Bernard passe ses vacances auprès des personnes âgées

21 août 2012
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Dans son édition du 21 août, le quotidien Ouest-France s'intéresse à Bernard, bénévole Tarbais en séjour pour la troisième fois à Damgan en Bretagne.

L'initiative Assis à son bureau, Bernard Tourangé étudie scrupuleusement les guides et les dépliants touristiques. Le planning des vacances à Damgan est minutieusement anticipé. Pour ce retraité de 59 ans, ce séjour en bord de mer ne sera pas de tout repos. Bénévole de l'association des petits frères des Pauvres, il accompagne des personnes âgées afin de briser leur solitude. « J'ai choisi ce travail » Pendant douze jours, ce Tarbais et huit autres bénévoles ne vont penser qu'aux pensionnaires et tenter de leur rendre les vacances les plus agréables possible. À l'écoute, attentif au moindre problème, Bernard Tourangé aime le contact humain. « J'ai toujours été dans la vie associative et le syndicalisme. J'aime les personnes, leurs vies m'intéressent » , raconte-t-il avec son accent du sud. Il a intégré l'association à son départ en retraite. Ancien ouvrier dans une usine d'armement, il donne sans compter lors de ces séjours. « J'ai choisi ce travail, contrairement à mon activité dans l'industrie. Avec du recul, j'aurais aimé en faire mon métier. » Cela fait désormais six ans qu'il participe à des séjours de vacances et c'est son troisième passage à Damgan. « On est reçu ici de manière fantastique ! La maison est équipée d'ascenseurs et le personnel est d'une gentillesse et d'une compétence remarquable. » Un plus pour ces bénévoles qui doivent assister au quotidien des personnes à la santé fragile. Chaque jour, il faut faire la toilette de certains, les emmener chez le médecin et prévoir les sorties. « Il faut être solide physiquement et totalement disponible mentalement, ne pas céder à la panique en cas de souci et être réactif » , explique Bernard en agitant ses mains. Le « coach » du groupe Très sportif (vélo, tennis, football, randonnée), c'est un peu le « coach » de ce groupe de bénévoles. « C'est comme une équipe de rugby, il faut réussir à rassembler les individualités pour former un tout. C'est à moi d'éviter les frictions entre les personnes. » Après douze jours passés ensemble, travaillant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ces personnes qui ne se connaissaient pas repartent comme si elles avaient passé six mois ensemble. « C'est génial, j'ai l'impression qu'on est devenu une bande de vieux copains. » Dans quelques jours, Bernard Tourangé traversera la France pour rejoindre Tarbes. Fatigué, mais satisfait d'avoir sorti ces personnes de leur quotidien, il retrouvera ses montagnes et un peu de calme. Pauline PHOUTHONNESY Ouest-France | 21 août 2012

Dans la même catégorie