beaucoup changé depuis l'AVC qu'elle a fait en mai dernier.
    Elle est le plus souvent allongée, presque entièrement paralysée. Elle ne peut plus parler. Elle ne ressent pas la douleur et a un protocole de soins palliatifs si nécessaire.
    Elle somnolait quand je suis arrivée. Mais en lui parlant, elle a rapidement ouvert les yeux. Son visage est reposé, elle est bien coiffée avec ses beaux cheveux gris argentés. Ses yeux étaient réceptifs à mes propos et elle était attentive à ce que je lui disais.
    J'ai vraiment apprécié ce moment, il me semble que Mme N. également.
    Je retournerai la voir souvent.

    A., bénévole

  • Tous en vacances à Jully-lès-Buxy

    Récit de Jean-Pierre, bénévole

    Le 05/10/2016
    Une grosse semaine pour changer d'air et voir autre chose. C'est ce que propose à plusieurs milliers de retraités les petits frères des Pauvres chaque année.

    Le quotidien Aujourd'hui en France du 23 juillet 2013 avait suivi un groupe de résidents en vacances au château de Jully-lès-Buxy :

    A Jully-lès-Buxy, près de Chalon-sur-Saône, le château, propriété de l'association caritative, accueille des seniors tout au long de l'été. « J'ai tout aimé, dit, tout sourire Gilberte 80 ans. On était dans un beau château, les bénévoles qui nous accompagnaient étaient gentils. J'ai passé de vraies bonnes vacances. Je suis veuve et j'ai eu sept enfants, et on n'avait pas l'occasion ni les moyens de partir. Grâce aux petits frères des Pauvres, je suis déjà allée à Cabourg et à Bormes-les-Mimosas. » -

    Qu’y a-t-il de changé en ce mois de juin 2016 ?

    "Nos vieux amis de la vallée de l’Essonne viennent aussi à Jully et les bénévoles présents sont toujours enthousiastes de les accompagner pour une petite quinzaine dans cette belle région de France.

    C’est la troisième fois que nous y venons et croyez moi, il y a toujours quelque chose de nouveau à visiter, à partager ou à déguster grâce à la bonne cuisine bourguignonne de Christiane.

    Cette année la ville de Chalon-sur-Saône, l’abbaye de Cluny datant du 11ème siècle, les hospices de Beaune fondés en 1443 par Nicolas Rolin ont encore ravi nos vacanciers.

    Et pour innover nous avons visité la maison forte de Bissy-sur-Fley datant de 1350 où nous retrouvons, au beau milieu de ces veilles pierres, la trace d’un des poètes de la Pléiade : Pontus de Tyard.

    Puis, place au plus vieux marché de France inauguré en 1269, grâce à une charte de franchise accordée par le seigneur de Sainte Croix, à la cité de Louhans. Les premières arcades datent de cette époque. Mais ce sont bien les petites tenues légères et chemisettes de nuits fleuries d’été qui ont le plus retenu l’attention de nos dames de compagnie. Décorées de mille palettes de pensées pour s’endormir, d’une panoplie de myosotis pour mieux rêver et pour traverser la nuit jusqu’au petit matin des lits de roses tendrement parfumées. Lors de la visite du marché il n’y avait pas que le soleil qui brillait. Non ! non ! Face aux plus beaux chiffons, hommes et femmes ne sont pas encore à égalité.

    Quand il fait trop chaud nous pouvons organiser un loto avec ses nombreux lots. Nous pouvons fêter un anniversaire, presque à trois chiffres, et offrir de petits cadeaux. Plus culturel, suivre une présentation d‘arboriculture forestière dans le parc du château. Tous attentionnés, à l’écoute : silence ça pousse à l’ombre de la canopée. Ou alors visiter les mines profondes de Montceau-les-Mines à l’abri des chaudes après-midi. Tandis que d’autres s’expriment, à leur manière, au bar du coin.

    En fin de séjour nous passerons par Tournus. C’est une ancienne garnison romaine qui devient un centre religieux important grâce à l'influence de l’abbaye Saint Philibert, chef-d'œuvre de l’art roman. La beauté et la fraîcheur de la crypte et de l’ancien monastère ont ravivé en nous l’intérêt du lieu.

    Visites ?  Visites la journée et les soirées ? Euro 2016. Vous ne me croirez sans doute pas mais tous les soirs un match au moins nous a réunis au coup de sifflet arbitral. Quelle ambiance au salon ! Soulevés de nos fauteuils au vu des olas dans le stade et réjouis avec des buts marqués dans le camp...  adéquat. Le côté belote a été plus discret, plus calme mais tout aussi disputé.

    Dans ce cas, seul compte le résultat. Et le résultat, pouvons-nous le dire ? Nous avons eu de bonnes vacances à Jully-les-Buxy.

    Et vivement 2017 !"

    Jean-Pierre, bénévole

    Vous souhaitez vous engager bénévolement et accompagner des personnes âgées isolées en séjour vacances ?

    Contactez vite notre équipe de la Vallée de l'Essonne au 01.69.90.37.13 ou petitsfreres.valessonne@orange.fr

  • Les bons souvenirs de l'équipe de Tours

    Le 27/09/2016
    Les vacances se terminent et arrive le moment où l'équipe de Tours reprend ses activités. C'est ainsi que le 6 septembre, 3 personnes accompagnées, Gilberte, Fernande et Marguerite se sont retrouvées au local des petits frères, entourées de quatre bénévoles, Anne-Marie, Marie Christine, Mondane et Roger pour fêter leur anniversaire.

    Un petit mot envoyé par Arlette qui n’a pu se déplacer est lu : « Bonjour les petits frères, je vous remercie pour mon anniversaire, c’est bien la 1ère fois que l’on me le souhaite, cela m’a fait très chaud au cœur. Merci encore à tous et à bientôt. »

    Autour d'un très bon repas, confectionné par les bénévoles dans la petite cuisine attenante, la discussion était très animée, entrecoupée des histoires drôles et parfois coquines de Gilberte. Marguerite et Fernande étaient plutôt dans le registre des souvenirs : une année de plus invite à regarder en arrière…

    Toutes trois ont soufflé avec beaucoup d'énergie leurs bougies avant de déguster le gâteau d'anniversaire et apprécier le Vouvray pétillant, Touraine oblige !

    Avant de quitter cette ambiance si familiale, chacune a ouvert ses cadeaux: Gilberte, ses romans d'amours qu'elle adore, Marguerite, parfum et foulard et Fernande, des produits de beauté.

    Anne-Marie et Mondane, bénévoles

    Envie de rejoindre l'équipe de bénévoles de Tours ?

    N'hésitez pas à à nous contacter.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres