Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Toutes les actualités

Toutes les actualités

  • L'équipe de la Belle de Mai accueille des jeunes d'Unis-Cité

    Depuis quelques semaines, 4 jeunes volontaires d'Unis-Cité ont intégré deux jours par semaine l'équipe de la Belle de Mai à Marseille.

    Les bénévoles des petits frères des Pauvres de l'équipe Belle de Mai ont accueilli 4 jeunes d'Unis-Cité : Alexandre, Margot, Amina et Swadou. Pendant huit mois, tous les lundis et mardis, ils iront visiter à domicile des personnes accompagnées par l'équipe sur les 2ème et 3ème arrondissements de Marseille.

    Ils accompagneront également l'équipe notamment dans des projets de communication afin de rechercher de nouveaux bénévoles.

    Unis-Cité propose depuis 1994 aux jeunes de 16 à 25 ans la possibilité de s’engager à temps plein et en équipe sur des missions d’intérêt général pendant 6 ou 9 mois. Unis-cité est l’association pionnière du service civique, qui a été officialisée avec la loi de 2010. 

    Bienvenue à eux !

     

  • Unis-Cité aux côtés des petits frères des Pauvres de Montpellier

    Le 15 décembre dernier, les jeunes volontaires d'Unis-Cité ont rencontré les bénévoles de l'équipe de Montpellier avant de commencer leur mission au sein de l'association.

    Jeudi 15 décembre dernier, s’est déroulée une rencontre entre les petits frères des Pauvres de Montpellier et Unis-Cité : l'occasion pour les bénévoles de l’équipe et le coordinateur de présenter l’association et de parler d’accompagnement de personnes âgées aux jeunes volontaires. Ces derniers iront visiter à domicile des personnes accompagnées durant six mois. 

    Unis-Cité propose depuis 1994 aux jeunes de 16 à 25 ans la possibilité de s’engager à temps plein et en équipe sur des missions d’intérêt général pendant 6 ou 9 mois. Unis-cité est l’association pionnière du service civique, qui a été officialisé avec la loi de 2010. 

    Bienvenue à eux !

  • Noël a du cœur en Essonne : un réveillon pour les personnes âgées isolées

    Fêter Noël avec les petits frères des Pauvres

    Le 20/12/2016
    Ils redonnent à Noël ses valeurs d’entraide, de joie et de simplicité, loin des dérives mercantiles de cette fête devenue un énorme business. Souvent bénévoles, toujours volontaires, ils ne comptent pas leur temps pour faire éclore un sourire sur le visage de ceux qui souffrent.

    Aujourd’hui, ce volet se penche sur une antenne locale des petits frères des Pauvres, qui offriront un repas et quelques cadeaux à des personnes âgées isolées en Essonne.

    Pour la plupart des gens, Noël rime avec famille. Le réveillon est souvent l’occasion de se retrouver. Malgré cela, dans l’Essonne comme ailleurs en France, une personne de plus de 75 ans sur quatre reste isolée en cette période de fêtes. Voilà pourquoi Les petits frères des pauvres de la vallée de l’Essonne organisent le 24 décembre un repas de Noël à Itteville, où 120 couverts sont prévus.

    « Nous préparons ce repas depuis le mois de septembre », indique Michel Girod, le président de l’association. Dans un petit local mis à disposition par la mairie de Ballancourt, les bénévoles s’affairent pour mettre la touche finale à ce Noël. Ce mardi, ils confectionneront les paquets cadeaux. À l’intérieur, les personnes âgées suivies par l’association trouveront un plaid. Des colis contenant foie gras et champagne seront également donnés aux bénéficiaires de l’association.

    En plus des cadeaux, ce réveillon sert avant tout à égayer les participants. Vendredi, les bénévoles décoreront la salle des fêtes d’Itteville et samedi matin, ils iront chercher les participants dans des maisons de retraite. Car ce réveillon un peu particulier se déroulera à… midi. « Cela fait 3 ou 4 ans que nous avons changé l’horaire, continue Michel Girod. Dans les maisons de retraite, les personnes ont l’habitude de manger vers 18 heures. Pour le réveillon, elles ne mangeaient pas avant 20 heures et elles étaient décalées. On les ramenait vers 1 heure du matin, c’était fatigant. Avec ce nouvel horaire, à 19 heures, c’est terminé. »

    En plus des aiguillettes de canard dans leurs assiettes, les convives profiteront d’un orchestre et d’une piste de danse. Une façon de rompre l’isolement. « Nous nous substituons à la famille », reprend le président de l’association. Certains ne voient plus personne. Les bénévoles leur rendent donc visite toute l’année et les aident dans leurs démarches administratives. » Et une fois par an, au moment de Noël, ils leur offrent un peu de chaleur et des cadeaux comme on le fait dans une famille.

    leparisien.fr - 19 décembre 2016

    En savoir plus : /nos-actions/noel.html
  • Solidarité : et vous, que faites-vous pour Noël ? — franceinfo

    Le 19/12/2016
    Vendredi 16 décembre dans la soirée, Armelle de Guibert, Déléguée générale des petits frères des Pauvres est intervenue en direct sur le plateau de la chaîne France Info (chaîne d’information continue de France Télévisions) pour évoquer l’isolement des personnes âgées, le bénévolat et l’engagement citoyen de proximité.

    Armelle de Guibert sur le plateau de France Info pour parler des Noël solidaires. Vidéo 8mn 27

    Alors que 90 % des + de 75 ans ont fêté Noël en 2015 en familles ou entre amis, 40 % des des + de 75 ans sont seuls à Noël. Face à cela, une grosse mobilisation se met en place de la part des associations qui multiplient les événements pour ces fêtes : repas ou événements exceptionnels.

    A ce sujet, Armelle de Guibert est interviewée et présente les différentes actions des petits frères des Pauvres. Elle rappelle que les citoyens ont aussi envie de s'engager...

  • Saint-Maur-des-Fossés - 70 bougies, 70 photos, 70 ans auprès de nos aînés !

    L'équipe de St Maur/Créteil en fête

    Le 14/12/2016
    C’est pour fêter les 70 ans de notre association qu’une exposition photo mobile a été montée par les petits frères des Pauvres, mais c’est aussi pour fêter les 25 ans de notre équipe de Saint-Maur/Créteil que nous avons voulu organiser cet événement sur notre territoire.

    Ainsi les 19 et 20 novembre dernier, nous avons pu faire découvrir ou redécouvrir aux familles et résidents de la Maison de Retraite de l’Abbaye à Saint-Maur-des-Fossés, une exposition retraçant non seulement l’histoire des petits frères des Pauvres fondée en 1946 par Armand Marquiset rappelons-le, mais aussi pour témoigner de nos actions quotidiennes sur les communes de Saint-Maur et Créteil, au travers des photos réalisées lors de nos nombreuses activités menées avec nos personnes âgées.

    Cette exposition a été réinstallée ensuite du 21 au 25 novembre dans notre local avenue de Condé, avec un affichage sur la rue afin d’avoir plus de visibilité.
    Des vidéos et des reportages étaient également diffusés en boucle afin d’être plus complet et un catalogue de l’exposition commentée distribué aux visiteurs.
    Lors de l’atelier du jeudi de très bons échanges ont eu lieu avec nos visiteurs et notamment avec des représentants des municipalités qui ont pu découvrir avec admiration la joie et le bonheur apportés à nos personnes accompagnées, mais aussi l’organisation bien rodée que nécessitent nos activités menées par les bénévoles.

    Le vendredi 25 novembre, ce fût le temps fort lors du décrochage de l’exposition où des élus de Saint-Maur et de Créteil, ainsi que les représentants du CCAS, entre autres, ont répondu présent pour participer à notre cocktail de clôture, couronné par  un lâché nocturne de 70 ballons !
    Ce fut un vrai moment de prise de contact, d’échanges intenses et où chacun a pu mesurer le sérieux, la créativité et le dévouement de notre équipe bénévole, gage de crédibilité qui facilitera, n’en doutons pas, le développement de nouveaux partenariats et une écoute particulière sur nos communes de Créteil et de Saint-Maur. Nous avons d’ailleurs le projet de réitérer cette exposition à Créteil en 2017.

    Comme toujours, cet événement n’aurait pu se faire sans nos bénévoles qui étaient à la manœuvre, avec le soutien de notre service « com » mais aussi à l’accueil et à la confiance des municipalités et de la Maison de Retraite de l’Abbaye que je tiens à remercier particulièrement.

    Bruno Gay, bénévole de l'équipe

  • Culture - Michel Christolhomme, l’agent double de La Prée

    Le 12/12/2016
    Depuis vingt-cinq ans, ce Parisien préside l’association Pour que l’esprit vive qui organise des résidences d’artistes et des concerts dans l’ancienne abbaye de Ségry, dans l’Indre.

    Michel Christolhomme se défend de tout attachement sentimental envers l’abbaye de La Prée, située à Ségry, dans la vallée de l’Arnon, havre boisé dans les grands espaces de la Champagne berrichonne, tout près de la frontière entre l’Indre et le Cher. Il se sent plutôt investi d’une « mission patrimoniale» vis-à-vis de l’ancien site cistercien qu’il a profondément marqué de son empreinte depuis vingt-cinq ans. Lors de ses fréquents séjours dans le Berry, ce Lyonnais devenu Parisien coiffe deux casquettes. Il revêt d’abord celle de président du conseil de maison de la résidence pour personnes âgées de La Prée sous la bannière de l’association Les petits frères des Pauvres. Puis il endosse celle de président de l’association Pour que l’esprit vive pour s’occuper de la résidence artistique et des concerts de musique classique. Cette dualité de La Prée, ce mariage entre l’humanitaire et le culturel, on les doit à Michel Christolhomme : « Les deux aspects se nourrissent mutuellement, souligne- t-il. Les artistes peuvent profiter de l’hôtellerie de la résidence et les personnes âgées vont aux concerts… Il y a une véritable synergie qui devrait être transposable ailleurs. »

    Armand Marquiset, un homme clé

    Les petits frères des Pauvres et Pour que l’esprit vive semblent très éloignés. Pourtant les deux associations ont le même fondateur, Armand Marquiset, un homme clé dans le parcours de Michel Christolhomme. Ce dernier a en effet milité dans les quatre associations caritatives créées par Armand Marquiset. Encore pensionnaire dans une école dominicaine, il s’est engagé dès 15 ans au côté des petits frères des Pauvres : « Je portais des colis et des repas à domicile aux personnes âgées dans le besoin. Je participais aussi aux séjours qu’on leur proposait en maison de vacances.» Depuis 1954, l’ancienne abbaye de La Prée est l’une de ces maisons. Mais c’est en tant qu’enfant de choeur que Michel Christolhomme en a franchi pour la première fois le seuil à l’occasion d’une retraite. Quelques années plus tard, étudiant à Sciences Po, il fait la connaissance d’Armand Marquiset à Paris, au siège de Frères des hommes. C’est la troisième association créée par ce fervent chrétien né avec le XXe siècle, pour répondre aux besoins croissants du tiers-monde dans le contexte de la décolonisation.

    Spécialiste du fundraising

    Enfin, dans les années 1970, devenu cadre dans l’industrie pharmaceutique puis au centre d’hémobiologie périnatale de Paris, Michel Christolhomme s’investit bénévolement dans la dernière oeuvre de celui qui est devenu son ami : Les Frères du ciel et de la terre, dont l’objectif est de venir en aide aux personnes isolées. Un an après la mort d’Armand Marquiset, il a l’opportunité de prolonger professionnellement cet engagement personnel en devenant responsable de la recherche de fonds pour les petits frères des Pauvres. L’association vivant des dons, c’est un poste à responsabilité et un service employant une dizaine de personnes qu’il dirigera jusqu’en 2000. « J’ai beaucoup aimé ce travail, avoue-t-il. Aujourd’hui, on parle de fundraising mais quand j’ai commencé, c’était encore un métier qu’on apprenait sur le tas. Armand Marquiset lui-même s’y était attelé, armé du bottin mondain et de l’annuaire téléphonique. » En plus de cultiver les «liens épistolaires» avec les donateurs, le collecteur de fonds a vu dans la photo un médium privilégié pour communiquer sur la pauvreté des seniors. Sous son impulsion, plusieurs publications et expositions voient le jour. Ce travail sur la «photographie sociale» se poursuit aujourd’hui à la galerie parisienne Fait&Cause, gérée par l’association Pour que l’esprit vive.
    « C’est la première créée par Armand Marquiset, retrace son ami et biographe. En 1932, bénévole à La Mie de pain, Armand Marquiset avait remarqué parmi les personnes secourues bon nombre d’intellectuels et d’artistes. Ayant lui-même entamé une carrière de musicien, il a fondé Pour que l’esprit vive afin de les aider matériellement et de leur permettre de réaliser leur vocation, en organisant des concerts et des expositions. »
    Depuis 1991, cette aide prend la forme de résidences à La Prée. Les vingt-deux lits de l’établissement médicosocial des petits frères des Pauvres étant transférés dans les communs restaurés selon les normes, le bâtiment abbatial, trop vétuste pour les personnes âgées, peut recevoir sept artistes à l’année.

    Quand La Prée essaime

    Toutes les disciplines sont représentées mais, dès le départ, les compositeurs et les musiciens ont donné le la. « Ils ont eu l’idée de Rencontres de la Prée, conçues au départ comme le festival des artistes accueillis,» poursuit le président de Pour que l’esprit vive. Aujourd’hui, avec l’aide de la Sacem, de Musique nouvelle en liberté, de la Région et du Département de l’Indre, l’association programme une vingtaine de concerts par an, à La Prée, dans les villages alentour et à l’hôpital d’Issoudun. « C’est une expérience parfois difficile pour les musiciens, commente Michel Christolhomme, mais elle est enrichissante car, dans ce contexte, la relation entre l’artiste et son public est vraie, dénuée de toute mondanité et de toute artificialité. » Pour l’organisateur, c’est une manière de cultiver le «balancement entre le social et le musical » qui lui est cher. Pour que l’esprit vive a essaimé ce principe dans douze départements (dont l’Indre et le Cher) à travers ses Hors saison musicales qui proposent des concerts de musique classique dans les églises rurales et auprès de« publics en besoin », au domicile de personnes âgées ou dans des maisons de retraite.

    Frédéric Merle - L'Echo du Berry - 8 décembre 2016

    Repères

    • 1er mai 1944 : Naissance de Michel Christolhomme.

    • 1954 : L’abbaye de La Prée est donnée à l’association Les petits frères des Pauvres.

    • 1981 : Michel Christolhomme est responsable de la collecte de fonds aux petits frères des Pauvres.

    • 1991 : Il devient président de l’association Pour que l’esprit vive, il crée les résidences artistiques de La Prée.

  • Les petits frères des Pauvres appellent à la mobilisation contre l’isolement des personnes âgées

    Le 06/12/2016
    L’étude Credoc/Fondation de France sur ''Les solitudes en France'' qui est parue le 5 décembre, vient nous rappeler combien le combat contre l’isolement et la solitude que notre Association mène au quotidien depuis 1946 reste d’actualité.

    On compte 7 % de personnes isolées chez les 15-25 ans, 11 % chez les 25-39 ans et 12 % au-delà et jusqu'à 69 ans. Cette enquête réalisée par internet ne permet pas d'estimer un taux d'isolement au-delà de 70 ans. Cependant, les petits frères des Pauvres savent, par expérience, que l’isolement est encore plus prégnant chez les personnes âgées de 70 ans et plus confrontées à la perte du conjoint, des amis proches, à l’éloignement familial.
    Cette étude attire aussi notre attention sur l’effet aggravant de l’âge et de la pauvreté matérielle sur l’isolement. Les petits frères des Pauvres en sont les témoins puisqu’ils accompagnent de nombreuses personnes âgées cumulant isolement et précarité.

    C’est pourquoi plus que jamais nous devons nous mobiliser pour faire reculer ce fléau qu’est l’isolement par un sursaut de fraternité. Et chacun d’entre nous peut y contribuer. Avec des gestes simples d’attention dans la vie quotidienne envers les plus âgés, en s’engageant de façon ponctuelle ou régulière dans des actions bénévoles.
    Tout sauf l’indifférence ! Les possibilités sont multiples pour construire ensemble une société plus citoyenne et fraternelle. 

    ➤ Télécharger la synthèse de l'étude du Credoc / Fondation de France (format PDF 517 Ko)

    Envie de vous engager à nos côtés ?

    Renseignez-vous au 0800 833 822 ou retrouvez toutes nos offres de bénévolat en ligne.

  • Pays Bigouden : Les petits frères des Pauvres, piliers de la solidarité

    Le 30/11/2016
    Cette organisation laïque accompagne dans une relation fraternelle des personnes, en priorité de plus de 50 ans, souffrant de solitude, de pauvreté, d’exclusion, de maladies graves.

    L’association nationale a été créée en 1946. L’équipe des petits frères des Pauvres du Pays Bigouden fête ses trois ans d’existence. Jean-Claude Lebayle, son responsable dresse un bilan plus qu’honorable des actions menées :
    "Nous sommes actuellement une vingtaine de bénévoles, accompagnant le même nombre de personnes isolées qui nous ont été signalées par les services sociaux des communes, les assistantes sociales, parfois le centre local d’information et de coordination gérontologique (Clic). Promenade, conversation ou simple visite, c’est une présence amicale que nous apportons chaque fois. Si nous parlons du passé avec les personnes, nous évoquons aussi leur avenir et leurs projets. »
    Les bénévoles, souvent de jeunes retraités, s’organisent en binôme, les deux personnes rendant visite chaque semaine alternativement à la personne accompagnée.

    Écouter, cela s’apprend

    L’action est bien sûr totalement gratuite. Les bénévoles ont en commun de partager de fortes valeurs humaines, inscrites d’ailleurs dans la charte de l’association, concernant notamment la dignité et l’irremplaçabilité de chaque personne, la fidélité à un engagement de suivi qui peut durer plusieurs années.
    Les situations rencontrées ne sont pas toujours simples, ne serait-ce que par les conséquences sociales que provoquent l’isolement ou la précarité.
    "Écouter l’autre, l’accompagner, ça s’apprend, en tout cas ça se partage, reconnaît Jean-Claude. Nous avons besoin de nous retrouver entre bénévoles, une fois par mois, et d’évoquer les difficultés rencontrées".

    Cette régulation soude encore davantage l’équipe. "C’est un moment de ressourcement, échanger nous permet aussi d’orienter un bénévole vers une plate-forme régionale qui peut assurer une formation plus spécifique lorsque le problème rencontré concerne la santé ou une addiction par exemple". Les bénévoles pont-l’abbistes ne manquent pas de projets, ils souhaiteraient organiser un séjour de quelques jours dans un gîte pour leurs bénéficiaires, mais aussi leur proposer une sortie par trimestre.
    "Nous avons l’envie et l’énergie, mais nous avons avant tout besoin de nouveaux bénévoles soucieux de partager l’un des piliers fondateurs de la République, la Fraternité !"

    Envie d'être bénévole dans le Pays Bigouden ?

    Pour rejoindre l'équipe, n'hésitez pas à les contacter : 02.98.66.10.92 ou inscrivez-vous directement en ligne via le formulaire bénévolat.

  • ''Les petits frères des Pauvres à l’Olympia'' une belle idée de cadeau solidaire

    Sortie le 2 décembre 2016 du double CD / DVD

    Le 30/11/2016
    Un coffret 2 CD/DVD pour découvrir le spectacle inédit enregistré le 23 mai 2016 à l’Olympia à l’occasion du 70ème anniversaire de l’Association. Tous les bénéfices seront intégralement reversés aux petits frères des Pauvres.

    UNE PLEIADE D’ARTISTES SUR SCENE POUR 2h30 DE SPECTACLE

    Sous la houlette de Stanislas Renoult, avec la participation de la chaîne de télévision Melody, un plateau intergénérationnel d’artistes a répondu bénévolement à l’appel de l’Association et s’est réuni autour des valeurs qui fondent l’action des petits frères des Pauvres depuis 70 ans.

    Concert anniversaire à l'Olympia - making of

    2h30 d’un spectacle musical touchant, drôle et original, qui permet de sensibiliser à la cause des personnes âgées isolées. Et qui rend un hommage émouvant et sensible à l’engagement des 11 200 bénévoles de l’Association.

     

    Les petits frères des Pauvres à l'Olympia

    2 CD / 1 DVD, inclus un livret de 12 pages.
    Sortie le 2 décembre 2016 dans les points de vente habituels

    Distribution MCA – Universal Music Group

  • Un lieu d’accueil et d’animation national pour les petits frères des Pauvres

    Le 29/11/2016
    Depuis quelques années, les petits frères des Pauvres cherchent à s’agrandir pour accompagner leur développement et accueillir dans un nouveau siège national les bénévoles et salariés, tout en maîtrisant les coûts d’une telle opération.

    La décision est prise en juin dernier par l’Assemblée générale : le futur lieu d’accueil et d’animation des petits frères des Pauvres devrait ouvrir ses portes fin 2017 au 19 Cité Voltaire dans le 11ème arrondissement de Paris. Les opportunités qu’offre ce site amènent l’Association à imaginer la création d’un lieu inédit à dimension nationale et porteur de sens. Espace de rencontres et d’échanges, lieu de travail et de création, ce nouveau site conçu également pour accueillir des personnes accompagnées, prendra la forme d’un carrefour où interagiront les connaissances et les actions pour progresser toujours plus dans la lutte contre l’isolement des personnes âgées.

    Les équipes des sièges de l’Association, de la Fondation et d’AGE (Association de Gestion des établissements), les salariés et bénévoles des 12 fraternités régionales, les donateurs, les partenaires, les citoyens, des entreprises et des professionnels pourront s’y retrouver pour développer ensemble les projets communs qui les mobilisent.

    Les locaux actuellement loués par l’Association, dont les baux sont précaires, sont devenus trop exigus et leur éclatement sur plusieurs sites ne favorise plus la cohésion et la cohérence d’ensemble, indispensables à l’accompagnement du projet associatif rénové et ambitieux des petits frères des Pauvres qui invite au développement et à l’innovation.

    La Fondation des petits frères des Pauvres a souhaité apporter son soutien financier à ce projet par une participation significative à son financement à long terme.

    Pour Philippe Le Bitoux, Président de la Fondation des petits frères des Pauvres, « le choix de se doter d’un patrimoine immobilier constitue pour les petits frères des Pauvres un investissement durable et sain pour l’avenir ». Les risques réels liés à la précarité des baux actuels, les augmentations annuelles des loyers, le maintien de très bons taux d’emprunt sur le marché actuel font de cet investissement un choix pertinent, fiable et solide à long terme. « Il est le gage d’une pérennité et d’une sécurisation à long terme de notre action en faveur des personnes démunies et isolées, au premier rang desquelles les plus âgées » poursuit Philippe Le Bitoux.

    Les travaux démarreront courant 2017 et devraient s’achever fin 2017. « Ce bâtiment reflètera l’identité de l’Ensemble petits frères des Pauvres, son histoire, son avenir, son combat, ses actions et les engagements forts des régions qui le composent. Ce ne sera pas un siège parisien des petits frères des Pauvres, mais bien un lieu d’accueil de tous les acteurs de l’Association, salariés, bénévoles, personnes accompagnées, donateurs, partenaires, citoyens, où chacun pourra se sentir comme chez lui » précise Alain Villez, Président de l’Association les petits frères des Pauvres.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 >>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

Rapport annuel 2016 des petits frères des Pauvres