Abbaye de Ségry : Le plein de légumes frais pour les résidents

25 août 2014
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Depuis deux ans, Philippe Rigolet cultive bénévolement un jardin à l’abbaye de La Prée, dont la production de légumes frais régale tant des personnes âgées que les artistes en résidence et autres groupes de passage.

Avec l’aide ponctuelle d’autres bénévoles, il exploite une parcelle d’environ 4.000 m², dont plus de la moitié est consacrée à un potager qui fait la part belle aux variétés anciennes mais également endémiques du Berry. Refusant l’emploi de tout pesticide et autres engrais chimiques, ce jardinier responsable a également planté une jachère fleurie qui, outre l’embellissement floral de la partie hôtellerie, sert d’abri naturel et de garde-manger à bon nombre d’insectes pollinisateurs. En parallèle de sa production légumière, Philippe Rigolet a planté une quarantaine de plantes aromatiques, dont certaines ont des vertus médicinales reconnues, ainsi que des plantes tinctoriales qu’il veut faire découvrir au public de passage. Le principal désagrément de cet été pluvieux, c’est qu’il est défavorable à ses variétés de tomates anciennes qui sont particulièrement sensibles aux maladies comme le mildiou. Mais comme d’autres légumes s’accommodent d’avantage à ce type de météorologie, Philippe Rigolet peut tout de même se déplacer régulièrement, les bras chargés de bons produits frais, au domicile des personnes âgées berrichonnes qui sont accueillies temporairement chaque hiver par l’association Les petits frères des Pauvres. Une visite qui contribue grandement, surtout en milieu rural, à rompre l’isolement de certains de ces aînés dont le sourire sert de carburant à ce bénévole au grand cœur. La Nouvelle République - 25 août 2014

Dans la même catégorie