Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Tous les témoignages

Tous les témoignages

  • Un Américain à Marseille, Lucas bénévole cet été

    Une organisation qui sort de l’ordinaire !

    Lucas a aidé l'équipe des Chartreux à Marseille, en plus des relations amicales tissées avec les personnes âgées, il a participé au fonctionnement pour remplacer des bénévoles partis eux aussi en vacances.

    Cet été était tout à fait une surprise pour moi : Je savais que j’allais travailler avec une organisation sociale mais elle a vraiment dépassé mes attentes. Je savais que j’allais rendre visites aux personnes âgées mais je ne savais pas que j’apprendrais d’elles tellement des choses. Je savais que j’allais travailler avec un coordinateur et des autres collègues, mais je ne savais pas qu’il serait tellement amusant de travailler avec eux .

    Je m’appelle Lucas Jones, j’ai 24 ans, je suis de Géorgie aux Etats-Unis et je suis trop content d’avoir décidé de faire un stage avec les petits frères des Pauvres à Marseille.

    J’avais travaillé dans d’autres bureaux, avec des groupes politiques et des ONG mais aucune n’avait le cœur et la solidarité que j’ai trouvée dans les petits frères. D’Eric à l’accueil jusqu’à Manuel le directeur, vous pouvez attendre un sourire et une bienvenue chaleureuse. Mais à vrai dire, j’aurais pu dire la même chose de chaque personne de cette équipe avec qui j’ai travaillé.
    Mes responsabilités en gros étaient de gérer les logistiques d’une équipe locale. J’ai assuré la communication interne d’un secteur à Marseille, gérant les appels téléphoniques, les mises à jour des inscriptions aux journées estivales et quoi que ce soit pour assurer le bon fonctionnement de tous les petits maillons de l’équipe. J’ai compilé des informations, les ai organisées et affichées pour l’utilisation des bénévoles et coordinateurs.
    En plus du travail logistique, j’ai réalisé deux fois par semaine des visites à domicile. Je garderai toujours les souvenirs des histoires généalogiques de Madame B., les beaux gâteaux de Madame D’A., et les contes drôles de Monsieur C.
    J’ai travaillé avec une super équipe de bénévoles, avec un coordinateur qui m’a fait confiance et a écouté mes soucis ainsi que mes idées. Au lieu de me dire exactement quoi faire, quand j’ai été confronté à un problème, j’avais la liberté de création pour le résoudre à ma manière. Reflétant fidèlement la mission des petits frères, j’étais toujours traité avec respect et fraternité.

    Qu’est-ce que j’ai trouvé chez les petits frères ?

    Une organisation avec des personnes aussi bonnes que leur devise « des fleurs avant le pain ». Si une organisation se mesure à la qualité de ses dirigeants,  donc vous ne trouverez pas mieux. Alors que je finis mon stage avec eux cet été, je peux dire sans hésiter qu’ils sont aussi bien qu’ils le paraissent.
    L’action des petits frères n’est pas juste une œuvre caritative ; c’est un vrai besoin auquel ils répondent dans notre société. Les salariés comme les bénévoles croient dans la mission et l’importance des petits frères des Pauvres. Je suis très reconnaissant d’avoir pu améliorer mes compétences en faisant un bénévolat significatif.

    ~

    Lucas Jones
    Stagiaire, équipe Chartreux Marseille
    24 juillet 2014

  • Hello, on vous emmène à Wissant !

    Le 11/08/2014
    Danièle, bénévole "vacances" de la Fraternité régionale Rhône-Alpes Auvergne, nous relate le séjour qu'elle a accompagné à Wissant le mois dernier.

    Séjour de vacances pour nos vieux amis à Maris-Stella

    Maris-Stella « Etoile de la mer », c’est ainsi que s’appelle la maison fraîchement rénovée qui nous a ouvert ses portes en ce mois de juin. Imaginez une maison toute blanche au-dedans comme au dehors, toute baignée de lumière dans laquelle il fait bon vivre.

    Nous avons été accueillis chaleureusement par Véronique la responsable gaie et dynamique, en un mot, l’âme de la maison et par Serge le cuisinier qui s’est fait un point d’honneur à nous concocter de bons petits plats pour le plaisir de tous. Un séjour de rêve, s’il en est. Inutile de vous faire, petite souris, pour savoir ce que nous avons vécu là-bas ! Nous allons vous le raconter par le menu.

    C’est à bord de notre petit car bleu que nous sommes partis à la découverte du nord avec Marc, notre chauffeur toujours très attentionnés. Découverte de la côte d’opale en bateau depuis Boulogne, sous un soleil radieux. Pas de problème, toute la troupe avait le pied marin. Visite du village de Saint-Joseph où a été conçu un écomusée et où sont reconstitués avec fidélité tous les métiers d’antan. Souvenirs, souvenirs pour nos personnes âgées !!

    Et puis la découverte des marais de Saint-Omer, imaginés jadis par des moines astucieux permettant ainsi le maraîchage qui perdure aujourd’hui encore. Eh, oui ! Il vous est possible de faire votre marché au fil de l’eau. Durant cette balade, nous étions comme suspendus au temps prêtant l’oreille aux bruits du silence. Notre guide a très justement appelé cette balade, la balade de gens heureux !

    Nous ne pouvions pas faire l’impasse sur la visite du cap Gris-Nez, site très touristique où le vent avait décidé de se déchaîner, la mer n’en fut que plus belle.
    Figurez-vous que nous avons choisi de découvrir la campagne à bord d’une calèche tirée par deux chevaux de trait guidée d’une main experte par Chrystelle. Quelle complicité entre le cheval, l’ami de l’homme et nos personnes âgées.

    La visite de Saint-Omer a été très prisée par nos amoureux des pierres, avec la visite de la cathédrale de style gothique flamboyant et la visite du parc de la ville pour nos amoureux de la nature. On peut y trouver à la fois des jardins à la française et à l’anglaise.

    N’oublions pas les beaux couchers de soleil aux couleurs flamboyantes embrasant d’un même coup ciel et mer, moments magiques durant la promenade du soir au bord de la mer, prélude à une nuit voulue paisible pour tous, pendant que « nos hommes » se passionnaient au salon pour le ballon rond. A chacun son truc.

    Et puis, il y a aussi la folle soirée musette conduite par Alain, l’accordéoniste pendant laquelle chacun a pu danser. Pour que ces belles vacances finissent en beauté, un apéritif dinatoire a remplacé le repas du soir et ce fut pour nous l’occasion de remettre aux personnes âgées un petit cadeau-souvenir assorti d’un cœur confectionné avec art par Josiane.

    Des fous rires, des partages dans l’amitié et la confiance, voilà ce que furent nos journées, là où les gens du nord ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors.

    Danièle Guichard, Bénévole vacances, Fraternité régionale Rhône-Alpes Auvergne

  • Accompagner les bénévoles vieillissants

    Les bénévoles des petits frères des Pauvres vieillissent eux aussi… Vient un temps où ils doivent cesser leur bénévolat, parfois, souvent même, à contrecoeur. La fatigue, la maladie ou celle de leur conjoint, les difficultés à se déplacer les rattrapent et ne leur laisse pas le choix. L’association engage aujourd’hui une réflexion importante sur les bénévoles vieillissants, ces bénévoles qui ont tant donné et à qui nous sommes reconnaissants. Comment garder le lien avec eux, comment leur faire accepter d’être "accompagnés" s’ils sont seuls, s’ils en ont besoin ?

    Pauline, bénévole, accompagne Odette, elle-même ancienne bénévole. Elle nous raconte.

    Odette est née dans le Pas-de-Calais en 1939, 8e d’une fratrie de 12 enfants. Après le Certificat d’études, elle intègre le Conservatoire National de Tarbes où elle perfectionne sa pratique du piano. Elle exerce par la suite le métier de professeure de piano. Elle se marie en 1966 et a deux enfants. Après le décès de son mari en 2000, elle décide de venir s’installer à Toulouse pour laisser la maison familiale à ses enfants. Ce déménagement n’a pas été facile, Odette s’est trouvée un peu perdue dans cette grande ville. Une journée d’octobre, elle s’est rendue au Forum des associations afin de trouver une structure lui permettant de s’intégrer à la ville et de faire des connaissances…

    Elle devient bénévole chez les petits frères des Pauvres. Odette a accompagné des personnes très différentes. Une dame qui ne parlait quasiment pas, un homme atteint de la maladie d’Alzheimer, une personne qui semblait avoir quelques soucis psychiatriques, célibataire et très croyante, une dame aisée, sans enfants et très égocentrique. Elles partageaient tout de même un intérêt commun : la musique.

    Suite à des ennuis de santé, Odette décide de mettre fin à son bénévolat. Après une opération du dos, elle refusa la rééducation et retourna à son domicile. Elle eut alors un grand sentiment de solitude et a commencé à " paniquer ". C’est à ce moment-là qu’elle a recontacté les petits frères des Pauvres. Des bénévoles et salariés sont venus la voir pour l’interroger sur ses besoins et sa situation. Elle a commencé à recevoir des visites. Elle ne pensait pas en avoir besoin… mais au final, elle a trouvé ça bien.

    Odette avoue que cette position est parfois inconfortable car elle avait l’habitude d’écouter les personnes sans forcément partager son histoire personnelle.

    Aujourd’hui, elle reçoit avec joie les visites de deux bénévoles, Floriane et Pauline. "Nous sortons régulièrement voir des expositions, des spectacles, au marché, au cinéma, ... Cela fait aussi deux ans qu’Odette partage le repas de Noël avec nous. C’est une personne très cultivée qui nous fait découvrir beaucoup de choses (et notamment des lieux de Toulouse que nous ne connaissons pas). C’est un plaisir pour nous de partager ces moments ensemble".

    L’association s’engage à veiller sur ces bénévoles, en leur proposant un accompagnement adapté.

    Des visites de bénévoles de temps à autre et non toutes les semaines, quelques appels pour prendre des nouvelles ou des invitations à des fêtes collectives pour qu’ils retrouvent de vieilles connaissances par exemple. Il est surtout essentiel de rester en lien, de maintenir le contact et de leur rappeler que nous ne les oublions pas, tout simplement.  

  • Ces airs de musiques qui ravivent les souvenirs

    Une balade avec Michel, 48 ans, bénévole en hébergement collectif

    Je suis bénévole dans le Groupe La Rochefoucault de la Fraternité Paris Sud des petits frères des Pauvres depuis janvier 2007. J’ai débuté ma mission par une visite à l’hôpital, de Léon, un ancien chauffeur de taxi qui avait travaillé toute sa vie à Paris et en région parisienne.

    Le courant est bien passé entre nous deux et nous avions de nombreux points en commun : il était Breton, comme moi et il était de la génération de mes parents.
    J’ai suivi Léon pendant 4 années. Nous avions de longues discussions.
    Comme je suis musicien professionnel, un jour, j’ai apporté ma guitare lors d’une visite et j'ai commencé à chanter des chansons de son époque.
    Ces airs de musique le ramenaient à des souvenirs agréables de sa jeunesse, quand il allait danser dans des bals.
    Cette activité au fil du temps m’a été d’un grand secours, tant son état de santé se dégradait. C’est là que je me suis rendu compte de la force de la musique, et surtout de la chanson pour ramener au présent des souvenirs, et qu’elle peut encore éclairer un visage dans des moments difficiles.
    Après le départ de Léon, je n’ai pas voulu faire de suivi d’un nouvel ami dans le cadre de mon bénévolat. Depuis, dans le cadre de mon bénévolat, je vais chanter à l’hôpital La Rochefoucault tous les derniers vendredi du mois et je participe à des séjours vacances avec les petits frères des Pauvres.

    Michel Détard, bénévole du groupe La Rochefoucauld.

    Le Groupe la Rochefoucauld intervient au sein d'un hébergement collectif dans le 14ème arrondissement de Paris.

    Public et lieu de vie sur cette action

    Les personnes âgées de plus de 50 ans souffrant prioritairement d’isolement et de solitude. Le public accompagné n’est plus à domicile mais réside en institution de manière prolongée (la chambre est son espace intime considéré comme un domicile)

    Objectifs de l’accompagnement

    • Rétablir et faire vivre un lien social et convivial auprès des personnes âgées isolées, jusqu’à leur décès, en tenant compte de leur lieu de vie.
    • Tenir compte de l’évolution des capacités physiques et psychiques de la personne âgée.

    Types d’accompagnement assurés par des bénévoles

    • Accompagnement individualisé de chaque personne âgée par des visites hebdomadaires d’un ou plusieurs bénévoles tout au long de l’année et ajustable au fil du temps
    • Les actions collectives proposées permettent de dynamiser et de diversifier l’accompagnement. Ce sont des invitations à participer notamment à des sorties, telles que repas, musée, spectacles…Et des séjours de vacances.
    •  Accompagnement de veille ou d’urgence permettant de répondre à des besoins plus ponctuels, qui pourraient par la suite donner lieu à des accompagnements individualisés

    Rejoignez nous vous aussi !  Pour plus d'information, vous pouvez nous contacter au 01.45.44.44.30 ou par mail à recrutement.sud@petitsfreresdespauvres.fr

  • A l'occasion d'une sortie, des rencontres...

    Georges, bénévole, en parle comme si nous y étions !

    Une sortie a été organisée pour une visite du musée de la chasse par le groupe « précarité » auquel s’est joint le groupe ''vieux migrants''.

    Nous voilà partis, Espérenza, Jean Louis, Saïd et son épouse Fatima, Mahouf, accompagnés par les bénévoles Souhad, Jean-Pierre et Georges.
    Sous la houlette de Souhad, organisatrice de cette escapade, nous arrivons dans le Marais rue des Archives à l’hôtel de Mongelas et de Guénégaud qui abrite les collections que nous allons découvrir (ce musée est une fondation créée par Monsieur Sommer, ancien dirigeant des tapis Sommer).
    Le porche d’entrée, les pierres blanches des façades qui brillent sous le soleil, les proportions des ouvertures, la cour pavée, toute l’architecture du 17ème nous dévoile son harmonie.
    Nous voilà rentrés et prévenus immédiatement par un des guides de la présence d’un artiste en pleine « performance » enfermé depuis 9 jours dans un ours noir aménagé pour l’occasion par cet artiste ; il en sortira le 13 avril !
    Très belle collection d’armes anciennes très richement décorées, d’animaux naturalisés, sanglier, cerf, loup, renard, oiseaux de toutes sortes, deux ours majestueux, un blanc de deux mètres cinquante et un brun du même gabarit et bien d’autres animaux encore.
    Beaucoup de tableaux animaliers, gibier, chiens, chasse à courre.
    Toutes ces collections dans un cadre de très belles boiseries et tapisseries.
    Voilà un bref aperçu de cette visite qui nous a tous enchantés et que je vous recommande.
    En conclusion, mis à part le côté détente et culture bien apprécié, cette sortie nous a permis surtout de faire se rencontrer des personnes accompagnées de deux équipes différentes ; c’est le genre d’initiative à reproduire en suscitant l’adhésion des personnes accompagnées à ces projets.

    Georges, bénévole sur le secteur "Précarité" et le groupe "Vieux migrants".

    Le secteur "Précarité"

    Le public : Les personnes âgées de plus de 50 ans isolées, en situation de précarités, autonomes dans leurs déplacements, logées sur  la rive gauche de Paris et suivies par un service social. Il s’agit de personnes, bénéficiaires des minimas sociaux, cumulant toutes sortes de fragilités liées à des problématiques administratives et financières plus ou moins complexes, qui entrainent bien souvent un phénomène de marginalisation et de repli sur soi..

    Objectifs de l'accompagnement :

    • Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation précaire
    • Permettre aux personnes en situation précaire d’envisager de reconstruire ou clarifier un projet de vie personnel
    • Soutenir ces personnes dans la réalisation de leur projet personnel : accompagnement dans des démarches quotidiennes, aide au rétablissement d’une certaine forme de sécurité en réponse à leur besoins fondamentaux au niveau du logement, de l’accès aux soins, de l’ouverture des droits,….
    • Faciliter le lien social entre les personnes accompagnées (travailler le relationnel), les impliquer dans une vie sociale et culturelle externe. Aider à la restauration des liens familiaux dans certains cas, à la demande des personnes.
    • Leur permettre d’être plus autonome dans leur environnement et les accompagner dans le vieillissement.

    Toutes ces actions sont réalisées en lien avec nos partenaires (services sociaux…)

    L'action "Vieux migrants"

    Le public : Les personnes âgées de plus de 50 ans issues de l’immigration, isolées et/ou en difficultés d’insertion  (non maitrise de la langue française, problème culturel, difficulté à se repérer dans les démarches administratives, problème de santé…). Majoritairement retraitées, ces personnes  résident principalement au foyer Coallia, rue Falguière dans le 15ème.

    Les objectifs

    •    Soutenir dans leur vie quotidienne les résidents âgés les plus isolés,
    •    Contribuer, malgré les difficultés de langue et de culture, à créer du lien social, en interne dans le foyer  (permanence d’accueil, temps conviviaux sur place) et  en externe dans le cadre de sorties collectives ou de participation aux activités de la fraternité Paris-Sud.

    Vous êtes intéressé par ces actions ? Pour plus d'information, vous pouvez nous contacter au 01.45.44.44.30 ou à l'adresse recrutement.sud@petitsfreresdespauvres.fr.

     

  • Paris-Sud : retour à Morainvilliers pour les personnes accompagnées par le secteur ''Précarité''

    Ces activités collectives essentielles pour tous

    Les personnes accompagnées et bénévoles du secteur "Précarité" de la Fraternité Paris Sud se sont réunis ce 3 avril 2014 dans une maison des petits frères des Pauvres pour prendre un grand bol d'air !

    « Nous » c’est-à-dire les accueillis de « la Villa-Juge » et de la « Maison-Relais » de la rue de la Gaîté (Paris Sud) et leurs bénévoles. On se l’était promis, parce que la dernière fois, c’était trop bien ! Et puis, comme c’est la troisième fois en moins d’un an, on commence à y avoir nos habitudes. D’ailleurs, tout y est pour plaire : un joli petit manoir du dix-neuvième à la campagne, entre un grand bois et un beau parc. Une maison propre et bien agencée. Sans oublier l’accueil du bon M. Marc et une cuisinière qui nous gâte !
    Le matin, à l’arrivée, on est parti dans la nature, à la découverte du printemps et l’on en a ramené des fleurs que l’on a offertes à ces dames (« …des fleurs avant le pain ! »). Puis, pendant l’apéro, on a improvisé une consultation au sujet de nos prochaines vacances ; mais ça restait cool, car les bénévoles allaient de l’un à l’autre pour nous interroger, sans casser l’ambiance champêtre. Et après le repas, café, fumoir, télé, sieste ou parlotte à volonté, selon les goûts. Au retour, on s’est déjà promis de revenir, pour un long week-end, en septembre.
    Car ces activités collectives sont essentielles pour nous. Elles nous font sortir de nos abris individuels parisiens où nos soucis quotidiens nous tiennent trop compagnie ; elles soudent notre groupe dans une mutuelle découverte, toujours enrichissante.

    Les 19 participants du jeudi 3 avril 2014

    Le secteur "Précarité"

    Les personnes âgées de plus de 50 ans isolées, en situation de précarités, autonomes dans leurs déplacements,  logées sur  la rive gauche de Paris et suivies par un service social. Il s’agit de personnes, bénéficiaires des minima sociaux, cumulant toutes sortes de fragilités liées à des problématiques administratives et financières plus ou moins complexes, qui entraînent bien souvent un phénomène de marginalisation et de repli sur soi.

    Les objectifs de l'accompagnement visent l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation précaire :

    • Permettre aux personnes en situation précaire d’envisager de reconstruire ou clarifier un projet de vie personnel.
    • Soutenir ces personnes dans la réalisation de leur projet personnel : acompagnement dans des démarches quotidiennes, aide au rétablissement d’une certaine forme de sécurité en réponse à leur besoins fondamentaux au niveau du logement, de l’accès aux soins, de l’ouverture des droits, ...
    • Leur permettre d’être plus autonomes dans leur environnement et les accompagner dans le vieillissement.

    

    

    

    

    

    

    Plus d'information:

    Fraternité Paris sud: 01 45 44 44 30.
     

    Plus d'information:

    Fraternité Paris sud: 01 45 44 44 30.
     

     

  • Depuis cette année, des bénévoles accompagnent des personnes en grande précarité à la Maison Goudouli

    Accompagner des personnes âgées en grande précarité à Toulouse

    Le 10/04/2014
    Goudouli, c’est le nom d’un poète occitan et d’une rue de Toulouse. En quelques mois, c’est aussi devenu le nom d’un lieu, occupé par des travailleurs sociaux et des squatteurs confrontés à une situation d’urgence : mettre à l’abri des grands précaires, de plus en plus nombreux à mourir dans la rue.

    La maison Goudouli a pour but d’accueillir, de loger et d’accompagner des personnes sans-domicile fixe en très grande précarité et en danger, du fait de leur handicap physique, psychique ou de leur maladie. L’objectif est aussi de travailler la demande avec eux, d’améliorer leur bien-être, leur mieux-être.

    Gérée par une association loi 1901, la dynamique du lieu repose sur la participation de tous, bénévoles, salariés militants et résidents. Des règles de vie permettent au public concerné de s’y sentir à l’aise : lieu à taille humaine (une vingtaine de personnes accueillies), lieu ouvert 24h/24h et animé par 9 travailleurs sociaux, aucune limitation de durée, aller-retour avec la rue possible, chambres pour deux à trois personnes en contrepartie d’une petite participation financière.

    A côté de la prise en charge médico-sociale des résidents, assurée par des professionnels, les petits frères des Pauvres ont été sollicités pour accompagner relationnellement des personnes qui s’ennuient à longueur de journée. Quatre bénévoles (deux binômes) rendent visite chaque semaine à quatre résidents.

    Une bénévole témoigne : « Je pense qu'avant tout c'est notre regard qui fait la différence, qui trie, qui exclue, par peur de cet autre qui nous agresse par sa souffrance à fleur de peau.  Il n'y a rien à faire, ce tremblement de terre qu'ils portent en eux nous secoue ! Et heureusement ! Il faut faire avec l'alcool, les odeurs, les mensonges, les oublis, les souvenirs arrangés... C'est un apprentissage : je ne suis pas là pour résoudre ses problèmes. Je suis là pour lui, je lui fais sentir qu'il compte pour moi, que j'aime partager avec lui. Une petite promenade, il aime parler de son passé, nous allons au café, nous échangeons. Je sens qu'il se détend, qu'il a confiance, il se montre même joyeux. Il me raccompagne jusqu'à ma voiture. Le RDV suivant est déjà pris. Il sait que je reviendrai. S’il n'est pas là, je reviendrai la semaine suivante. Il peut compter sur ma visite ».

    En s’appuyant sur l’expérience de bénévoles et salariés des petits frères des Pauvres parisiens qui œuvrent depuis plus de 20 ans auprès des personnes à la rue, mais aussi sur un programme de formation adapté, les bénévoles toulousains apprennent à accompagner individuellement les personnes en grande précarité... Ils conservent les principes communs à tout aîné accompagné par notre association, quel que soit son domicile (privé, EHPAD, USLD, hôpital, foyer de vieux migrants… ou maison Goudouli).

    Accompagner est un mode de relation à l’autre inscrit dans la durée. C’est prendre le temps de l’écoute, celui de redonner envie,  le temps de la reconnaissance, c’est donner l’occasion de s’exprimer. 

    En savoir plus : http://gps.midipy.over-blog.com/
  • Adélaïde, 38 ans, bénévole auprès de personnes âgées nous parle de son engagement.

    Restaurer la relation avec l’autre, quand plus personne n’est là, donne sens à toutes les actions déclinées ensuite. Accueillir, visiter, organiser des animations collectives, des réveillons, des vacances, aider matériellement, protéger, héberger, loger… Toutes ces actions contribuent à restaurer du lien social, à réinscrire les personnes accompagnées dans un tissu social qui les soutienne. Tel est le sens de l'engagement d'Adélaïde et de nombreux bénévoles...

    Je m’appelle Adélaïde et je suis bénévole depuis 5 ans aux petits frères des Pauvres. Je rends visite à des personnes âgées à leurs domiciles. Je fais partie d’un groupe de bénévoles, qui se réunit une fois par mois en présence d’un référent (salarié des petits frères des Pauvres). La réunion se passe dans les locaux des petits frères et en semaine (présence du référent) et en soirée (à partir de 19h). La réunion, le soir pour permettre aux bénévoles en activité professionnelle et en étude d'être présents. Cette rencontre est le moment de partage d'expérience et elle se déroule dans une ambiance conviviale (un repas organisé par les petits frères des Pauvres à la fin de chaque réunion).
    Je suis à mon deuxième accompagnement. Les visites sont hebdomadaires et durent minimum 30 minutes et sont fonction de l'activité (sortie au parc, visite de lieux, kermesse paroissiale...) et surtout de la forme de la personne  âgée.
    Pendant les vacances d'été, je suspends sereinement mon bénévolat pendant 1 mois. Les petits frères des Pauvres recherchant pendant cette période des bénévoles d'été qui prennent le relais de l’accompagnement. 
    Le premier accompagnement m’a permis de rencontrer Madeleine qui nous a quittés en avril dernier. Ma relation avec Madeleine a duré 4 ans et nous nous sommes bien appréciées dès le premier rendez-vous (qui s’est déroulé en présence d’un salarié de l’association). Puis nous avons appris à nous connaître, en partageant des récits (enfance, famille et personnalités rencontrées…), récits qui ont provoqués des silences et parfois des fous rires, des moments plus difficiles quand elle avait mal ou quand je ne pouvais pas venir lui rendre visite. La mort de Madeleine a été une épreuve difficile que j’ai pu surmonter grâce à mon entourage. Par entourage, j’entends ma famille et mes amis qui ont été très présents, mais aussi les salariés et bénévoles des petits frères des Pauvres.
    Ce soutien m’a permis de rencontrer deux autres personnes âgées (Raymonde et Gilberte) qui sont charmantes. Les premiers contacts ont été très différents. Avec Raymonde nous avons échangé très facilement. Gilberte, quant à elle,  était méfiante les deux premiers rendez-vous, mais maintenant elle me permet de l’embrasser ! Cette relation d’accompagnement peut réserver bien des surprises, ce qui fût mon cas cette année. Je me suis fait opérer (avec 5 jours à l’hôpital) et j’ai prévenu Raymonde car le dimanche suivant je devais lui rendre visite. Elle m’a proposé de me voir à l’hôpital. J’ai été très émue en la voyant venir avec des fleurs !
    En dehors des visites à domicile, je participe à l’action de Noël (distribution des colis et déjeuner du 25 décembre), à la distribution des roses le 1er octobre lors de l’opération « Les fleurs de la fraternité » pour la journée mondiale des personnes âgées, à l’organisation des sorties des personnes âgées. Je participe aussi  à des formations proposées par Les petits frères des Pauvres pour m’améliorer dans mon accompagnement, par exemple, «Deuil et pertes», «la prise de paroles en public», «Circuits administratifs: mieux connaître pour comprendre et situer son rôle». Ces formations me permettent de prendre du recul quant à  mon implication dans l'association et auprès des personnes que j’accompagne, afin de garder des relations saines. Je m’implique aussi dans la recherche de bénévoles (témoignage sur les soirées d’informations et forums associatifs divers).
    J'ai du mal à estimer le temps que je consacre au bénévolat car c'est une activité que je fais sans obligation avec un plaisir immense.
    Pour conclure, mon bénévolat participe à mon équilibre et je remercie vivement toutes ces personnes (personnes âgées, bénévoles et salariés) pour leur confiance !

    Adélaïde NIEGUITSILA 

    Bénévole sur le 14ième (Paris)


     

    Vous aussi, vous souhaitez particper à nos actions? N'hésitez pas à nous contacter au 01.45.44.44.30 ou envoyer un mail à paris.sud@petitsfreresdespauvres.fr

  • La Folle Journée à l'hôpital : l'artiste Paul Lay nous livre ses impressions

    Le 17/02/2014
    « Ce moment restera gravé. J'ai senti dès mes premiers pas dans l'enceinte de la maison de Pirmil une très belle et très forte énergie : votre accueil très chaleureux, et votre équipe qui s'occupe merveilleusement bien des patients. Je l'ai senti de suite, l'atmosphère était sereine.

       L'échange musical avec les patients a été très simple, direct et immédiat. J'ai beaucoup appris et en suis ressorti revigoré.
    C'est l'un des plus beaux moments que j'ai vécu lors de cette semaine nantaise.
    Merci encore pour l'invitation.
    Longue vie à l'association ! »

  • Noël : quand les résidents de Malbuisson se rendent à Strasbourg

    Jean-Pierre, l'un des résidents, raconte :

    Pour les fêtes de Noël, 4 résidents de la Maison relais Malbuisson accompagnés de deux bénévoles ont fait le voyage jusqu’à Strasbourg, où ils ont pu profiter ensemble de la magie des marchés. Une occasion en or de rencontrer l'équipe strasbourgeoise, qui les a accueillis chaleureusement.

    "Nos bagages ficelés depuis plusieurs jours ont rejoint le compartiment du TGV. Ça y est, départ pour Strasbourg. Marie, Frédéric, Jean-Marc et moi-même, mais également Ruth, notre présidente, Jacques, un bénévole et Cécile, l’animatrice, sont du voyage.
    Chaudement vêtus, à notre arrivée, nous sommes surpris par le climat alsacien tempéré.  L’auberge de jeunesse, notre point de chute, est accueillante. Après le repas et ce long voyage, dodo.
     Le lendemain matin, avides de découvrir le marché de Noël, c’est très tôt que nous partageons le petit-déjeuner. A midi, nous serons invités chez les « petits frères » de Strasbourg, accueil sympa autour d’un repas partagé, le regard sans artifice propre aux Alsaciens nous met vite dans l’ambiance.
    Et puis, c’est le marché de Noël : stands artisanaux, effluves de vin chaud, sapins scintillants, rues aux vitrines décorées, Noël est là... Visite de la merveilleuse « petite France » avec sa Cathédrale, où nous assistons le dimanche à l’office, ainsi qu’à la visite guidée de l’horloge astronomique.  Plus tard, nous assisterons à un concert orgue et flûte, la veille du départ.  Un autre concert donné au Temple nous comblera également.

    Durant notre séjour, nous embarquerons à bord d’un bateau mouche pour visiter les canaux ; le riche patrimoine accapare notre regard ainsi que notre attention comme l’église St Pierre le Vieux, dédiée aux cultes catholique et protestant, le palais de l’Europe, l’église St Thomas avec le tombeau du Maréchal de Saxe, les rives des canaux aux mille et une habitations typiquement alsaciennes ornées de bois et pierres sculptées.
    Promenades, découvertes, émerveillement, dans une ambiance bon enfant, ont rempli ces jours.  Avant notre départ, nous avons testé un super restaurant et ses succulentes spécialités. Et il n’y a pas que la choucroute à Strasbourg.
     
    Ce séjour a été l’occasion de mieux nous connaître et c’est à regret que nous devons quitter Strasbourg. Un dernier regard vers un nid de cigognes, je ne sais si elles étaient réelles, mais en tout cas ce fut un magnifique cadeau qu’elles nous apportèrent.  Les « petits frères » de Marseille y sont pour beaucoup pour avoir aidé au financement de ce voyage, ainsi que ceux de Strasbourg pour leur accueil chaleureux. Michel, le responsable de Malbuisson, avait de main de maître organisé ce séjour. D’ailleurs, il était présent pour nous accueillir à notre arrivée dans cette magnifique province.  
     
    Que dire de plus ? Sinon fermer les yeux pour garder un peu plus longtemps nos souvenirs et pour finir, vous dire à voix basse  « merci les petits frères »..."

    Jean-Pierre, résident de la Maison relais Malbuisson

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres