Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Toutes les actualités

Toutes les actualités

  • Projet intergénérationnel : 2 100 petits bonnets récoltés par les lycéens de Châtillon

    Le 19/04/2017
    Un beau projet intergénérationnel pour retisser du lien social !

    Bravo aux élèves de 1ere du lycée Désiré Nisard (Châtillon, Côte d'Or) qui ont récolté 2 100 petits bonnets !

    Un projet mené brillamment par la classe qui a fédéré les jeunes, des bénévoles et personnes accompagnées à la maison de Pothières, ainsi que des acteurs locaux (EHPAD, MJC, Centre social ...) autour d'une cause commune : la lutte contre l'isolement des personnes âgées.

    Lire l'article de presse du journal Le Châtillonais et l'Auxois

    Vous souhaitez rejoindre les petits frères de Châtillon-sur-Seine ? Une équipe est en création. 

    Les petits frères des Pauvres ont pour projet de créer une équipe bénévole à Châtillon (21) pour lutter contre l’isolement des personnes âgées sur le secteur. Cette équipe sera soutenue par un jeune service civique mis à disposition par l’association Binôme 21 et par un référent salarié petits frères des Pauvres. Le démarrage de l’action est prévu pour le mois de septembre 2017.

    Une réunion sera organisée en amont et une communication sur cette date de réunion sera faite très largement auprès des habitants du secteur. 

    Le bénévolat aux petits frères se caractérise par une grande souplesse et une possibilité d’action adaptée au temps que vous pourrez consacrer. Par exemple, en proposant 1 h de votre temps par semaine ou bien une demi-journée par mois, vous offrez à des personnes âgées isolées un cadeau qui n’a pas de prix : des moments d’échange, de partage et de convivialité. 

    Si vous souhaitez nous rejoindre et avoir davantage de renseignements sur notre association, n’hésitez pas à nous contacter aux coordonnées suivantes :  

    Elodie HIRCHI - Coordinatrice de Développement Social par téléphone au 07 76 06 90 68 ou par mail à elodie.hirchi@petitsfreresdespauvres.fr 

     
    En savoir plus : https://www.petitsfreresdespauvres.fr/dons/tricoter-solidaire.html
  • Armelle de Guibert, la femme de la semaine sur France Bleu

    Le 12/04/2017
    C'est la première fois qu'une femme est à la tête des petits frères des Pauvres. Armelle de Guibert a choisi très tôt de s'engager auprès des plus démunis.

    Une femme à la tête des petits frères des Pauvres, c'est une première. Armelle de Guibert est la déléguée générale de l'association. Les petits frères des Pauvres emploient près de 660 salariés, ils ont plus de 250 équipes sur le terrain, une trentaine de structures d'accueil et 11.000 bénévoles. Près de 90 % des personnes qu'ils aident et accompagnent ont plus de 60 ans.

    Armelle de Guibert est l'invitée de l'émission "La femme de la semaine" animée par Jacqueline Biassette sur France Bleu

    Jacqueline Biassette | La femme de la semaine, France Bleu | 2/04/2017

  • Colette, du swing contre la déprime

    Le 11/04/2017
    A 84 ans, Colette n’a jamais vraiment vieilli. Pourtant chaque jour son Parkinson tente de lui prouver le contraire. Alors la petite Normande s’accroche à ses rêves et ses souvenirs. Son credo ? Le jazz et les macarons. Un bon combo pour une âme d’ado coincée dans un corps de vieille femme.
    Le blog de Sans A _ Rendre visible les invisibles dresse le portrait de Colette, résidente à La Jonquière, petite unité de vie des petits frères des Pauvres à Paris.

    D'enfant gâtée à vieille isolée, Colette et ses petits plaisirs anti-déprime.

    >> Lire le portrait de Colette dans la publication de SANS A _

    En savoir plus sur la petite unité de vie qui abrite Colette

    >> La Jonquière

     

  • Recherche de nouveaux bénévoles au Marché Paysan de Pantin

    Le 04/04/2017
    Le 19 mars 2017, 5 bénévoles : Anne-Marie, Floriane, Gérard, Hélène et Mireille, ont tenu le stand des petits frères des Pauvres au 1er Marché de la Confédération Paysanne de Pantin.

    Beaucoup d’affluence place de l’église en ce dimanche, et beaucoup de « belles rencontres », dixit Anne-Marie, bénévole. Sept personnes se sont inscrites pour venir à une réunion d’information sur notre bénévolat et les différents types d’accompagnement de personnes âgées menés par notre équipe. Une belle journée riche d'échanges !

    Vous souhaitez devenir bénévole dans notre équipe :

    Contactez-nous au 01 48 43 25 52 ou banlieue.psg@petitsfreresdespauvres.fr

  • Présidentielles 2017 : les petits frères des Pauvres déplorent des programmes politiques peu ambitieux pour les personnes âgées

    Le 03/04/2017
    En France, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent plus de 20 % de la population. Bien que la transition démographique soit un enjeu pour les 50 ans à venir, il semble que les personnes âgées ne soient pas une priorité dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle 2017.

    Le vieillissement durable est une nouveauté de notre société. Avec une espérance de vie de 79,4 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes, 20 000 centenaires (presque 20 fois plus qu’en 1970 !), on n’a jamais vécu aussi longtemps en France. Et selon l’INSEE, en 2060, 23,6 millions de personnes seraient âgées de plus de 60 ans, soit une personne sur trois et on pourrait compter 200 000 centenaires. Depuis dix ans, les pouvoirs publics ont commencé à intégrer ces perspectives en passant d’une politique de la vieillesse à une politique du vieillissement. Face à l’ampleur des besoins, on ne peut se suffire des quelques avancées générées par la loi Adaptation de la société au vieillissement promulguée en décembre 2015.

    La place des personnes âgées dans notre société : ne pas attendre que cela devienne une urgence ! 

    Les petits frères des Pauvres déplorent que les candidats à l’élection présidentielle ne présentent pas de propositions plus novatrices pour les personnes âgées. Sans prospective, sans ambition sur le long terme, sans prise en compte de la parole des personnes âgées et des acteurs de terrain, les enjeux du vieillissement et la place des aînés risquent de devenir une urgence dans les années à venir. Pour Alain Villez, président des petits frères des Pauvres, « il est essentiel que les candidats à l’élection présidentielle ne se contentent plus de faire des propositions à court terme, pour la durée d’un quinquennat, mais proposent une politique préventive et volontariste, un vrai contrat social en tenant compte vraiment des besoins exprimés par les personnes âgées, en permettant à chacune d’entre elles la possibilité de choisir son lieu de vie, quels que soient son parcours, ses ressources ou ses difficultés, en favorisant une société protectrice, inclusive et intergénérationnelle. Il est urgent de donner à la fraternité la place qu’elle mérite ! »

    Présidentielles 2017 : des propositions éloignées des besoins exprimées par les personnes âgées 

    Fort de son expérience et de son engagement auprès des personnes âgées, en particulier les plus fragilisées et les plus isolées, l’Association les petits frères des Pauvres regrette que les candidats ne formulent pas des propositions à la hauteur des enjeux.

    Si une majorité d’entre eux proposent la revalorisation de l’ASPA (Allocation de solidarité pour les personnes âgées ou minimum vieillesse), ils n’affichent pas pour autant la volonté de sortir d’un « minimum vieillesse » sous le seuil de pauvreté. 

    Concernant les aides à l’autonomie, alors qu’une majorité de Français réclament la mise en place d’un financement durable et que les personnes sont de plus en plus confrontées aux difficultés financières et psychologiques, les propositions des différents candidats ne se concentrent que sur le financement de la sécurité sociale et l’assurance retraite en particulier et sur l’âge légal de départ en retraite. Quant à l’habitat, les propositions sont peu innovantes et se résument essentiellement à l’augmentation des places d’EHPAD. Ces lieux d’accueil sont bien sûr indispensables mais ces propositions ne sont pas à la hauteur des besoins exprimés par un nombre croissant de personnes âgées souhaitant avant tout rester à leur domicile. Même constat concernant l’accompagnement de la fin de vie et les soins palliatifs qui ne figurent dans aucun programme des candidats. 

    Où est la promotion des liens entre générations ?

    Depuis plusieurs années, les petits frères des Pauvres, comme l’ensemble du secteur associatif, constatent une hausse inquiétante de l’isolement chez les personnes âgées, principalement chez les plus de 75 ans, avec un triptyque infernal « vieillissement- isolement- pauvreté » chez les plus fragiles. Les personnes âgées, qui ont envie de rester des acteurs à part entière de notre société sont une vraie richesse. Retisser le lien social, favoriser les échanges entre les générations, encourager les plus jeunes à s’investir auprès des plus âgés doivent être une priorité. Et là aussi, les propositions des différents candidats ne sont pas très étayées : points retraite pour valoriser le bénévolat, service citoyen obligatoire, valorisation d’associations utiles… mais aucune mesure pour promouvoir l’engagement citoyen à sa juste valeur, à savoir la fraternité comme fondement essentiel de notre République

    Contacts presse 

    les petits frères des Pauvres 

    Isabelle Sénécal  01 49 23 14 49
    isabelle.senecal@petitsfreresdespauvres.fr 

    Profile ! 

    Mendrika Rabenjamina  01 56 26 72 24
    mrabenjamina@agence-profile.com

  • ''Petits bonnets, Grande cause'' : 100 253,40 euros récoltés grâce aux tricoteuses et tricoteurs

    Tricot solidaire

    Le 29/03/2017
    Le 28 mars dernier, nous avions rendez-vous avec innocent pour connaitre le résultat final de l’opération ''Petits bonnets, Grande cause'' édition 2016. A cette occasion, le directeur général d’innocent, Nicolas Marotte a remis un chèque de 100 253,40 euros à Alain Villez, Président des petits frères des Pauvres.

    Pour rappel, le but de cette opération solidaire menée conjointement avec innocent depuis 11 ans est de soutenir l’action des petits frères des Pauvres, tout en créant du lien et de la solidarité par le biais du tricot.

    Pour cette 11ème édition, l’enthousiasme et la motivation de milliers de tricoteuses et tricoteurs a encore une fois permis de relever le défi lancé par innocent de tricoter 500 000 petits bonnets pour coiffer les bouteilles de smoothies vendues. Cette année nous avons reçu précisément 501 267 petits bonnets tricotés ! Ces petites bouteilles coiffées de vos créations ont été vendues durant le mois de janvier et février dernier dans les points de vente participants à l’opération.

    Au cours de cette cérémonie, Nicolas Marotte a rappelé l’importance de ce partenariat pour innocent qui se fait fort de partager une partie des bénéfices créés par l’entreprise avec ceux qui en ont le plus besoin… là aussi, pari gagné !

    Cette cérémonie aura été l’occasion de remercier l’ensemble des participants à cette grande chaîne de solidarité. Egalement remerciée par les deux responsables, l’équipe de fidèles bénévoles qui réceptionne vos créations. Les petits frères des Pauvres ont naturellement remercié innocent pour son fidèle soutien depuis 11 ans déjà !

    Les fonds récoltés grâce à vos travaux et à la volonté d’innocent de nous soutenir nous permettront de pérenniser nos actions auprès des plus âgés qui souffrent de solitude et de pauvreté. Il n’y a pas de mot assez fort pour exprimer notre joie face à un tel élan de générosité.

    Sans vous, rien de tout cela n’aurait été possible… au nom des personnes âgées que nous accompagnons, des bénévoles et des salariés des petits frères des Pauvres, 501 267 MERCIS à toutes et à tous.

    Et rendez-vous dès maintenant pour un nouveau challenge !

    Ressortez vos aiguilles, 2017 promet un nouveau record à battre !

    En savoir plus sur l'opération "Petits bonnets, Grande cause"

    En savoir plus sur innocent : http://www.innocent.fr

  • Présent ! - L'Appel des Solidarités

    Les associations font l'appel, répondons présent !

    Le 23/03/2017
    80 associations de tous horizons, dont les petits frères des Pauvres, unissent leurs voix pour lancer l’Appel des solidarités : un mot d’ordre commun, « Présent », pour mettre les solidarités au cœur du débat public.

    Pour en savoir plus et signer l’Appel, rendez-vous sur www.appel-des-solidarites.fr

    À cette occasion, Armelle de Guibert, déléguée générale des petits frères des Pauvres, était l’invitée de Philippe Bertrand dans « Carnets de campagne » sur France Inter ce jeudi 23 mars. 

    Suivre l'Appel des Solidarités

  • Annonay - des bénévoles s’engagent pour accompagner les personnes âgées dans la précarité

    Les petits frères des Pauvres en Ardèche

    Une équipe locale de l’association Les petits frères des Pauvres s’est installée à Annonay. Son objectif : visiter à leur domicile des personnes isolées de plus de 50 ans. Une thématique qui ne trouvait pas de réponse jusqu’à maintenant sur le territoire.

    « Quand on regarde un petit peu autour de soi, on se rend compte qu’il y a beaucoup de personnes âgées en solitude. Je me sens concernée, je ne peux pas rester les bras croisés » témoigne Annie Lamy, 73 ans, bénévole au sein de l’association Les petits frères des Pauvres. Elle débute dans l’association à Lyon, il y a plus d’une décennie. Alors âgée de 55 ans, au chômage, elle décide de réserver ce temps-là – bien que ce soit une mauvaise période pour elle – à apporter de la joie de vivre et de la fraternité aux autres. « J’avais envie de leur apporter une présence bienveillante, qui soit utile. Ma maman était quelqu’un qui était toujours à tendre la main aux autres. Elle nous a élevés dans cet esprit de regarder autour de soi, d’aider les autres. J’étais prête à donner et à recevoir ». Elle reste bénévole durant huit ans dans la région lyonnaise, notamment à Villeurbanne. Devenue annonéenne il y a six ans, elle s’implique aussi dans la vie associative locale, tout en restant en contact avec les "petits frères". Alors quand la direction régionale souhaite lancer une équipe locale à Annonay, elle est rapidement au courant, et s’y implique d’emblée. « Quand on voit un sourire ou des yeux qui s’éclairent, la confiance que l’on peut nous faire, c’est formidable. »

    Alors que « la vieille bénévole » se relance dans l’association, un jeune homme arrive sur la pointe des pieds. Ludovic Abdellali, 29 ans, prépare actuellement ses concours d’entrée aux écoles pour devenir éducateur spécialisé, ou éducateur technique spécialisé. C’est par hasard qu’il tombe sur l’association en faisant des recherches sur Internet. Il en contacte plusieurs et elle est la première à lui répondre. « Dans le cadre scolaire, on m’a conseillé de prendre de l’expérience en faisant du bénévolat. Je n’étais pas obligé de le faire mais Dominique (ndlr : Viallon, adjointe de direction régionale pour Drôme-Ardèche) m’a parlé du projet, et cela m’a intéressé. J’ai déjà travaillé avec des jeunes et un public handicapé, donc je recherchais aussi une autre expérience. » Parmi les points qui l’ont séduit, il y a la devise de l’association, «  des fleurs avant le pain ». En tant que nouveau bénévole, Ludovic va suivre prochainement une formation pour l’accueil des nouveaux bénévoles, une sur l’écoute et il pense en suivre une sur le thème du vieillissement.

    Des visites à domicile

    L’association Les petits frères des Pauvres est née en 1946, après-guerre. Reconnue d’utilité publique et non-confessionnelle, son but est de lutter contre l’isolement des plus de 50 ans en situation de précarité. Si de nombreuses façons existent au sein de l’association pour retrouver du lien social, à Annonay, le choix a été fait de visiter les personnes à leur domicile en binôme et en alternance. Ainsi deux bénévoles visitent deux personnes en alternance chaque semaine. « Cela permet d’avoir un regard croisé, de ne pas avoir une surcharge affective avec une personne comme c’est le cas dans du « un pour un » et ça permet aussi de se remplacer pendant les vacances, explique Dominique Viallon, adjointe de direction régionale. Et quand il y a un bénévole qui s’en va, en cas de déménagement par exemple, il y en a toujours un qui est en place, donc pas de rupture dans l’accompagnement ».

    Une problématique identifiée

    Le travail de l’équipe locale a débuté le 10 novembre dernier. Afin de connaître les problématiques locales, les bénévoles de départ – Annie, Ludovic et Françoise Boudra rejoints depuis par Laurent Mousset – et Dominique Viallon ont rencontré les autres partenaires médico-sociaux du territoire. « On voulait être sûr de ne pas faire les mêmes actions qu’une autre association », rapporte Ludovic. « La démarche était de savoir ce qu’il existait déjà, avec quelle dynamique, est-ce qu’il était pertinent de créer une équipe sur le domicile ou en établissement etc. » explique Dominique Viallon. Les autres acteurs associatifs leur ont ainsi rapporté qu’ils ont beaucoup de demandes pour accompagner des personnes résidant dans le centre ancien par exemple, alors que des associations interviennent déjà dans les établissements hospitaliers. Grâce à ces contacts, l’équipe d’Annonay va pouvoir aller à la rencontre des personnes isolées.

    À l’origine de la création de cette équipe locale, il y a une initiative de la Région. Celle-ci constate qu’aucune équipe mise à part dans le Diois n’est présente en Drôme Ardèche. Pourtant le vieillissement démographique est très fort et la précarité importante. De fait, la direction régionale a choisi de se développer sur ces départements en ciblant les villes d’Annonay, Privas, Romans, Valence et le Diois. Côté organisation, Dominique Viallon explique la logistique de l’association. «  Les équipes locales, en les développant, vont s’organiser et devenir suffisamment autonomes pour faire elles-mêmes des liens avec les partenaires, accueillir et intégrer les nouveaux bénévoles, recevoir les signalements, le tout avec le soutien des salariés ».

    Un réel impact

    A Lyon par exemple, Dominique et Annie ont œuvré ensemble à Villeurbanne à travers diverses actions pour un accompagnement des plus personnalisés : visites journalières à domicile ou en institution, accueils à la journée (partage de repas, temps de convivialité, projet culturel…), séjours de vacances adaptés en fonction du profil des personnes, interventions en foyers Adoma auprès des retraités migrants, accompagnement des personnes malades, accueil pour les personnes vieillissantes à la rue, actions logement, actions festives ponctuelles.

    » Dans la fête, on voit de la lumière dans leurs yeux, c’est très valorisant » assure Annie. Pour Dominique, après 20 ans d’activité au sein de l’association, l’impact de l’accompagnement est évident. «  Je suis témoin de petites transformations, de gens qui sont arrivés en commission d’admission, repliés sur eux-mêmes, qui se laissaient aller complètement. Et le fait d’avoir simplement la visite régulière d’un bénévole, avec le sentiment qu’ils pouvaient compter pour et sur quelqu’un, tout d’un coup, ça leur redonne une estime d’eux-mêmes et une confiance en eux. J’ai vu des gens se transformer. »

    Flora Chaduc - Hebdo-Ardeche.fr - 21/03/2017

  • Orléans - Vive les crêpes et les petits frères !

    Le 21/03/2017
    Le 5 février dernier, les bénévoles et les personnes âgées de l'antenne des petits frères des Pauvres d'Orléans se sont réunis à l'occasion d'un "goûter chandeleur" chaleureux et gourmand dans la salle de l'Aselqo Madeleine.

    Les 25 personnes présentes ont donc pu cuisiner et déguster de bonnes crêpes dans une ambiance conviviale faite de discussion et d'échanges amicaux.
    Après s'être régalé et bien amusé, tout le monde est reparti chez soi en pensant déjà au prochain goûter !  

  • Envie d'aider des personnes en situation de précarité ?

    Le 21/03/2017
    Votre mission : accompagner des personnes en situation de précarité dans un projet de stabilisation et de relogement en banlieue parisienne (Saint-Denis, Livry-Gargan, Créteil / Saint-Maur des Fossés, Cergy).

    Présente sur le territoire Est de la banlieue parisienne, l’équipe de bénévoles accompagne des personnes en situation de précarité dans diverses situations :

    • personne sans domicile fixe
    • personne locataire ou propriétaire menacée d’expulsion
    • personne dans un logement insalubre
    • personne dans une situation d’hébergement précaire (squat, sous location, hébergement conflictuel chez un particulier…).

    Soutenue par la salariée assistante sociale, vous intégrez une équipe de bénévoles et participez au projet commun de relogement de personnes en précarité. Vous aurez donc différentes actions à mener :

    • Rencontrer la personne, évaluer sa situation et faire émerger son projet
    • Créer un lien privilégié avec la personne accompagnée
    • Soutenir la personne dans ses démarches administratives en lien avec les partenaires sociaux
    • Participer à la recherche de solutions d’hébergement temporaire et/ou de logement pérenne
    • Favoriser l’intégration et l’adaptation de la personne dans un nouveau logement

    Pour mener à bien cette mission, l’association des petits frères des Pauvres vous propose un programme de formations, des temps d’échanges et le soutien d’une équipe.

    Disponibilité requise : quelques heures par semaine de façon régulière


    Comprendre le parcours de relogement chez les petits frères des Pauvres

    Mustapha Djellouli, chef de service du pôle accompagnement social personnalisé, et Emmanuelle Jenney, responsable de la gestion locative, retracent le parcours d'une personne âgée en difficulté pour retrouver un logement stable, grâce à l'accompagnement des petits frères des Pauvres.

    Envie de nous rejoindre ?

    Contactez-nous au 06.79.73.83.58 ou par messagerie banlieue.avl@petitsfreresdespauvres.fr

    ou

    complétez le formulaire bénévolat en ligne

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres