Ces vacances, c'est tout pour moi

26 juillet 2011
articles les plus récents
  • 01 avril 2020
    Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent
    Lire l'actualité
  • 01 avril 2020
    À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus
    Lire l'actualité
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Le quotidien Le Parisien était présent lors de la visite de La Secrétaire d'Etat aux Solidarités et à la Cohésion Sociale, Marie-Anne Montchamps à la maison de vacances des petits frères des Pauvres de Gagny.

Menée par les bénévoles de l'association depuis 1950, l'opération offre à des retraités isolés la possibilitéde quitter un quotidien souvent pesant et solitaire. « Le lien social est indispensable dans notre société, insiste Marie-Anne Montchamp. Nous avons des structures de santé qui fonctionnent bien, mais ça n'est pas suffisant. En ce sens il faut renforcer les partenariats associatifs et encourager le bénévolat.» Rompre l'isolement Marie-Louise Bernier a 92 ans. Comme l'année dernière elle a passé une semaine d'été avec les petits frères des Pauvres. « Ces vacances, c'est tout pour moi. Vous savez, même à la retraite on a besoin de détente. Vivre seule à mon âge, c'est difficile, il m'arrive même de pleurer. Ici je suis avec d'autres vieux, on se comprend et on s'amuse encore ! » raconte, émue, la doyenne du séjour. La moyenne d'âge est de 88 ans, ici, pourtant le programme est plus que fourni. Ateliers poésie, manucure, sortie dans une guinguette des bords de Marne et même gymnastique douce. Prendre soin de soi et rompre avec l'isolement, c'est le but de ces séjours qui, l'année dernière, ont permis à plus de 4 000 personnes de s'évader un peu dans une des 18 maisons de l'association. «On essaie de leur offrir un moment hors du temps dans un cadre familial. Ce qui nous motive, c'est de voir qu'après un séjour avec les bénévoles, ces personnes âgées s'autorisent à penser l'avenir», se réjouit Claire Granger, directrice de la Fraternité Banlieue aux petits frères des Pauvres. MARION KREMP - Le Parisien - 26/7/2011

Dans la même catégorie