8 raisons de devenir bénévole pour Solitud’écoute, la ligne d’écoute des personnes âgées seules

14 novembre 2019

Solitud'écoute, la ligne d'écoute des personnes de plus de 50 ans qui se sentent seules. © Petits Frères des Pauvres

articles les plus récents
  • 05 décembre 2019
    8 réutilisations de petits bonnets en laine pour Noël
    Lire l'actualité
  • 05 décembre 2019
    Pour quel type de bénévolat êtes-vous fait ?
    Lire l'actualité
  • 05 décembre 2019
    4 raisons qui font que les bénévoles des Petits Frères des Pauvres sont plus heureux qu’ailleurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Parce qu’elles sont isolées, qu’elles ont des difficultés familiales ou sont en situation de mal-être, des milliers de personnes de plus de 50 ans appellent le numéro gratuit et anonyme Solitud’écoute, tenu par des bénévoles des Petits Frères des Pauvres. Si vous pensez à vous lancer dans le bénévolat et que vous avez toujours été une oreille attentive, voici 8 autres bonnes raisons de ne plus hésiter à nous rejoindre ! Votre présence est déterminante pour ceux qui n’ont personne à qui parler…

1- Pour rompre la solitude d’une personne

« J’ai la conviction profonde et viscérale que donner du temps à quelqu'un et l'écouter, c’est lui permettre de vivre », confie Marie, bénévole Solitud’écoute à Paris depuis 12 ans.
 
« 3h de permanence, c’est un moyen de rompre leur solitude l’espace de quelques minutes », explique Agnès, bénévole Solitud’écoute à Lyon depuis 4 ans.
 
« Les appelants nous disent souvent que nous sommes les seules personnes à qui ils ont parlé de la journée », relate Geneviève, bénévole Solitud’écoute à Paris depuis 7 ans.

2- Pour comprendre la valeur de l’écoute

« Nous avons tous deux oreilles pour une bouche… Ce qui doit primer, c’est donc l’écoute attentive et l'accueil de la personne dans ce qu'elle est et veut nous partager ; il ne faut donc pas forcément chercher à combler les silences », insiste Agnès.
 
« Solitud’écoute a transformé ma rencontre avec les autres et ma façon de les aborder », admet Marie.
 
« Il est parfois difficile de tenir une écoute vraiment ouverte et vivante. Quand j’y arrive, ça me donne un vrai coup de boost ! », explique Geneviève.

3- Pour s’enrichir de la diversité des appelants

« Le seul critère de sélection des appelants, c’est qu’ils doivent avoir plus de cinquante ans. Nous recevons donc des appels de personnes très différentes, venant d’horizons variés. Cette grande ouverture des profils nous confronte aux différentes formes de solitude », détaille Agnès.
 
« J’ai appris pas mal de choses sur le genre humain à Solitud’écoute », sourit Geneviève.

4- Pour ceux qui préfèrent éviter une relation d’accompagnement individuelle

« Je redoutais un attachement affectif trop important en suivant une personne individuellement. Alors que par téléphone, même si nous avons des appelants réguliers que nous reconnaissons et qui nous reconnaissent, nous demeurons l'un pour l'autre une personne anonyme. Et cet anonymat permet souvent une parole plus libre de leur part. » avoue Agnès.
 
« J’ai la conviction profonde que les visites à domicile de personnes âgées ne me conviennent pas. Je pense que le téléphone me protège », confirme Marie. 

5- Pour ceux qui souhaitent privilégier le téléphone

« Par téléphone, on n’a pas d’emprise sur les gens. Il faut alors accepter de ne pas leur donner de conseils et de les respecter et de se dire que seul l’appelant a les outils pour répondre aux questions qu’il se pose », observe Marie. 
 
« Chaque appelant touche, car on rencontre l’autre », résume Caroline, bénévole Solitud’écoute à Nantes depuis 12 ans.

6- Pour vivre une expérience collective

Chez les Petits Frères des Pauvres, vous ferez partie d’une équipe, avec des formations, des groupes de paroles, des temps de rencontres conviviaux… qui vous permettent d’avancer dans votre bénévolat et de vivre une expérience la plus épanouissante possible. « Les groupes de paroles sont indispensables. On ne s’en sort pas sans ça ! Nous sommes un collectif », s’exclame Marie. 
 
« J’apprécie le côté solitaire de ce bénévolat mais je trouve aussi le groupe de parole primordial. Je ne serais pas venue s’il n’existait pas ! » déclare Caroline.

7- Pour écouter des histoires de vie sans curiosité mal placée

« Pour être bénévole à Solitud’écoute, il faut des gens qui ont le souci de l’autre sans… la tentation de l’intrusion », avertit Marie. « Sur certains sujets, on a parfois envie d’en savoir plus que de raison et ainsi basculer dans une sorte de voyeurisme potentiel », corrobore Geneviève. 

8- Pour un bénévolat flexible et respectueux des contraintes de tous

« Le bénévolat pour Solitud’écoute est totalement conciliable avec une vie professionnelle : les permanences sont ouvertes tous les jours de la semaine, y compris le week-end. Cela demande moins de régularité que des visites hebdomadaires à une personne accompagnée », avance Agnès.
 
« C’est pratique pour les bénévoles retraités car la permanence a lieu entre 15h et 18h donc nous rentrons chez nous avant la nuit », note prudemment Marie.
 
À partir de janvier 2020, la ligne Solitud’écoute sera prolongée jusqu’à 20h, avec une permanence tenue de 18h à 20h par les bénévoles. 
 
>> Plus d'informations sur Solitud'écoute

Dans la même catégorie