Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Toutes les actualités

Toutes les actualités

  • Perpignan : un repas et ''du bonheur'' pour Noël

    Fêter Noël avec les petits frères des Pauvres

    Le 26/12/2016
    Lutter contre la solitude des personnes âgées, c'est la mission des petits frères des Pauvres. samedi midi à Perpignan, personnes âgées et bénévoles ont partagé un repas de Noël. Au menu : foie gras, lotte et assiette gourmande.

    Personnes âgées et bénévoles de l'association les petits frères des Pauvres ont partagé un repas de Noël, samedi midi, à Perpignan.

    Un reportage d'Alain Sabatier et Frédéric Savineau


    Perpignan : les petits frères des Pauvres offrent un repas et "du bonheur" pour Noël

    "J'ai pris du bonheur pour un mois"

    Ginette s'est mise sur son 31 pour fêter Noël avec ce repas offert par les petits frères des Pauvres, une association qu'elle fréquente depuis deux ans. 27 % des personnes de plus de 75 ans souffrent d'isolement. 
    "C'est triste d'être toute seule (...) et aujourd'hui, c'est merveilleux, j'ai pris du bonheur pour un mois.", sourit Ginette.

    Une association autonome

    Une quarantaine de bénévoles dans les Pyrénées-Orientales accompagne tout au long de l'année environ 70 personnes âgées isolées. L'association a été fondée en 1946 sur des principes laïques et apolitiques. Elle est autonome et fonctionne grâce aux dons et legs de particuliers sans aucune aide de l'Etat.

    8 délégations en Languedoc-Roussillon

    Les activités de l'association les petits frères des pauvres reprendront début janvier avec le traditionnel partage de la galette des rois. 
    L'association dispose de 8 délégations en Languedoc-Roussillon.

    • Béziers, Sète, Frontignan, Montpellier (34)
    • Carcassonne (11)
    • Nîmes (30)
    • Perpignan (66)
    • Quillan (11)

    Reportage de Zakaria Soullami - France3 Languedoc-Roussillon - 25 décembre 2016

    En savoir plus : /nos-actions/noel.html
  • Merci à tous les bénévoles qui ont répondu présents pour Noël 2016

    De belles fêtes pour nos aînés démunis !

    Le 23/12/2016
    Grâce à votre solidarité, les personnes âgées les plus démunies ne sont pas seules à Noël. Plus de 2 000 bénévoles se sont mobilisés pour que Noël ne soit pas un jour comme les autres pour 15 000 personnes âgées isolées.

    Depuis 1946, les bénévoles réguliers, les volontaires d'un soir et les personnes les plus démunies se retrouvent les 24 et 25 décembre autour d'un repas de fête et d'exception pour célébrer Noël ensemble.

    Les petits frères des Pauvres n'oublient pas ceux qui ne peuvent se déplacer, ils vont à leur rencontre, à leur domicile, dans les résidences collectives, à l'hôpital, avec des colis de Noël : les bénévoles apportent un coffret-repas de Noël sans oublier d'y glisser un petit cadeau.

    Noël, c'est la période familiale par excellence, pour ceux dont la solitude est criante à cette période, les petits frères des Pauvres tachent de recréer cette atmosphère conviviale, fraternelle et joyeuse.
    Voilà pourquoi, fondant notre action sur la continuité et la fidélité, les petits frères des Pauvres attachent tant d'importance depuis 70 ans à fêter Noël avec les personnes accompagnées tout au long de l'année en les entourant plus particulièrement les 24 et 25 décembre.

    Tout est mis en œuvre pour ce moment soit merveilleux pour chacun.

    En savoir plus sur les réveillons ⏵ Retour sur les fêtes de Noël

    Faites un don pour les fêtes de fin d'année

    Depuis 70 ans, les petits frères des Pauvres agissent en faveur des personnes âgées en détresse. En plus de leurs actions tout au long de l'année, ils organisent tous les ans des réveillons fraternels pour que Noël n'oublie personne.

    De novembre à décembre, les petits frères des Pauvres organisent les préparatifs pour plus de 15 000 réveillons.
    Par un don au moment des fêtes, vous illuminez la vie d'une personne âgée isolée.

    >> Vous pouvez continuer à nous soutenir.

  • AG2R LA MONDIALE Languedoc Roussillon subventionne les réveillons de Noël du Languedoc

    Le 22/12/2016
    Aujourd'hui, 22 décembre, Stéphane LE ROUX, Directeur régional et Frédéric SOULIER, Responsable du Développement de l’Action sociale chez AG2R La Mondiale Languedoc Roussillon ont remis à Montpellier un chèque de 3400€ aux petits frères des Pauvres à l'occasion des fêtes de Noël, en présence des bénévoles et des personnes accompagnées de Nîmes, Montpellier, Frontignan et Béziers.

    Une rencontre empreinte de reconnaissance au cours de laquelle Jeannine, 86 ans, et Odette, 91 ans ont pu témoigner des merveilles vécues aux côtés des bénévoles.

    Un grand merci à M. Stéphane Le Roux dont le témoignage de gratitude pour l’engagement quotidien des bénévoles dans la lutte contre l’exclusion de nos aînés est allé droit au cœur des bénévoles présents.

    " Chers amis des petits frères des Pauvres, Chers partenaires du groupe AG2R la Mondiale,

    Aujourd’hui, c’est Noël avant l’heure.

    Depuis 70 ans, les petits frères des Pauvres font de Noël un moment de joie pour les personnes âgées isolées. En 2015, 16 700 personnes âgées isolées ont vécu un réveillon ou un repas organisés à l’occasion de Noël et 6 560 colis ont été apportés grâce à l’investissement de nombreux bénévoles.

    Sur notre territoire, cette organisation mobilise également de nombreux bénévoles à Nîmes, à Montpellier, à Frontignan, à Sète et à Béziers, mais elle nécessite aussi des moyens financiers.
    C’est pour cela que nous comptons sur la générosité de toutes les personnes engagées à nos côtés.

    Je tiens ici à saluer la belle initiative prise par la restauratrice du restaurant LE POISSON ROUGE à Frontignan qui, il y a 2 jours, a offert à 40 personnes accompagnées et leurs bénévoles un somptueux repas de fin d’année dans leur établissement avec vue sur mer.

    Aujourd’hui, c’est AG2R La Mondiale Languedoc-Roussillon qui nous offre un cadeau qui n’a pas de prix.
    Grâce à vous, ce sont près de 170 personnes âgées qui vont pouvoir célébrer Noël lors d’un réveillon chaleureux. Entourées des bénévoles avec lesquels elles ont tissées de vrais liens d’amitié, elles vont partager un bon repas dans une atmosphère de musique et de fête, comme nous aimons le faire en famille.

    L’engagement social d’AG2R est fort, important. Votre slogan « le contraire de seul au monde » prend aujourd’hui tout son sens. C’est bien cela que vous concrétisez cette année à nos côtés. En nom des petits frères des Pauvres, je tiens à vous remercier chaleureusement et remercier l’ensemble de vos commerciaux qui ont relevé le challenge permettant d'offrir ces réveillons aux petits frères des Pauvres de notre territoire. Un grand merci pour votre générosité.

    A chacun de vous, à chacun de nous, je souhaite de belles fêtes de fin d’année ».

    Emmanuel Guary, Adjoint de direction régionale – 22 décembre 2016

  • La solitude, c’est une souffrance

    Solidarité

    Le 21/12/2016
    Visite avec les petits frères des pauvres libournais, association qui donne de son temps aux autres.

    Dans la cuisine de son petit appartement, un patchwork de photos encadrées du " Ranch ". Le nom donné à la maison dans laquelle Fernande a " construit " sa vie, à Lalande-de-Pomerol. " Une maison en bois magnifique, dit-elle. Je vivais. " Une vie qu’elle a dû quitter en 2008 après le décès de son époux. Un déracinement, après 40 années au village. Depuis, Fernande, 86 ans, vit à la ville, à Libourne.

    Seule.

    Avec une histoire familiale douloureuse, les quelques liens qui lui restent se sont distendus. Fernande fait partie de ces cinq millions de Français qui sont dans une situation d’isolement (1), un million de plus qu’en 2010. Si les facteurs aggravants sont multiples (lire par ailleurs), l’âge en est un déterminant. Les personnes âgées sont, sans surprise, les plus concernées. " C’est très dur, la solitude, vous savez. On ne peut pas se figurer à quel point c’est une souffrance ", dit-elle.
    À ses côtés, Marie-Claude écoute bienveillante. Elle est sa " confidente ". Trois ans que cette bénévole de l’association Les petits frères des Pauvres de Libourne vient la voir, chaque mardi. Le " toc-toc " à la porte, Fernande l’attend. " De la chaleur humaine ", glisse-t-elle. Pour une heure ou deux, voire l’après-midi quand le temps file. Une parenthèse dans le quotidien, comme peut l’être le passage des infirmières. " Elles font ce qu’elles peuvent mais elles n’ont pas beaucoup de temps ", sou- ligne Marie-Claude, elle-même infirmière à la retraite. C’est de cette frustration de ne pouvoir passer plus de temps auprès des patients que lui vient son engagement. " Je le rattrape maintenant. Écouter les personnes âgées, c’est passionnant. " Comme Fernande, combien sont-ils à souffrir d’un sentiment de solitude à Libourne et ses environs ? " C’est difficile à estimer. Vous pouvez, par exemple, être socialement inséré et vous sentir très seul ", constate André Nèble, directeur adjoint du Centre communal d’action sociale (CCAS) libournais. " C’est une problématique au coeur de nos préoccupations."

    Ateliers intergénérationnels, portage des repas, cantine solidaire, manifestions, repas de Noël… la liste des réponses apportées sur le territoire est multiple, comme les situations et les profils des personnes en souffrance. " On s’appuie sur un tissu associatif au maillage crucial. Il permet de croiser les informations et d’éviter d’oublier une personne dans son coin ", note Annie Pouzargue, présidente du CCAS. " Il est impossible de travailler seul, confirme Jacques Noël, président à Libourne des petits frères des Pauvres. Sinon, on en revient à la solitude. " Selon lui, " il faut des indicateurs ". Médecins, infirmiers, pharmaciens, peuvent parfois alerter l’association d’une situation précaire. " Précarité et solitude, c’est lié ", constate-t-il.

    L’association oeuvre sur le Libournais grâce à sa cinquantaine de bénévoles.

    Quand ce ne sont pas des visites, ce sont des coups de mains pour les tâches administratives, des coups de pouce pour remplir le frigo, des séjours ou simplement un moment d’accueil dans les locaux nouvellement investis au 42 cours des Girondins.

    Prisonniers du quotidien

    Dans l’une des pièces, cet après-midi-là, on y tape le carton, entre rires et discussions. " On parle des petits tracas et petits bonheurs. Ça fait du bien de libérer la parole ", explique Nicole. À 59 ans, en fauteuil roulant, elle ne peut se déplacer seule. Elle vient ici rompre la solitude, solder le cafard des derniers soirs. " Il m’arrive de ne voir personne certains jours ", lâche-t-elle. L’association lui a offert en juin dernier une sortie à Paris. La première fois qu’elle sortait réellement de sa " prison du quotidien ".

    Une respiration.

    " J’avais le coeur et l’esprit légers, je ne pensais à rien ", dit-elle, se disant infiniment redevable envers les bénévoles. Avant d’ajouter : " Des fois, vous avez juste besoin d’une épaule."

    Arnaud Bertrand - Sud Ouest - 21 décembre 2016

    (1) www.credoc.fr/pdf/Rapp/R242.pdf

    Envie de rejoindre l'équipe bénévole de Libourne ?

    Complétez le formulaire d'inscription

  • L'équipe de la Belle de Mai accueille des jeunes d'Unis-Cité

    Depuis quelques semaines, 4 jeunes volontaires d'Unis-Cité ont intégré deux jours par semaine l'équipe de la Belle de Mai à Marseille.

    Les bénévoles des petits frères des Pauvres de l'équipe Belle de Mai ont accueilli 4 jeunes d'Unis-Cité : Alexandre, Margot, Amina et Swadou. Pendant huit mois, tous les lundis et mardis, ils iront visiter à domicile des personnes accompagnées par l'équipe sur les 2ème et 3ème arrondissements de Marseille.

    Ils accompagneront également l'équipe notamment dans des projets de communication afin de rechercher de nouveaux bénévoles.

    Unis-Cité propose depuis 1994 aux jeunes de 16 à 25 ans la possibilité de s’engager à temps plein et en équipe sur des missions d’intérêt général pendant 6 ou 9 mois. Unis-cité est l’association pionnière du service civique, qui a été officialisée avec la loi de 2010. 

    Bienvenue à eux !

     

  • Unis-Cité aux côtés des petits frères des Pauvres de Montpellier

    Le 15 décembre dernier, les jeunes volontaires d'Unis-Cité ont rencontré les bénévoles de l'équipe de Montpellier avant de commencer leur mission au sein de l'association.

    Jeudi 15 décembre dernier, s’est déroulée une rencontre entre les petits frères des Pauvres de Montpellier et Unis-Cité : l'occasion pour les bénévoles de l’équipe et le coordinateur de présenter l’association et de parler d’accompagnement de personnes âgées aux jeunes volontaires. Ces derniers iront visiter à domicile des personnes accompagnées durant six mois. 

    Unis-Cité propose depuis 1994 aux jeunes de 16 à 25 ans la possibilité de s’engager à temps plein et en équipe sur des missions d’intérêt général pendant 6 ou 9 mois. Unis-cité est l’association pionnière du service civique, qui a été officialisé avec la loi de 2010. 

    Bienvenue à eux !

  • Noël a du cœur en Essonne : un réveillon pour les personnes âgées isolées

    Fêter Noël avec les petits frères des Pauvres

    Le 20/12/2016
    Ils redonnent à Noël ses valeurs d’entraide, de joie et de simplicité, loin des dérives mercantiles de cette fête devenue un énorme business. Souvent bénévoles, toujours volontaires, ils ne comptent pas leur temps pour faire éclore un sourire sur le visage de ceux qui souffrent.

    Aujourd’hui, ce volet se penche sur une antenne locale des petits frères des Pauvres, qui offriront un repas et quelques cadeaux à des personnes âgées isolées en Essonne.

    Pour la plupart des gens, Noël rime avec famille. Le réveillon est souvent l’occasion de se retrouver. Malgré cela, dans l’Essonne comme ailleurs en France, une personne de plus de 75 ans sur quatre reste isolée en cette période de fêtes. Voilà pourquoi Les petits frères des pauvres de la vallée de l’Essonne organisent le 24 décembre un repas de Noël à Itteville, où 120 couverts sont prévus.

    « Nous préparons ce repas depuis le mois de septembre », indique Michel Girod, le président de l’association. Dans un petit local mis à disposition par la mairie de Ballancourt, les bénévoles s’affairent pour mettre la touche finale à ce Noël. Ce mardi, ils confectionneront les paquets cadeaux. À l’intérieur, les personnes âgées suivies par l’association trouveront un plaid. Des colis contenant foie gras et champagne seront également donnés aux bénéficiaires de l’association.

    En plus des cadeaux, ce réveillon sert avant tout à égayer les participants. Vendredi, les bénévoles décoreront la salle des fêtes d’Itteville et samedi matin, ils iront chercher les participants dans des maisons de retraite. Car ce réveillon un peu particulier se déroulera à… midi. « Cela fait 3 ou 4 ans que nous avons changé l’horaire, continue Michel Girod. Dans les maisons de retraite, les personnes ont l’habitude de manger vers 18 heures. Pour le réveillon, elles ne mangeaient pas avant 20 heures et elles étaient décalées. On les ramenait vers 1 heure du matin, c’était fatigant. Avec ce nouvel horaire, à 19 heures, c’est terminé. »

    En plus des aiguillettes de canard dans leurs assiettes, les convives profiteront d’un orchestre et d’une piste de danse. Une façon de rompre l’isolement. « Nous nous substituons à la famille », reprend le président de l’association. Certains ne voient plus personne. Les bénévoles leur rendent donc visite toute l’année et les aident dans leurs démarches administratives. » Et une fois par an, au moment de Noël, ils leur offrent un peu de chaleur et des cadeaux comme on le fait dans une famille.

    leparisien.fr - 19 décembre 2016

    En savoir plus : /nos-actions/noel.html
  • Solidarité : et vous, que faites-vous pour Noël ? — franceinfo

    Le 19/12/2016
    Vendredi 16 décembre dans la soirée, Armelle de Guibert, Déléguée générale des petits frères des Pauvres est intervenue en direct sur le plateau de la chaîne France Info (chaîne d’information continue de France Télévisions) pour évoquer l’isolement des personnes âgées, le bénévolat et l’engagement citoyen de proximité.

    Armelle de Guibert sur le plateau de France Info pour parler des Noël solidaires. Vidéo 8mn 27

    Alors que 90 % des + de 75 ans ont fêté Noël en 2015 en familles ou entre amis, 40 % des des + de 75 ans sont seuls à Noël. Face à cela, une grosse mobilisation se met en place de la part des associations qui multiplient les événements pour ces fêtes : repas ou événements exceptionnels.

    A ce sujet, Armelle de Guibert est interviewée et présente les différentes actions des petits frères des Pauvres. Elle rappelle que les citoyens ont aussi envie de s'engager...

  • Saint-Maur-des-Fossés - 70 bougies, 70 photos, 70 ans auprès de nos aînés !

    L'équipe de St Maur/Créteil en fête

    Le 14/12/2016
    C’est pour fêter les 70 ans de notre association qu’une exposition photo mobile a été montée par les petits frères des Pauvres, mais c’est aussi pour fêter les 25 ans de notre équipe de Saint-Maur/Créteil que nous avons voulu organiser cet événement sur notre territoire.

    Ainsi les 19 et 20 novembre dernier, nous avons pu faire découvrir ou redécouvrir aux familles et résidents de la Maison de Retraite de l’Abbaye à Saint-Maur-des-Fossés, une exposition retraçant non seulement l’histoire des petits frères des Pauvres fondée en 1946 par Armand Marquiset rappelons-le, mais aussi pour témoigner de nos actions quotidiennes sur les communes de Saint-Maur et Créteil, au travers des photos réalisées lors de nos nombreuses activités menées avec nos personnes âgées.

    Cette exposition a été réinstallée ensuite du 21 au 25 novembre dans notre local avenue de Condé, avec un affichage sur la rue afin d’avoir plus de visibilité.
    Des vidéos et des reportages étaient également diffusés en boucle afin d’être plus complet et un catalogue de l’exposition commentée distribué aux visiteurs.
    Lors de l’atelier du jeudi de très bons échanges ont eu lieu avec nos visiteurs et notamment avec des représentants des municipalités qui ont pu découvrir avec admiration la joie et le bonheur apportés à nos personnes accompagnées, mais aussi l’organisation bien rodée que nécessitent nos activités menées par les bénévoles.

    Le vendredi 25 novembre, ce fût le temps fort lors du décrochage de l’exposition où des élus de Saint-Maur et de Créteil, ainsi que les représentants du CCAS, entre autres, ont répondu présent pour participer à notre cocktail de clôture, couronné par  un lâché nocturne de 70 ballons !
    Ce fut un vrai moment de prise de contact, d’échanges intenses et où chacun a pu mesurer le sérieux, la créativité et le dévouement de notre équipe bénévole, gage de crédibilité qui facilitera, n’en doutons pas, le développement de nouveaux partenariats et une écoute particulière sur nos communes de Créteil et de Saint-Maur. Nous avons d’ailleurs le projet de réitérer cette exposition à Créteil en 2017.

    Comme toujours, cet événement n’aurait pu se faire sans nos bénévoles qui étaient à la manœuvre, avec le soutien de notre service « com » mais aussi à l’accueil et à la confiance des municipalités et de la Maison de Retraite de l’Abbaye que je tiens à remercier particulièrement.

    Bruno Gay, bénévole de l'équipe

  • Culture - Michel Christolhomme, l’agent double de La Prée

    Le 12/12/2016
    Depuis vingt-cinq ans, ce Parisien préside l’association Pour que l’esprit vive qui organise des résidences d’artistes et des concerts dans l’ancienne abbaye de Ségry, dans l’Indre.

    Michel Christolhomme se défend de tout attachement sentimental envers l’abbaye de La Prée, située à Ségry, dans la vallée de l’Arnon, havre boisé dans les grands espaces de la Champagne berrichonne, tout près de la frontière entre l’Indre et le Cher. Il se sent plutôt investi d’une « mission patrimoniale» vis-à-vis de l’ancien site cistercien qu’il a profondément marqué de son empreinte depuis vingt-cinq ans. Lors de ses fréquents séjours dans le Berry, ce Lyonnais devenu Parisien coiffe deux casquettes. Il revêt d’abord celle de président du conseil de maison de la résidence pour personnes âgées de La Prée sous la bannière de l’association Les petits frères des Pauvres. Puis il endosse celle de président de l’association Pour que l’esprit vive pour s’occuper de la résidence artistique et des concerts de musique classique. Cette dualité de La Prée, ce mariage entre l’humanitaire et le culturel, on les doit à Michel Christolhomme : « Les deux aspects se nourrissent mutuellement, souligne- t-il. Les artistes peuvent profiter de l’hôtellerie de la résidence et les personnes âgées vont aux concerts… Il y a une véritable synergie qui devrait être transposable ailleurs. »

    Armand Marquiset, un homme clé

    Les petits frères des Pauvres et Pour que l’esprit vive semblent très éloignés. Pourtant les deux associations ont le même fondateur, Armand Marquiset, un homme clé dans le parcours de Michel Christolhomme. Ce dernier a en effet milité dans les quatre associations caritatives créées par Armand Marquiset. Encore pensionnaire dans une école dominicaine, il s’est engagé dès 15 ans au côté des petits frères des Pauvres : « Je portais des colis et des repas à domicile aux personnes âgées dans le besoin. Je participais aussi aux séjours qu’on leur proposait en maison de vacances.» Depuis 1954, l’ancienne abbaye de La Prée est l’une de ces maisons. Mais c’est en tant qu’enfant de choeur que Michel Christolhomme en a franchi pour la première fois le seuil à l’occasion d’une retraite. Quelques années plus tard, étudiant à Sciences Po, il fait la connaissance d’Armand Marquiset à Paris, au siège de Frères des hommes. C’est la troisième association créée par ce fervent chrétien né avec le XXe siècle, pour répondre aux besoins croissants du tiers-monde dans le contexte de la décolonisation.

    Spécialiste du fundraising

    Enfin, dans les années 1970, devenu cadre dans l’industrie pharmaceutique puis au centre d’hémobiologie périnatale de Paris, Michel Christolhomme s’investit bénévolement dans la dernière oeuvre de celui qui est devenu son ami : Les Frères du ciel et de la terre, dont l’objectif est de venir en aide aux personnes isolées. Un an après la mort d’Armand Marquiset, il a l’opportunité de prolonger professionnellement cet engagement personnel en devenant responsable de la recherche de fonds pour les petits frères des Pauvres. L’association vivant des dons, c’est un poste à responsabilité et un service employant une dizaine de personnes qu’il dirigera jusqu’en 2000. « J’ai beaucoup aimé ce travail, avoue-t-il. Aujourd’hui, on parle de fundraising mais quand j’ai commencé, c’était encore un métier qu’on apprenait sur le tas. Armand Marquiset lui-même s’y était attelé, armé du bottin mondain et de l’annuaire téléphonique. » En plus de cultiver les «liens épistolaires» avec les donateurs, le collecteur de fonds a vu dans la photo un médium privilégié pour communiquer sur la pauvreté des seniors. Sous son impulsion, plusieurs publications et expositions voient le jour. Ce travail sur la «photographie sociale» se poursuit aujourd’hui à la galerie parisienne Fait&Cause, gérée par l’association Pour que l’esprit vive.
    « C’est la première créée par Armand Marquiset, retrace son ami et biographe. En 1932, bénévole à La Mie de pain, Armand Marquiset avait remarqué parmi les personnes secourues bon nombre d’intellectuels et d’artistes. Ayant lui-même entamé une carrière de musicien, il a fondé Pour que l’esprit vive afin de les aider matériellement et de leur permettre de réaliser leur vocation, en organisant des concerts et des expositions. »
    Depuis 1991, cette aide prend la forme de résidences à La Prée. Les vingt-deux lits de l’établissement médicosocial des petits frères des Pauvres étant transférés dans les communs restaurés selon les normes, le bâtiment abbatial, trop vétuste pour les personnes âgées, peut recevoir sept artistes à l’année.

    Quand La Prée essaime

    Toutes les disciplines sont représentées mais, dès le départ, les compositeurs et les musiciens ont donné le la. « Ils ont eu l’idée de Rencontres de la Prée, conçues au départ comme le festival des artistes accueillis,» poursuit le président de Pour que l’esprit vive. Aujourd’hui, avec l’aide de la Sacem, de Musique nouvelle en liberté, de la Région et du Département de l’Indre, l’association programme une vingtaine de concerts par an, à La Prée, dans les villages alentour et à l’hôpital d’Issoudun. « C’est une expérience parfois difficile pour les musiciens, commente Michel Christolhomme, mais elle est enrichissante car, dans ce contexte, la relation entre l’artiste et son public est vraie, dénuée de toute mondanité et de toute artificialité. » Pour l’organisateur, c’est une manière de cultiver le «balancement entre le social et le musical » qui lui est cher. Pour que l’esprit vive a essaimé ce principe dans douze départements (dont l’Indre et le Cher) à travers ses Hors saison musicales qui proposent des concerts de musique classique dans les églises rurales et auprès de« publics en besoin », au domicile de personnes âgées ou dans des maisons de retraite.

    Frédéric Merle - L'Echo du Berry - 8 décembre 2016

    Repères

    • 1er mai 1944 : Naissance de Michel Christolhomme.

    • 1954 : L’abbaye de La Prée est donnée à l’association Les petits frères des Pauvres.

    • 1981 : Michel Christolhomme est responsable de la collecte de fonds aux petits frères des Pauvres.

    • 1991 : Il devient président de l’association Pour que l’esprit vive, il crée les résidences artistiques de La Prée.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres