Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Toutes les actualités

Toutes les actualités

  • Présidentielles 2017 : les petits frères des Pauvres déplorent des programmes politiques peu ambitieux pour les personnes âgées

    Le 03/04/2017
    En France, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent plus de 20 % de la population. Bien que la transition démographique soit un enjeu pour les 50 ans à venir, il semble que les personnes âgées ne soient pas une priorité dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle 2017.

    Le vieillissement durable est une nouveauté de notre société. Avec une espérance de vie de 79,4 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes, 20 000 centenaires (presque 20 fois plus qu’en 1970 !), on n’a jamais vécu aussi longtemps en France. Et selon l’INSEE, en 2060, 23,6 millions de personnes seraient âgées de plus de 60 ans, soit une personne sur trois et on pourrait compter 200 000 centenaires. Depuis dix ans, les pouvoirs publics ont commencé à intégrer ces perspectives en passant d’une politique de la vieillesse à une politique du vieillissement. Face à l’ampleur des besoins, on ne peut se suffire des quelques avancées générées par la loi Adaptation de la société au vieillissement promulguée en décembre 2015.

    La place des personnes âgées dans notre société : ne pas attendre que cela devienne une urgence ! 

    Les petits frères des Pauvres déplorent que les candidats à l’élection présidentielle ne présentent pas de propositions plus novatrices pour les personnes âgées. Sans prospective, sans ambition sur le long terme, sans prise en compte de la parole des personnes âgées et des acteurs de terrain, les enjeux du vieillissement et la place des aînés risquent de devenir une urgence dans les années à venir. Pour Alain Villez, président des petits frères des Pauvres, « il est essentiel que les candidats à l’élection présidentielle ne se contentent plus de faire des propositions à court terme, pour la durée d’un quinquennat, mais proposent une politique préventive et volontariste, un vrai contrat social en tenant compte vraiment des besoins exprimés par les personnes âgées, en permettant à chacune d’entre elles la possibilité de choisir son lieu de vie, quels que soient son parcours, ses ressources ou ses difficultés, en favorisant une société protectrice, inclusive et intergénérationnelle. Il est urgent de donner à la fraternité la place qu’elle mérite ! »

    Présidentielles 2017 : des propositions éloignées des besoins exprimées par les personnes âgées 

    Fort de son expérience et de son engagement auprès des personnes âgées, en particulier les plus fragilisées et les plus isolées, l’Association les petits frères des Pauvres regrette que les candidats ne formulent pas des propositions à la hauteur des enjeux.

    Si une majorité d’entre eux proposent la revalorisation de l’ASPA (Allocation de solidarité pour les personnes âgées ou minimum vieillesse), ils n’affichent pas pour autant la volonté de sortir d’un « minimum vieillesse » sous le seuil de pauvreté. 

    Concernant les aides à l’autonomie, alors qu’une majorité de Français réclament la mise en place d’un financement durable et que les personnes sont de plus en plus confrontées aux difficultés financières et psychologiques, les propositions des différents candidats ne se concentrent que sur le financement de la sécurité sociale et l’assurance retraite en particulier et sur l’âge légal de départ en retraite. Quant à l’habitat, les propositions sont peu innovantes et se résument essentiellement à l’augmentation des places d’EHPAD. Ces lieux d’accueil sont bien sûr indispensables mais ces propositions ne sont pas à la hauteur des besoins exprimés par un nombre croissant de personnes âgées souhaitant avant tout rester à leur domicile. Même constat concernant l’accompagnement de la fin de vie et les soins palliatifs qui ne figurent dans aucun programme des candidats. 

    Où est la promotion des liens entre générations ?

    Depuis plusieurs années, les petits frères des Pauvres, comme l’ensemble du secteur associatif, constatent une hausse inquiétante de l’isolement chez les personnes âgées, principalement chez les plus de 75 ans, avec un triptyque infernal « vieillissement- isolement- pauvreté » chez les plus fragiles. Les personnes âgées, qui ont envie de rester des acteurs à part entière de notre société sont une vraie richesse. Retisser le lien social, favoriser les échanges entre les générations, encourager les plus jeunes à s’investir auprès des plus âgés doivent être une priorité. Et là aussi, les propositions des différents candidats ne sont pas très étayées : points retraite pour valoriser le bénévolat, service citoyen obligatoire, valorisation d’associations utiles… mais aucune mesure pour promouvoir l’engagement citoyen à sa juste valeur, à savoir la fraternité comme fondement essentiel de notre République

    Contacts presse 

    les petits frères des Pauvres 

    Isabelle Sénécal  01 49 23 14 49
    isabelle.senecal@petitsfreresdespauvres.fr 

    Profile ! 

    Mendrika Rabenjamina  01 56 26 72 24
    mrabenjamina@agence-profile.com

  • ''Petits bonnets, Grande cause'' : 100 253,40 euros récoltés grâce aux tricoteuses et tricoteurs

    Tricot solidaire

    Le 29/03/2017
    Le 28 mars dernier, nous avions rendez-vous avec innocent pour connaitre le résultat final de l’opération ''Petits bonnets, Grande cause'' édition 2016. A cette occasion, le directeur général d’innocent, Nicolas Marotte a remis un chèque de 100 253,40 euros à Alain Villez, Président des petits frères des Pauvres.

    Pour rappel, le but de cette opération solidaire menée conjointement avec innocent depuis 11 ans est de soutenir l’action des petits frères des Pauvres, tout en créant du lien et de la solidarité par le biais du tricot.

    Pour cette 11ème édition, l’enthousiasme et la motivation de milliers de tricoteuses et tricoteurs a encore une fois permis de relever le défi lancé par innocent de tricoter 500 000 petits bonnets pour coiffer les bouteilles de smoothies vendues. Cette année nous avons reçu précisément 501 267 petits bonnets tricotés ! Ces petites bouteilles coiffées de vos créations ont été vendues durant le mois de janvier et février dernier dans les points de vente participants à l’opération.

    Au cours de cette cérémonie, Nicolas Marotte a rappelé l’importance de ce partenariat pour innocent qui se fait fort de partager une partie des bénéfices créés par l’entreprise avec ceux qui en ont le plus besoin… là aussi, pari gagné !

    Cette cérémonie aura été l’occasion de remercier l’ensemble des participants à cette grande chaîne de solidarité. Egalement remerciée par les deux responsables, l’équipe de fidèles bénévoles qui réceptionne vos créations. Les petits frères des Pauvres ont naturellement remercié innocent pour son fidèle soutien depuis 11 ans déjà !

    Les fonds récoltés grâce à vos travaux et à la volonté d’innocent de nous soutenir nous permettront de pérenniser nos actions auprès des plus âgés qui souffrent de solitude et de pauvreté. Il n’y a pas de mot assez fort pour exprimer notre joie face à un tel élan de générosité.

    Sans vous, rien de tout cela n’aurait été possible… au nom des personnes âgées que nous accompagnons, des bénévoles et des salariés des petits frères des Pauvres, 501 267 MERCIS à toutes et à tous.

    Et rendez-vous dès maintenant pour un nouveau challenge !

    Ressortez vos aiguilles, 2017 promet un nouveau record à battre !

    En savoir plus sur l'opération "Petits bonnets, Grande cause"

    En savoir plus sur innocent : http://www.innocent.fr

  • Présent ! - L'Appel des Solidarités

    Les associations font l'appel, répondons présent !

    Le 23/03/2017
    80 associations de tous horizons, dont les petits frères des Pauvres, unissent leurs voix pour lancer l’Appel des solidarités : un mot d’ordre commun, « Présent », pour mettre les solidarités au cœur du débat public.

    Pour en savoir plus et signer l’Appel, rendez-vous sur www.appel-des-solidarites.fr

    À cette occasion, Armelle de Guibert, déléguée générale des petits frères des Pauvres, était l’invitée de Philippe Bertrand dans « Carnets de campagne » sur France Inter ce jeudi 23 mars. 

    Suivre l'Appel des Solidarités

  • Annonay - des bénévoles s’engagent pour accompagner les personnes âgées dans la précarité

    Les petits frères des Pauvres en Ardèche

    Une équipe locale de l’association Les petits frères des Pauvres s’est installée à Annonay. Son objectif : visiter à leur domicile des personnes isolées de plus de 50 ans. Une thématique qui ne trouvait pas de réponse jusqu’à maintenant sur le territoire.

    « Quand on regarde un petit peu autour de soi, on se rend compte qu’il y a beaucoup de personnes âgées en solitude. Je me sens concernée, je ne peux pas rester les bras croisés » témoigne Annie Lamy, 73 ans, bénévole au sein de l’association Les petits frères des Pauvres. Elle débute dans l’association à Lyon, il y a plus d’une décennie. Alors âgée de 55 ans, au chômage, elle décide de réserver ce temps-là – bien que ce soit une mauvaise période pour elle – à apporter de la joie de vivre et de la fraternité aux autres. « J’avais envie de leur apporter une présence bienveillante, qui soit utile. Ma maman était quelqu’un qui était toujours à tendre la main aux autres. Elle nous a élevés dans cet esprit de regarder autour de soi, d’aider les autres. J’étais prête à donner et à recevoir ». Elle reste bénévole durant huit ans dans la région lyonnaise, notamment à Villeurbanne. Devenue annonéenne il y a six ans, elle s’implique aussi dans la vie associative locale, tout en restant en contact avec les "petits frères". Alors quand la direction régionale souhaite lancer une équipe locale à Annonay, elle est rapidement au courant, et s’y implique d’emblée. « Quand on voit un sourire ou des yeux qui s’éclairent, la confiance que l’on peut nous faire, c’est formidable. »

    Alors que « la vieille bénévole » se relance dans l’association, un jeune homme arrive sur la pointe des pieds. Ludovic Abdellali, 29 ans, prépare actuellement ses concours d’entrée aux écoles pour devenir éducateur spécialisé, ou éducateur technique spécialisé. C’est par hasard qu’il tombe sur l’association en faisant des recherches sur Internet. Il en contacte plusieurs et elle est la première à lui répondre. « Dans le cadre scolaire, on m’a conseillé de prendre de l’expérience en faisant du bénévolat. Je n’étais pas obligé de le faire mais Dominique (ndlr : Viallon, adjointe de direction régionale pour Drôme-Ardèche) m’a parlé du projet, et cela m’a intéressé. J’ai déjà travaillé avec des jeunes et un public handicapé, donc je recherchais aussi une autre expérience. » Parmi les points qui l’ont séduit, il y a la devise de l’association, «  des fleurs avant le pain ». En tant que nouveau bénévole, Ludovic va suivre prochainement une formation pour l’accueil des nouveaux bénévoles, une sur l’écoute et il pense en suivre une sur le thème du vieillissement.

    Des visites à domicile

    L’association Les petits frères des Pauvres est née en 1946, après-guerre. Reconnue d’utilité publique et non-confessionnelle, son but est de lutter contre l’isolement des plus de 50 ans en situation de précarité. Si de nombreuses façons existent au sein de l’association pour retrouver du lien social, à Annonay, le choix a été fait de visiter les personnes à leur domicile en binôme et en alternance. Ainsi deux bénévoles visitent deux personnes en alternance chaque semaine. « Cela permet d’avoir un regard croisé, de ne pas avoir une surcharge affective avec une personne comme c’est le cas dans du « un pour un » et ça permet aussi de se remplacer pendant les vacances, explique Dominique Viallon, adjointe de direction régionale. Et quand il y a un bénévole qui s’en va, en cas de déménagement par exemple, il y en a toujours un qui est en place, donc pas de rupture dans l’accompagnement ».

    Une problématique identifiée

    Le travail de l’équipe locale a débuté le 10 novembre dernier. Afin de connaître les problématiques locales, les bénévoles de départ – Annie, Ludovic et Françoise Boudra rejoints depuis par Laurent Mousset – et Dominique Viallon ont rencontré les autres partenaires médico-sociaux du territoire. « On voulait être sûr de ne pas faire les mêmes actions qu’une autre association », rapporte Ludovic. « La démarche était de savoir ce qu’il existait déjà, avec quelle dynamique, est-ce qu’il était pertinent de créer une équipe sur le domicile ou en établissement etc. » explique Dominique Viallon. Les autres acteurs associatifs leur ont ainsi rapporté qu’ils ont beaucoup de demandes pour accompagner des personnes résidant dans le centre ancien par exemple, alors que des associations interviennent déjà dans les établissements hospitaliers. Grâce à ces contacts, l’équipe d’Annonay va pouvoir aller à la rencontre des personnes isolées.

    À l’origine de la création de cette équipe locale, il y a une initiative de la Région. Celle-ci constate qu’aucune équipe mise à part dans le Diois n’est présente en Drôme Ardèche. Pourtant le vieillissement démographique est très fort et la précarité importante. De fait, la direction régionale a choisi de se développer sur ces départements en ciblant les villes d’Annonay, Privas, Romans, Valence et le Diois. Côté organisation, Dominique Viallon explique la logistique de l’association. «  Les équipes locales, en les développant, vont s’organiser et devenir suffisamment autonomes pour faire elles-mêmes des liens avec les partenaires, accueillir et intégrer les nouveaux bénévoles, recevoir les signalements, le tout avec le soutien des salariés ».

    Un réel impact

    A Lyon par exemple, Dominique et Annie ont œuvré ensemble à Villeurbanne à travers diverses actions pour un accompagnement des plus personnalisés : visites journalières à domicile ou en institution, accueils à la journée (partage de repas, temps de convivialité, projet culturel…), séjours de vacances adaptés en fonction du profil des personnes, interventions en foyers Adoma auprès des retraités migrants, accompagnement des personnes malades, accueil pour les personnes vieillissantes à la rue, actions logement, actions festives ponctuelles.

    » Dans la fête, on voit de la lumière dans leurs yeux, c’est très valorisant » assure Annie. Pour Dominique, après 20 ans d’activité au sein de l’association, l’impact de l’accompagnement est évident. «  Je suis témoin de petites transformations, de gens qui sont arrivés en commission d’admission, repliés sur eux-mêmes, qui se laissaient aller complètement. Et le fait d’avoir simplement la visite régulière d’un bénévole, avec le sentiment qu’ils pouvaient compter pour et sur quelqu’un, tout d’un coup, ça leur redonne une estime d’eux-mêmes et une confiance en eux. J’ai vu des gens se transformer. »

    Flora Chaduc - Hebdo-Ardeche.fr - 21/03/2017

  • Orléans - Vive les crêpes et les petits frères !

    Le 21/03/2017
    Le 5 février dernier, les bénévoles et les personnes âgées de l'antenne des petits frères des Pauvres d'Orléans se sont réunis à l'occasion d'un "goûter chandeleur" chaleureux et gourmand dans la salle de l'Aselqo Madeleine.

    Les 25 personnes présentes ont donc pu cuisiner et déguster de bonnes crêpes dans une ambiance conviviale faite de discussion et d'échanges amicaux.
    Après s'être régalé et bien amusé, tout le monde est reparti chez soi en pensant déjà au prochain goûter !  

  • Envie d'aider des personnes en situation de précarité ?

    Le 21/03/2017
    Votre mission : accompagner des personnes en situation de précarité dans un projet de stabilisation et de relogement en banlieue parisienne (Saint-Denis, Livry-Gargan, Créteil / Saint-Maur des Fossés, Cergy).

    Présente sur le territoire Est de la banlieue parisienne, l’équipe de bénévoles accompagne des personnes en situation de précarité dans diverses situations :

    • personne sans domicile fixe
    • personne locataire ou propriétaire menacée d’expulsion
    • personne dans un logement insalubre
    • personne dans une situation d’hébergement précaire (squat, sous location, hébergement conflictuel chez un particulier…).

    Soutenue par la salariée assistante sociale, vous intégrez une équipe de bénévoles et participez au projet commun de relogement de personnes en précarité. Vous aurez donc différentes actions à mener :

    • Rencontrer la personne, évaluer sa situation et faire émerger son projet
    • Créer un lien privilégié avec la personne accompagnée
    • Soutenir la personne dans ses démarches administratives en lien avec les partenaires sociaux
    • Participer à la recherche de solutions d’hébergement temporaire et/ou de logement pérenne
    • Favoriser l’intégration et l’adaptation de la personne dans un nouveau logement

    Pour mener à bien cette mission, l’association des petits frères des Pauvres vous propose un programme de formations, des temps d’échanges et le soutien d’une équipe.

    Disponibilité requise : quelques heures par semaine de façon régulière


    Comprendre le parcours de relogement chez les petits frères des Pauvres

    Mustapha Djellouli, chef de service du pôle accompagnement social personnalisé, et Emmanuelle Jenney, responsable de la gestion locative, retracent le parcours d'une personne âgée en difficulté pour retrouver un logement stable, grâce à l'accompagnement des petits frères des Pauvres.

    Envie de nous rejoindre ?

    Contactez-nous au 06.79.73.83.58 ou par messagerie banlieue.avl@petitsfreresdespauvres.fr

    ou

    complétez le formulaire bénévolat en ligne

  • Après-midi intergénérationnel à Avignon

    Fraternité PACA / Intergénérationnel

    Le 18/03/2017
    Une quarantaine de personnes ont participé à l'après-midi récréatif initié par les petits frères des Pauvres d'Avignon et les lycéens de Saint-Jospeh, samedi 4 mars au Centre Magnanen.

    Les bénévoles ont cuisiné des crêpes pour les invités. Des ateliers de dessins, peinture et origami ont été pris en main par des lycéens de Saint-Joseph, qui ont consacré un peu de leurs temps à ces personnes âgées isolées et trop souvent dans une grande précarité. 

    La joie et le partage étaient au rendez-vous pour ce moment amical apprécié de tous. 

    Témoignage d'un lycéen de Saint-Joseph : 

    "Nous sommes venus vous voir, et avons reçu des avis positifs suite à notre proposition de projet. Nous avions au début une certaine appréhension, est-ce que les personnes âgées vont apprécier ? Le contact va t-il bien passer ?

    Ces doutes se sont effacés, les gens de l’association étant participatifs malgré leurs questionnements au début. Les personnes se sont investies dans les différents ateliers, qui étaient sur le dessin, la peinture et la poterie. Avec la présence de crêpes, cet après-midi sur le thème de la chandeleur, c’est très bien passée. Finalement la plupart des personnes âgées sont venues participer aux ateliers et nous avons pu partager avec elles.

    Merci aux différents bénévoles, aux personnes âgées, aux personnes de l’association d’être venus et de nous avoir permis de réaliser cette journée."

  • Présidentielles 2017 : pour une vraie politique innovante de l’habitat des personnes âgées

    Le 16/03/2017
    À l’approche de l’élection présidentielle, alors que les quelques propositions concernant l’habitat des personnes âgées se concentrent sur le développement de l’offre d’EHPAD, le collectif « Habiter Autrement » interpelle les candidats et présente des propositions concrètes visant à promouvoir et développer des formes alternatives d’habitat pour le public vieillissant.

    Aujourd’hui, pour les personnes âgées, surtout les plus fragilisées, le choix d’habitat se résume soit à rester à son domicile, soit à entrer en établissement. Un choix restreint qui n’est pas aussi libre qu’il n’y paraît, contraint par le niveau de ressources, les besoins, les territoires, la disponibilité des entourages ou des services d’aide à domicile.

    Le collectif « Habiter Autrement » qui réunit des militants associatifs et des professionnels de l’habitat ne peut se satisfaire de cette situation. Alors que le souhait de rester à domicile est plébiscité par 8 Français sur 10 (baromètre DREES 2015), 25 % des 85 ans et plus résident en maisons de retraite (rapport DREES 2015). Ces établissements, espaces d’accueil indispensables, demeurent la seule solution quand l’isolement et la vieillesse fragilisent le maintien à domicile.

    Face au défi démographique, il est temps d’imaginer de nouveaux lieux de vie adaptés aux besoins et envies d’une population variée.

    Cette analyse est d’ailleurs partagée par une majorité de Conseils départementaux qui considèrent que le développement de projet d’habitat accompagné constitue une réponse aux attentes et aux besoins exprimés par les publics (Enquête nationale relative à l’habitat alternatif/inclusif, DGCS, février 2017).

    S’appuyant sur une étude* réalisée auprès de 10 lieux, reflets de la diversité de l’habitat alternatif pour les personnes âgées, le collectif demande aux candidats à l’élection présidentielle de se mobiliser pour que choisir son lieu de vie, adapté à ses aspirations et besoins, soit un droit essentiel à tout âge, et présente des propositions concrètes et innovantes, notamment :

    • Reconnaître le rôle essentiel des formes alternatives d’habitat dans la prévention de la perte d'autonomie et leur utilité sociale. Elles s'inscrivent dans le champ de l'économie sociale et solidaire grâce à une pluralité de financements et une gouvernance participative.
    • Reconnaître que l'âge peut être un critère prioritaire dans les attributions des logements du parc social, comme pour le handicap.
    • Autoriser, au niveau national (et non de façon variable selon les départements), la possibilité de mettre en commun les moyens ouverts par les aides (APA - Allocation Personnalisée d'Autonomie, PCH - Prestation de Compensation du Handicap) pour financer, entre habitants, un service partagé leur redonnant ainsi un droit à la solidarité.
    • Mettre en place un dispositif permettant la prise en compte de la coordination et de l'animation de ces lieux comme de l'aide à la personne (réduction ou crédit d’impôt en temps réel ; reconnaitre ce service comme contributif au maintien de l’autonomie et l’intégrer au plan d’aide financée par l’APA).
    • Mobiliser les budgets du logement social pour le financement de l’intégralité de ces nouveaux habitats (logement et parties communes). Actuellement, les "aides à la pierre" sont attribuées uniquement pour le logement sans prendre en compte les parties communes (salle d'activité...) indispensables pour le "vivre ensemble" qui est au coeur de ces nouveaux modèles d'habitat.
    • Mobiliser les acteurs institutionnels (CNSA, CNAV, MSA, caisses de retraite complémentaire, fondations ...) pour un soutien et une promotion concertés aux nouveaux types d'habitats alternatifs : aide au financement des projets et de leur réalisation dans la durée ; réalisation d'une étude d'impact social et économique de ces nouveaux types de lieux de vie.

    Contacts presse :

    les petits frères des Pauvres

    Isabelle Sénécal
    01 49 23 14 49 / isabelle.senecal@petitsfreresdespauvres.fr

     

    *Etude « Les formes alternatives d’habitat, citoyen, solidaire et accompagné, prenant en compte le vieillissement », étude financée par la Fondation des petits frères des Pauvres, réalisée auprès de 10 dispositifs/lieux d’habitat alternatif des personnes âgées.

    En complément d'information, vous trouverez  les propositions du collectif Habiter Autrement

    Collectif Habiter Autrement

    Le collectif « Habiter Autrement » a été créé en 2012 à l’initiative des petits frères des Pauvres et regroupe des acteurs inter-associatifs promoteurs d’habitat alternatif : les petits frères des Pauvres, Association Monsieur Vincent, Autonomie Paris Saint-Jacques, Béguinage solidaire, EHPAD de côté/ les pas de côté, Fabrick Autonomie Habitat, Fondation Armée du Salut, GPS de La Lendemaine, Habitat et Humanisme, Hal’âge, ISATIS, La Maison des Sages, La Pierre Angulaire, Villages à vivre, Ville de Grenoble et son CCAS, Anne Labit, Maîtresse de conférence en sociologie, université d’Orléans, Cécile Rosenfelder, doctorante ATER, université de Strasbourg.

    Ce collectif a pour objectif d’identifier les points de blocage rencontrés pour la création ou la pérennité de ces projets, proposer des pistes de solutions et contribuer ainsi à une meilleure prise en compte des lieux de vie alternatifs.

  • Isolement des personnes âgées en milieu rural : les petits frères des Pauvres multiplient les initiatives innovantes

    Le 13/03/2017
    Avec 27,5 % de plus de 60 ans et 11,4 % de plus de 75 ans* (contre respectivement 20 % et 7,7 % dans l’espace urbain), les personnes âgées représentent une part importante de la population rurale. Face à cette réalité, à l’isolement relationnel accru par la problématique du vieillissement, aux disparités territoriales en matière d’équipements (transports, santé, services publics, commerces), les équipes des petits frères des Pauvres ont choisi d’être de plus en plus présentes sur les territoires ruraux et de développer des initiatives pour répondre au mieux aux besoins des personnes âgées les plus isolées et les plus fragilisées.

    « La Baraque à Frat ‘» de village en village autour du Puy-en-Velay (43)

    En Haute-Loire, 43 % des personnes seules ont plus de 65 ans alors que cette part n’est que de 37 % en France métropolitaine. Les femmes y sont particulièrement touchées par la précarité, car elles ont moins souvent cotisé pour leur retraite durant leur vie active (Insee 2015).

    Dans ce département rural, composé de plateaux et de gorges, à l’habitat éclaté entre villages et hameaux, l’isolement des personnes âgées se conjugue aux difficultés de déplacement. Créer du lien social, c’est pouvoir aller à la rencontre de ceux qui ne peuvent pas se déplacer. A l’initiative de bénévoles des petits frères des Pauvres, et dans l’esprit des tournées des boulangers ou des bouchers ambulants, la « Baraque à Frat’ », un camping-car aménagé (avec deux pièces à vivre, toilettes, eau potable, réfrigérateur, point chaud, auvent extérieur, parasol chauffant, fauteuil roulant) va commencer à sillonner les routes de Haute-Loire.

    « Librement inspirée de la baraque à frites de nos amis belges, notre « baraque à Frat’ » va, elle aussi apporter, animation, accueil chaleureux et moments conviviaux. Au-delà du clin d’oeil, c’est bien sûr un formidable lieu de fraternité, pour proposer échanges, rencontres, discussions avec des personnes âgées isolées ». Alexandra, bénévole

    Dans la Nièvre, un « Petit café » pour accueillir les personnes âgées isolées (58)

    Avec un quart de ses habitants âgés de 65 ans et plus (contre 17% en France métropolitaine) et 14% de plus de 75 ans, la Nièvre est l’un des départements les plus âgés. De plus, la Nièvre fait partie du quart des départements français les plus pauvres : 20,1% des habitants vivent avec un bas revenu contre 17,4% pour la métropole. (Insee 2013).

    Tous les quinze jours, les bénévoles des petits frères des Pauvres ouvrent un « Petit café » à Prémery, village de 1 900 habitants au coeur de la Nièvre. Une quarantaine de personnes âgées du canton est co-voiturée par les bénévoles pour partager café, goûter, jeux et temps de paroles et d’échanges. Dans ce territoire très rural, où la majorité des personnes âgées isolées sont des femmes de plus de 70 ans, recréer du lien social est essentiel. Dans un quotidien avec des conditions de vie difficiles et où il n’y a pas souvent la notion de plaisir d’être ensemble, ce rendez-vous régulier permet l’ouverture aux autres et de s’autoriser de nouveau à participer à la vie sociale ou envisager même des projets, comme partir en vacances.

    Christiane, 71 ans : 

    La solitude, c’est l’ennui, la tristesse, le vide. Le petit café, c’est l’affection qu’on se donne quand on commence à se connaître, c’est donner de soi. C’est mieux de se déplacer, de se réunir que de rester chez soi, venir c’est enlever sa solitude, c’est la mettre dehors, avec le plaisir de se retrouver ensemble. 

    Des solutions d’hébergement temporaire pour « souffler » pendant l’hiver

    Chaque année, entre le 15 octobre et le 30 avril, les petits frères des Pauvres proposent, dans 7 petites structures, un hébergement temporaire de quelques jours à 3 mois pour des personnes âgées habitant en milieu rural (en Bourgogne/Franche-Comté, en Auvergne/Rhône-Alpes, en Bretagne et dans le Centre/Val de Loire). Ce dispositif installé depuis plusieurs années permet aux personnes âgées du monde rural de se reposer, reprendre confiance en eux, affronter la dureté de l’hiver et la désertification des campagnes en étant dans un lieu protecteur qui favorise le maintien du lien social. En leur permettant de garder leur rythme de vie, ce dispositif atypique contribue à la réussite du maintien à domicile le reste de l’année.

    *« Pauvreté, précarité, solidarité en milieu rural » – rapport IGAS – sept 2009

    Contacts presse

    les petits frères des Pauvres

    Isabelle Sénécal 01 49 23 14 49
    isabelle.senecal@petitsfreresdespauvres.fr

    Profile !

    Mendrika Rabenjamina 01 56 26 72 24
    mrabenjamina@agence-profile.com

    Des citoyens « laboratoires de solutions » pour lutter contre l’isolement des personnes âgées

    En plein développement territorial, les petits frères des Pauvres ont décidé l’élargir l’action des équipes de bénévoles et de mieux investir les zones rurales. Pour proposer un accompagnement au plus près des territoires et de leurs spécificités, l’Association a réalisé des diagnostics régionaux des « zones blanches » à partir d’indicateurs sur le vieillissement, la pauvreté et l’isolement social. Ces diagnostics ont ainsi permis de définir les problématiques propres au monde rural : mobilité, raréfaction des services, isolement plus caché, pauvreté autre que la précarité du monde urbain et péri-urbain avec l’impact des petites retraites du monde agricole, habitat souvent peu adapté au grand âge.

    Depuis trois ans, ce sont près de 30 équipes qui se sont créées autour d’espaces ruraux.

    Comme le souligne Jean-Louis Wathy, délégué général adjoint, « bien connaître les territoires est un préalable essentiel pour adapter les modes d’accompagnement et offrir des réponses correspondant aux besoins et aux situations des personnes âgées isolées. Et ceux qui connaissent le mieux la ruralité, ce sont les bénévoles qui y habitent et ont envie de s’engager. Chez les petits frères des Pauvres, nous encourageons l’innovation citoyenne de proximité, véritable laboratoire de solutions, car elle répond concrètement aux enjeux du vieillissement et de l’isolement sur chaque territoire ».

  • Il faut ''que l’âge, au même titre que le handicap, soit un critère prioritaire pour l’attribution d’un logement social adapté''

    Le 09/03/2017
    Dans une tribune au « Monde », le collectif d’associations Habiter autrement appelle les candidats à l’élection présidentielle à se mobiliser pour permettre aux plus âgés de garder toute leur place dans la société, parce que choisir son lieu de vie est un droit essentiel à tout âge, parce qu’un habitat adapté prévient la perte d’autonomie.

    Tribune parue sur LeMonde.fr - 8 mars 2017

    Par François-Xavier Turbet Delof et Pierre Loussouarn (Porte-parole du collectif Habiter autrement)

    Nous, militants associatifs et professionnels soucieux de l’accompagnement des personnes âgées fragilisées, constatons la nécessité de promouvoir de nouvelles formes d’habitat. Aujourd’hui le choix se résume soit à rester à son domicile, soit à entrer en établissement. Et ce choix restreint n’est pas aussi libre qu’il n’y paraît. Il est contraint par le niveau des ressources, les besoins individuels, l’implantation territoriale, la disponibilité des entourages ou des services d’aide à domicile. Ainsi, alors que le souhait de rester à domicile est plébiscité par les Français (baromètre Drees 2015), 25 % des 85 ans ou plus résident en maisons de retraite (rapport Drees 2015). Ces établissements, espaces d’accueil indispensables, demeurent – avec des tarifs souvent élevés – la seule solution quand l’isolement et la vieillesse fragilisent le maintien à domicile.

    L’APA (Allocation personnalisée à l’autonomie) et l’éventuelle contribution des familles participent à réduire le reste à charge au domicile pour les personnes à faibles ressources. Mais les aides publiques varient selon les territoires en fonction des volontés politiques et capacités économiques de chaque département, créant ainsi une forte disparité inacceptable.

    Initiatives d’habitat partagé

    Innovons pour respecter le choix des personnes âgées. Face aux enjeux démographiques (les plus de 75 ans passeraient de 6 millions à 11,9 millions en 2060 ; les plus de 85 ans de 1,4 à 5,4 millions, selon l’Insee), face à un système binaire inadapté, face aux situations socio-économiques des personnes âgées fragilisées, nous pensons qu’il est urgent de promouvoir des solutions pour mieux répondre à leurs attentes. Dès les années 1980, les initiatives d’habitat partagé se sont multipliées. Grâce à la volonté d’un pan du secteur associatif, des « petites unités de vie », nouvelle forme d’établissement, se sont développées. Groupes de citoyens, associations, municipalités ont créé des lieux innovants combinant vrais logements autonomes et services, apportant présence, aide et sécurité. En ville, à la campagne, de taille variable, d’appellations et de formes diverses (logements groupés, colocation, béguinage…). Autant de modèles qui démontrent que nous pouvons répondre à cette nouvelle génération de personnes âgées, qui veut rester actrice dans son habitat, adapté à son vieillissement, et dans sa cité quelles que soient ses ressources.

    Favoriser le lien social

    Luttons contre l’isolement en favorisant le lien social. Persuadés de l’intérêt de ces initiatives, nous avons réalisé une étude approfondie sur dix lieux représentatifs de l’offre existante d’habitats alternatifs. Cette étude met en avant la diversité des expériences et surtout la satisfaction des habitants.

    Ces habitats offrent le choix à un public qui recherche des solutions plus souples, moins institutionnelles, permettant une aide modulable au sein d’un véritable « chez soi ». Ces lieux de vie s’imposent comme essentiels dans la lutte contre l’isolement en créant du lien social. Installés à proximité du domicile antérieur, ils facilitent la mobilisation des compétences et retardent la perte d’autonomie.

    N’enterrons pas l’innovation sociale sous les obstacles réglementaires et les craintes du changement. Car notre étude met aussi en avant les nombreuses difficultés rencontrées par les porteurs de projets : normes très contraignantes, peur de l’innovation, de la prise de risque… Notre réglementation sociale et médico-sociale peut freiner l’émergence de ces projets qui n’aboutissent souvent que grâce à la volonté acharnée et à l’ingéniosité de leurs promoteurs.

    Peu de place à la nouveauté

    La réglementation, par souci de protéger et d’apporter toute la sécurité possible, préfère les structures de plus grande taille, encadrées, planifiées. Elle laisse peu de place à la nouveauté, à la parole des personnes âgées qui préféreraient le choix d’un risque décidé par et pour elles-mêmes. L’institutionnalisation, obnubilée par la sécurité, se révèle trop souvent attentatoire à la créativité et aux libertés de ceux qu’elle affirme vouloir protéger.

    Nous souhaitons notamment que les personnes puissent mettre en commun les aides qui leur sont attribuées.

    Nous demandons que l’âge, au même titre que le handicap, soit un critère prioritaire pour l’attribution d’un logement social adapté. Il faut que la coordination des partenaires intervenants sur ces lieux de vie soit intégrée dans les plans d’aide des personnes en perte d’autonomie, ouvrant ce service à la réduction ou au crédit d’impôt. Ces avancées permettraient d’adapter notre offre de logement aux besoins de demain.

    Parce que choisir son lieu de vie est un droit essentiel à tout âge, parce qu’un habitat adapté prévient la perte d’autonomie, nous appelons les candidats à l’élection présidentielle comme les citoyens, à oser, à relever le défi et à se mobiliser pour permettre aux plus âgés de garder toute leur place dans la société.

    Les signataires : Collectif Habiter Autrement, Les petits frères des Pauvres, Association Monsieur Vincent, ADMR, Association Ayyem Zamen, Autonomie Paris Saint-Jacques, Béguinage solidaire, EHPAD de côté/le pas de côté, Fabrick Autonomie Habitat, Fondation Armée du Salut, GPS de La Lendemaine, Habitat et Humanisme, Hal’âge, ISATIS, La Maison des Sages, La Pierre Angulaire, Villages à vivre, Ville de Grenoble et son CCAS, Vivre aux Vignes, et aussi Anne Labit (maîtresse de conférence en sociologie, université d’Orléans), Cécile Rosenfelder (doctorante ATER, université de Strasbourg). Avec le soutien de Fany Cérèse (architecte), Colette Eynard (consultante en gérontologie), Marie-Jo Guisset (gérontologue), Laurent Nowik (socio-démographe, maître de conférences à l’université de Tours), OAREIL, Didier Salon (architecte), UNIORPA.

    Habiter Autrement

    Le collectif "Habiter Autrement" a été créé en 2012 à l’initiative des petits frères des Pauvres et regroupe des acteurs interassociatifs promoteurs d’habitat alternatif. Il a pour objectif d’identifier les points de blocage rencontrés pour la création ou la pérennité de ces projets, proposer des pistes de solutions et contribuer ainsi à une meilleure prise en compte des lieux de vie alternatifs.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres