Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Tous les témoignages

Tous les témoignages

  • Projet photo avec les résidents de la pension de famille ''la Chine''

    Les « Chinois » ont investi durant quelques jours la belle maison de vacances des petits frères des Pauvres, Maris Stella, située à Wissant. Jérôme Cotton, photographe, s’est joint à l’aventure pour entamer un travail au long cours, une série de différents tableaux sur les résidents de « la Chine ». Maris Stella sera donc son point d’ancrage. Françoise, André, Chabane, Claude, Daniel, Jeannot, Jean, Patrick et Vincent, résidents de « la Chine », l’ont littéralement recueilli. Une histoire est née.

    "Voici le premier témoignage d’une longue série.
    Des nuques, des épaules pour abattre les murs et gommer les frontières. Qui accompagne qui ?
    Un grand merci à Véronique, Loïc & Tony, salariés de la maison de vacances Maris Stella, pour leur gentillesse et leur bonne humeur.
    "

    Aleks Wasieczko, responsable de la pension de famille «la Chine».

    Témoignage du photographe Jérôme Cotton : 

    J’ai rencontré quelques uns de nos grands frères à Wissant, sur les plages de la mer du Nord, grâce à Aleks, de l’association « Les petits frères des pauvres ». Personnellement, j’avais besoin de me reconnecter avec un projet photographique qui a humainement du sens : un portrait de société, des gueules cassées, des écorchés vifs, du brut, du lourd, la réalité frontale, sans détour. Mais j’ai rencontré des anges, et les anges n’ont pas de visage, seulement des ailes invisibles dans le dos.

    Evidemment, on ne devient pas ange facilement. La route est longue, semée d’embuches, de faux pas, d’errements et de doutes. Il faut se cogner à la vie, s’y casser les phalanges, se ronger les sangs, se perdre souvent, toucher le fond, vivre sans le sou, sans le toit, avec la faim pour compagnon et le regard aveugle des passants. Pourtant, nos grands frères n’ont rien de pauvre, bien au contraire. Ils sont riches. Leur fortune : l’expérience, la générosité, la patience et le cœur.

    Peut-être que lorsque nous serons tous « précaires », nous aurons alors la possibilité de construire enfin le monde de demain, solidaire et ouvert, fraternel et généreux. Une humanité consciente des liens qui nous unissent les uns aux autres dans nos différences et nos véritables richesses intérieures. Et quand nous serons enfin prêts à soutenir leur regard plutôt que de détourner le nôtre, alors les anges dévoileront leur visage et nous apprendrons que c’est en s’effaçant que l’on se révèle à soi-même.

    Jérôme Cotton

    Vous voulez en savoir plus sur
    l'animation de sejour


    Vous voulez candidater en ligne
    Inscrivez-vous à l'un de nos séjours vacances

  • Bénévoles aux fleurs de la fraternité 2015

    Le 30/10/2015
    Depuis maintenant 5 ans, des résidents de la pension de famille « La Gaîté » viennent participer sur la base du volontariat, à l’action des fleurs de la fraternité.

    Le 1er octobre, journée internationale des personnes âgées, est une occasion pour l’Association les petits frères des Pauvres, de rappeler durant cet événement, l’isolement des personnes âgées à travers une action symbolique : offrir une fleur à chaque passant, qui à son tour, offrira cette fleur à une personne âgée de son entourage (voisin, famille…).

    Plusieurs centaines de points de distribution des fleurs ont été organisés dans toute la France, dont un stand installé place Léon Blum à Paris, réunissant des bénévoles et des salariés de l’Association. Ainsi, des résidents de « La Gaîté », sont venus accompagner l’Association durant cet événement et sensibiliser les passants sur l’isolement des personnes âgées en situation de précarité.

    Heureux de ces temps d’échanges, de pouvoir aller à la rencontre d’anonymes et de témoigner sur leur parcours en apportant une parole vivante sur la solitude au quotidien,  Gilbert,  Claude, Philippe, André et Lionel, ont eu aussi le sentiment de « rendre un peu service à l’association à (leur) tour »…
    Les résidents étaient accompagnés d’une bénévole Chantal et de l’animatrice de « La Gaîté »  Mariama.

    Cette action collective fut synonyme de convivialité, avec un fil rouge venu ponctuer l’action tout au long de l’après-midi. Ce fil rouge a permis de fredonner tous ensemble une des chansons les plus célèbres de Georges Brassens, « les copains d’abord », sous la houlette dynamique de Gilbert, résident de La Gaîté et intermittent du spectacle.

    Merci aux résidents pour leur participation.
    Ce type d’évènement est aussi l’opportunité de pouvoir réunir sur une même action de solidarité, l’ensemble des acteurs de l’Association : bénévoles, salariés et personnes accompagnées.

  • Être bénévole en milieu hospitalier

    Le 22/10/2015
    Ci-dessous, quelques paroles de bénévoles sur le partenariat qu'elles développent avec le personnel hospitalier

    Imène, cela fait maintenant plus de 3 ans que tu exerces ton bénévolat à l’hôpital Saint-Antoine. On te voit sur cette photo avec une infirmière du Service de gériatrie aigüe. Peux-tu nous dire ce que représente, dans ton bénévolat, le partenariat avec le corps médical et soignant ?

    Le partenariat avec le corps médical et soignant est primordial dans mon bénévolat, même si j’effectue mon action le week-end, ce qui signifie un peu moins de personnel, du turn-over et beaucoup de malades.
    L’accueil du personnel de Saint-Antoine est toujours souriant, chaleureux et aimable, même entre deux soins. 
    Ce qui est important, c’est aussi de faire un retour de visite aux soignants. Je n’hésite pas également à expliquer que nous visitons tous les malades qui ont en besoin, même ceux qui ne pas en état de communiquer verbalement, ou ceux qui sont un peu bougons.

    C’est un réel échange, au service du bien-être des personnes malades

    Arielle, bénévole à Jean-Jaurès
    Arielle, bénévole à Jean-Jaurès 
    © Catherine Rechard

    Arielle, tu as commencé ton bénévolat chez les petits frères des Pauvres en 2009. Depuis combien de temps t’es-tu investie auprès de personnes en fin de vie ? On te voit, dans cette Unité de soins palliatifs, t’entretenir avec une infirmière. Comment se déroule pour toi le partenariat avec le corps médical et soignant ?

    J’étais bénévole pour les petits frères des Pauvres fin des années 90, pour des visites à domicile, pendant deux ans, jusqu’au moment où j’ai repris un travail à temps plein. Puis en 2009, j’ai pu retrouver les petits frères des Pauvres, et me sentais alors prête à aller en Unité de soins palliatifs, ce qui était dès le départ mon désir profond.

    Les liens qui se créent avec l’équipe médicale et soignante sont essentiels. Cela peut être déroutant, car à mon arrivée dans l’unité, je ne sais jamais quels soignants seront là, ni à quelles urgences l’équipe doit répondre. A l’USP de Jean Jaurès, l’accueil du personnel est toujours souriant. Et j’ai appris, au fil du temps, à poser les questions qui vont m’aider, quand mon interlocuteur n’est pas habitué à parler aux bénévoles : « Cette personne a-t-elle des visites ? » ; « A-t-elle un sujet d’intérêt particulier ? » ; « Y a-t-il un sujet à éviter ? ».

    J’ai pu constater combien notre partenariat soignants-bénévoles se tisse. Ainsi, lorsqu’au moment de mon départ, le soignant à qui j’ai parlé est disponible, nous pouvons échanger quelques mots sur ma rencontre avec les patients qu’il m’a indiqués.

    La capacité de faire équipe s’avère donc indispensable dans votre bénévolat. Cette synergie s’étend-elle à d’autres interlocuteurs – bénévoles et / ou salariés petits frères des Pauvres ?

    Arielle :

    Oui. Après des échanges assez intenses, il s’avère très fructueux de parler à des salariés petits frères des Pauvres (lors de ma «transmission»).

    Et quand un patient me semble apprécier vivement nos visites, je suis heureuse de pouvoir le dire aux autres bénévoles. Ou simplement, c’est essentiel de pouvoir parfois informer les autres bénévoles sur une situation particulière d’un patient.

    Imène :

    Oui, totalement. Il est aussi important de créer et de pérenniser le lien avec le monde soignant, que de faire perdurer la mémoire du visité à travers l’association. Nous n’hésitons pas également à aller visiter des personnes suivies à domicile lorsqu’elles sont hospitalisées, ou aller rendre visite à un malade signalé par la Fraternité et/ou un autre bénévole du service. Il y a aussi le cahier de liaison, que nous remplissons pour y indiquer de façon synthétique quelles personnes nous avons pu accompagner de notre présence. Il est ouvert à la lecture des soignants, et il est un outil indispensable dans la passation de consigne et le suivi.

    Communication de l’Equipe d’Action Spécifique Accompagnement des personnes malades

     

    Contactez-nous :

    accompagnementdesmalades@petitsfreresdespauvres.fr
    Tél  01 48 06 45 00

    En savoir plus : /nos-implantations/75011-12-fraternite-paris-accompagnement-des-malades/etre-benevole-en-milieu-hospitalier.html
  • Des fleurs pour des personnes malades accompagnées

    Déroulement de ce 1er octobre, à l'hôpital Saint Antoine, pour la Journée internationale des personnes âgées

    Le 22/10/2015
    ''ça m'a beaucoup plus d'aller à la rencontre de passants, de partager parfois avec eux un sourire'' / ''Dedans, au chevet des personnes alitées en gériatrie aigüe, ces fleurs ont été pour elles un petit rayon de soleil''

    Lisez les témoignages de Nathalie, bénévole à l'hôpital Rothschild, et d'Anne-Marie, bénévole à l'hôpital Saint Antoine


    Comment s’est-il passé, ce 1er octobre 2015, Journée internationale des personnes âgées, à l’hôpital Saint Antoine ?

    Témoignage d’Anne-Marie, bénévole à l’hôpital Saint Antoine, au Service de Gériatrie aigüe, et de  Nathalie, bénévole à l’hôpital Rothschild, au Service USLD Unité de Soins Longue Durée

    Voici quelques paroles de bénévoles sur la distribution de roses sur le stand petits frères des Pauvres, devant l’hôpital Saint Antoine, et à des patientes/patients hospitalisés en Gériatrie Aigüe, en Médecine Interne et  en Oncologie

    Quelle est ta perception globale de ce 1er octobre à l’hôpital Saint Antoine ?

    Anne-Marie, qui a distribué des fleurs dans le Service de Gériatrie aigüe de l’hôpital Saint Antoine

    Dedans, au chevet des personnes alitées, ces fleurs, ça a été pour elles un rayon de soleil. Elles ont beaucoup apprécié ce geste, et leur sourire en a témoigné ! Dire aussi que les infirmières nous ont beaucoup aidés, nous indiquant subtilement les chambres où les personnes âgées ne dormaient pas, et étaient en capacité d’apprécier ce geste de fête et de solidarité.

    Nathalie, qui a distribué des fleurs à des passants, en dehors de l’hôpital, sur le stand petits frères

    Ca m’a beaucoup plu d’aller à la rencontre de passants, de partager parfois avec eux un sourire, et de leur offrir une fleur  pour une personne âgée de leur connaissance.
    J’ai perçu intuitivement que j’étais en face de personnes très différentes :
    -    celles qui ne semblent pas sensibilisées à la solitude des personnes âgées, ou à la maladie - peut-être parce qu’elles sont elles mêmes trop fragiles pour ouvrir les yeux sur ces réalités ?
    -    Et celles qui dans leur tête ont déjà cheminé intérieurement, et peuvent pleinement partager avec les autres.


    Qu’avez-vous envie d’exprimer sur les prochains 1er octobre, Journée internationale des personnes âgées ?

    Nathalie
    J’encourage à participer à ce 1er octobre au moins une fois. C’est une journée où on essaie de sensibiliser des personnes à être présentes à autrui. C’est un beau projet à renouveler chaque année.

    Anne-Marie
    Participez au prochain 1er octobre ! C’est dans une belle continuité de la présence humaine auprès de personnes âgées que la maladie a fragilisées.

     

    Communication de l'Equipe d'Action Spécifique

    Accompagnement des Personnes Malades

    Contactez-nous :

    accompagnementdesmalades@petitsfreresdespauvres.fr
    Tél  01 48 06 45 00

    En savoir plus : /nos-implantations/75011-12-fraternite-paris-accompagnement-des-malades/etre-benevole-en-milieu-hospitalier.html
  • Les relations intergénérationnelles : ces oubliées démodées

    Le 06/10/2015

    Aujourd’hui, dans une société où tout va si vite, où la mondialisation ne fait vivre que les populations actives et où le « soi » est au centre de tout, les relations solidaires qui naissent d’une action caritative ou bénévole sont un brin d’air, une brise légère qui fait respirer ceux qui ne sont pas dans cette bulle hyperactive de marche vers le progrès et l’avenir.

    Les retraités, les étrangers, les personnes issues de milieux défavorisés… C’est alors notre rôle, celui des bénévoles et des volontaires de favoriser leur participation à la vie sociale, culturelle ou sportive et de les aider à créer ce lien qui manque tant et qui crée souvent la solitude.

    La solitude…  Ce mal qui touche près de 4 personnes sur 10 en France dont près de 65% de personnes âgées. Alors pour moi, étudiante en sociologie, ce choix de faire partie d’une association luttant contre l’isolement et la solitude a été évident, logique.

    En tant qu’étudiante je n’ai pas de salaire fixe, alors faire des dons à des assoc’ dans la rue ou participer à des collectes de fonds c’est difficile ; mais j’ai du temps, beaucoup de temps même ! Pendant les vacances, les week-ends ou quelques heures par semaine je peux me consacrer à des actions de solidarité.

    C’est ainsi que j’ai découvert l’association des petits frères des Pauvres dans laquelle je suis bénévole depuis maintenant 3 ans. À Noël 2012, une grande campagne avait été lancée pour trouver des bénévoles volontaires pour passer un Noël agréable et chaleureux avec des personnes âgées, retraitées et seules pour les fêtes.

    Motivée et curieuse, je pensais passer un moment simple et calme pour le 25 au soir… Quelle erreur ! Je suis entrée dans un endroit chaud, jovial et dynamique ! Chaque conversation y allait bon train, entre rires, anecdotes et coupes de champagne il était même parfois difficile de distinguer les bénévoles des personnes âgées. Alors timidement je me suis approchée de cette grande dame souriante et je lui ai dit « Mais Madame, d’où tenez-vous toute cette énergie ? » « Ma petite, je vais sur mes 95 ans et ce qui me donne toute cette énergie, ce sont les projets ! Quoi qu’il arrive, il faut toujours avoir des projets, qu’ils soient petits ou gros ! C’est ce qui te fais avancer, souviens t’en. » C’est, je crois, la plus simple et la plus vraie leçon de vie à retenir.

    C’est là que j’ai compris que je n’allais pas faire que donner pendant ce bénévolat, mais que j’allais aussi recevoir et apprendre. C’est dans cette mutualité et dans cet échange réciproque que résident les bienfaits et les joies des relations intergénérationnelles : on apprend de l’autre autant qu’on lui apporte et on comprend son histoire autant qu’il prend plaisir à nous la raconter.

    Cette interactivité est sacrée, elle nous fait prendre conscience de combien le passé de nos grands-parents est précieux et en nous la transmettant,  elle nous charge ainsi d’un devoir de mémoire que doivent les nouvelles générations aux précédentes.

    Malheureusement, le passé n’est plus à la mode. Alors souvent on passe à côté, on les oublie, et ces histoires racontées avec tant de ferveur autour d’un thé ou sur le canapé de leur salon deviennent désuètes.

    Je suis heureuse de faire partie de ceux qui auront eu la chance de les entendre et de créer avec eux des liens d’exception. J’ai rencontré, pendant mon bénévolat, des personnes extraordinaires qui m’ont donné un autre point de vue, m’ont parfois ouvert l’esprit et déconstruit mes préjugés. J’ai eu l’opportunité de les accompagner, au théâtre, au cinéma, au restaurant, ou tout simplement au marché ou à la poste. Pour ça, elles m’ont maintes fois remerciée et exprimé combien notre compagnie était importante.

    Mais aujourd’hui c’est moi qui aimerais les remercier à travers ce témoignage : merci à eux, à ces solitaires qui m’auront émue et amusée, merci pour votre sourire et toute l’humanité que vous avez, celle qui se doit d’être partagée.
    Tendrement, Frédérique.

    Présents à travers plus de 200 équipes en France, les petits frères des Pauvres recherchent des bénévoles pour  accompagner régulièrement des personnes âgées isolées, en situation de précarité ou malades.

     >> Je recherche une mission de bénévolat

    En savoir plus : /nos-implantations/94200-01-les-petits-freres-des-pauvres-d-ivry.html
  • Rencontre entre personnes accompagnées et bénévoles autour d’un pique-nique

    Le 07/08/2015
    Mélanie en service civique témoigne.

    A l’occasion d’une rencontre entre bénévoles et personnes accompagnées, l’équipe des petits frères des pauvres de Besançon a organisé ce samedi 25 juillet, un pique-nique à la maison de quartier de Velotte, ce qui a permis de réunir une vingtaine de personnes.

    Ce fut l’opportunité pour tous, notamment pour les nouveaux arrivants dans l’association, de mieux se connaitre et de partager un repas chaleureux où chacun y a apporté sa contribution en préparant de petits plats. L’après-midi s’est poursuivie par une balade au bord du Doubs. Chants, sourires et bonne humeur étaient au rendez-vous.

    Pique-nique à Velotte, une personne âgée et une bénévole à tablePique-nique à Velotte personnes âgées et bénévoles dansent

    « C’était divinement bien » nous a confié une personne accompagnée. Ces petits moments simples, passés tous ensemble, permettent aux personnes isolées de retrouver une ambiance fraternelle et de mettre de côté leur solitude.

    Si vous êtes intéressé, pour découvrir l'ensemble des missions proposées par les petits frères des Pauvres, vous pouvez consulter les fiches de missions sur le site de l'Agence du Service Civique.

  • Deux actions solidaires partagées avec les salariés d’Axa Atout Coeur

    Les petits frères des Pauvres ont été contactés par le site d’Axa Fontenay-sous-Bois pour mettre en place des actions avec notre équipe de Champigny / Nogent.

    Nous avons défini deux actions communes : la confection de petits bonnets ainsi qu’un loto.

    Annie et Claude ont participé le 9 juin dernier à la première opération de tricotage : « Nous avons été bien reçus, le personnel d’Axa est très sympathique et impliqué dans ses actions. Chacun a joué le jeu du tricot en faisant de gros efforts pour apprendre car certains d’entre eux n’avaient jamais touché une paire d’aiguilles. Grosse et belle structure avec beaucoup d’humanité. Le dynamisme de ces employés, jeunes et moins jeunes, est impressionnant ».

    Le lendemain, un loto était organisé avec des personnes accompagnées et des bénévoles. Isabelle, bénévole, témoigne :

    « Nous étions une dizaine, personnes âgées et bénévoles à être reçus ce jour par Axa Atout Coeur, bénévoles membres du groupe AXA. Accueillis par des personnes souriantes et chaleureuses, nous avons été conduits dans le spacieux restaurant de l'entreprise. Le choix fut difficile parmi toutes sortes d'entrées, plats, desserts et boissons à notre disposition. Après un repas copieux et complet, les organisateurs nous ont conduits dans une grande salle où se déroulait le loto. Nous nous sommes joints aux nombreux participants, membres du personnel d'AXA qui étaient déjà attablés. Les parties se sont déroulées dans l'excitation et le suspens car les lots à gagner étaient intéressants : kits d'écriture, places de cinéma, pass pour les parcs d'attraction Astérix et Disneyland et surtout une semaine à l'île d'Oléron. L'un de nous, Elie a été plus chanceux mais n'a gagné qu'un lot de consolation car il a perdu au tirage au sort contre la personne qui avait également complété sa grille en même temps que lui.

    Toutes les personnes accompagnées étaient enchantées de l'accueil et intéressées de voir les locaux de cette grande entreprise dans lesquels les salariés circulaient. Ils se sont beaucoup amusés durant les parties de loto très animées. De plus, tout le monde est reparti avec un petit cadeau du comité d'entreprise.

    Ce tirage a été fait au bénéfice des petits frères des Pauvres ; en effet l'argent versé par les participants pour l'achat des cartes de loto sera remis à l'association en fin d'année. En outre cette entreprise mène avec son personnel pour 2015, toute une série d'actions pour récolter des fonds en faveur de notre association ».

    Une nouvelle rencontre est prévue en novembre pour partager un après-midi festif avec des personnes accompagnées, des bénévoles et des salariés d’Axa. 

    En savoir plus : /axa-atout-coeur.html
  • Séjour de vacances à Wissant pour des bénévoles et personnes âgées

    Lundi 27 juillet 2015, un groupe de 20 bénévoles et personnes âgées de la banlieue parisienne savourent leur deuxième jour de vacances, dans la jolie maison Maris-Stella de la Côté d’Opale à Wissant.

    Pour certains c’est un découverte, pour d’autres une redécouverte de la Région. Tous sont unanimes pour affirmer que ce qu’ils cherchent avant tout c’est se retrouver, profiter des vacances, dans l’esprit des petits frères des Pauvres.

    Depuis 2 jours, ce sont les sourires que l’on peut lire sur les visages, avec l’envie commune de passer du bon temps réunis autour d’une table, d’une ballade, d’un jeu ou d’une visite.

    C’est le Cap Blanc-Nez, célèbre pour ses falaises de craie et sa vue sur l’Angleterre par temps dégagé que le groupe s’apprête à découvrir ce jour là. Les cheveux dans le vent, la météo capricieuse n’a pas arrêté les plus téméraires comme Jacqueline : «  Je suis fière d’être allé jusqu’au bout, quand je rentrerai et que je le dirai à mes enfants, ils ne me croiront pas.», une véritable cure de jouvence pour les personnes âgées, qui pour certaines, n’ont pas vu la mer depuis des années.

    Et pour honorer cette belle journée, Mme la Ministre Laurence Rossignol, Secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie a rendu visite au groupe et partagé leur déjeuner à Maris-Stella.

    Son déplacement saluait le travail des bénévoles de notre association, et particulièrement de Fini, responsable bénévole pour les séjours de la Banlieue depuis plusieurs années, ainsi que Véronique Noyon, responsable de la maison de Wissant.

    Une journée riche en émotions, comme nous en vivons tout l’été sur les séjours vacances des petits frères des Pauvres grâce à l’engagement de tous les bénévoles. Merci à tous !

    Les vacances avec les petits frères des Pauvres, ce sont :

    • Plus de 2 619 personnes accompagnées parties en séjour de vacances
    • Plus de 170 séjours organisés durant l’été
    • 2 000 personnes accompagnées qui ont bénéficié de « vacances à la journée » et visites
    • Plus de 1 800 bénévoles mobilisés

    Devenir bénévole, c’est :

    • Etre disponible, écouter, échanger, partager collectivement ou individuellement
    • Respecter le rythme des personnes accompagnées
    • Aimer travailler en équipe
    • Vivre une expérience humaine, riche et unique
    • Avoir plus de 18 ans

    Il n'y a plus besoin de bénévoles pour les séjours vacances été 2015 cependant nous manquons de bénévoles pour des actions de proximité.

  • Promenade en Rosalie à Montguichet pour des personnes âgées

    Jeudi 23 juillet 2015, la Rosalie s’en est allée à Montguichet, accompagnant un groupe de bénévoles et personnes âgées pour la journée.

    Voici les impressions à chaud des participants âgés, ayant expérimenté l’engin à pédales :

    Marie-Belle, 76 ans, qui marche habituellement avec un déambulateur nous avoue : « Le lendemain de la ballade en Rosalie, je n’avais plus mal à la hanche. Cet exercice m’a fait énormément de bien. Je me suis vraiment éclatée. Il faut dire que c’est la 1ère fois de ma vie que je suis montée sur une rosalie. Une expérience exceptionnelle. Surtout après avoir bien mangé, entourée par des gens formidables, dans un endroit très agréable. Les petits frères des Pauvres, vous êtes le soleil de ma vie.»

    Jean-Paul, 64 ans est le jeune homme de l’équipe, toujours prêt à participer activement. Avec André et Stew, bénévole, ils ont monté la rosalie sur la remorque pour l’emmener à Montguichet. « J’ai adoré cette expérience. C’est la deuxième fois que j’en fais, avec les petits frères. On est très bien installé. On sent le soleil et le vent sur notre visage. J’ai même été pilote de la rosalie, pendant plusieurs tours et j’adore ça. »

    Gisèle, 82 ans, souffre de solitude, elle n’a que très peu de contact avec son fils. Cette sortie l’a enthousiasmée : « Je n’aurais jamais cru pouvoir remonter sur une rosalie. Hier j’avais le moral à zéro. Aujourd’hui tout va bien, grâce à vous. La dernière fois que j’ai fait de la rosalie, c’était au Touquet, je devais avoir 5 ou 6 ans. »

    André, 84 ans, ancien bénévole des petits frères est un homme vaillant et souriant : «  Je ne pensais pas pouvoir monter et pédaler sur la rosalie. Mais je vois que même si nous sommes âgés, nous sommes capables de nous étonner nous-mêmes et de dépasser nos appréhensions, même à 84 ans. »

    Marguerite, 86 ans a quitté son attelle à la cheville il y a une semaine, suite à une mauvaise chute. Cette femme coquette et très aimable nous confie : « Je ne voulais pas monter au départ, car depuis mon accident j’avais des appréhensions, voire une vraie peur de mettre en péril mes possibilités de marcher. Mais quand j’ai vu les autres personnes pédaler avec une telle joie et un tel enthousiasme, je me suis dit : Marguerite, faut y aller ! Faut surmonter tes appréhensions ! Et je l’ai fait. Mais sans pédaler. Je n’ai pas eu mal du tout. C’est la 1ère fois que je vois un truc pareil. Mieux qu’un vélo, hein ! On s’est amusé comme des fous. J’étais toute heureuse de le faire et je recommencerai dès que possible. J’aimerais bien que les petits frères des Pauvres organisent une expédition au parc floral de Vincennes au printemps pour voir les rhododendrons et les tulipes. »
     

    En savoir plus : /nos-implantations/93500-01-les-petits-freres-des-pauvres-de-pantin/evt_en-route-pour-laventure-!.html
  • Représentation théâtrale pour des personnes âgées à Montguichet

    Le 28/07/2015

    Mardi 7 juillet, 4 collaborateurs d’Axa et 1 animateur, tous bénévoles au sein de l’association Axa Atout Cœur, étaient en représentation théâtrale au Château de Montguichet.

    Sur scène, 4 extraterrestres nous racontent les folles aventures du général Mayonnaise en mission intersidérale.
    Les spectateurs, des personnes âgées bénéficiant d’un hébergement ou d’un logement au sein des petits frères des Pauvres sur Paris, ont été accompagnés au Château de Montguichet par les bénévoles d’Axa Atout Cœur, pour assister à cette représentation.
    Sourires et rires furent au rendez-vous. Un bel échange avec les personnes âgées et les comédiens.
    Une fois la représentation terminée, tout le monde a pu se réunir et discuter autour d’un goûter convivial, accompagnés des bénévoles de Montguichet.

    Cette représentation a pu être organisée grâce au partenariat avec  l’association Axa Atout Cœur, dont les petits frères des Pauvres sont le fil rouge de l’année 2015, avec pour thème « Accessibilité, perte d’autonomie et lien social ».
    Axa Atout Cœur organisera également  différents évènements tout au long de cette année, pour collecter et financer le projet de réaménagement d’espaces communs, parcs et jardins, dans quatre maisons des petits frères des Pauvres, proposant des séjours vacances et/ou de l’hébergement temporaire. Ces travaux permettront l’accessibilité des parcs et jardins aux personnes à mobilité réduite, la mise en place de parcours de santé et d’activités de groupe à l’extérieur.

    Le Château de Montguichet, une des maisons sélectionnées, pourra bénéficier de ce réaménagement. Le parc bénéficiera d’un parcours sécurisé pour les personnes âgées  et  accessible à tous. »

    En savoir plus : /nos-implantations/93220-01-chateau-de-montguichet.html
<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres