Cohésion sociale. Roselyne Bachelot en visite à Damgan

04 août 2011
articles les plus récents
  • 02 juin 2020
    À 20 ans, ce volontaire Français est resté confiné en Irlande pour briser la solitude des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
Voir tout

Roselyne Bachelot était, hier, à Damgan (56). Elle a visité la maison des petits frères des Pauvres, ouverte en 1999 pour offrir des vacances aux personnes âgées démunies ou isolées. Reportage du Télégramme.

Elle a pour nom Ker Peheff. C'était autrefois l'Hôtel des bains. Damgan n'était, à ce moment, qu'une modeste cité balnéaire. C'est aujourd'hui l'une des plus grandes stations touristiques de Bretagne, avec une population qui passe de 1.500 à 30.000 personnes en août. La maison de Ker Peheff a la chance d'être située au coeur de la vie estivale de la commune, en plein bourg piétonnier, entre habitations et commerces. Le choc de la guerre C'est l'un des 28 établissements des petits frères des Pauvres, cette association caritative fondée en 1946, à Paris, par Armand Marquiset. On est, alors, au sortir de la guerre et Armand Marquiset reçoit un «véritable choc» quand il découvre le dénuement de personnes âgées touchées par les privations. Fort de son association, il va alors créer un réseau d'hébergement pour anciens démunis ou dans la solitude en pensant aussi à leurs vacances. Ouverte en 1999, rénovée et agrandie en 2006, la maison de Damgan a reçu, en 2008, le premier label Tourisme et handicap. Pendant six mois de l'année, elle est affectée aux vacances solidaires pour des séjours de huit à dix jours, et, du 2 novembre au 31 mars, elle sert à l'hébergement temporaire pour des plus de 60 ans en grande difficulté physique ou sociale ou en situation de dépendance. Il faut des bénévoles Roselyne Bachelot a rencontré, hier, à Damgan, un groupe de femmes du nord de la France avec leurs accompagnants. Parmi ces derniers, plusieurs jeunes, dont la responsable, JustinePouchin, âgé de 23 ans. La ministre s'est fait expliquer le fonctionnement de la maison par sa directrice, Sylvie Chanson. Michel Chegaray, président des petits frères des Pauvres, Jean-François Serres, le secrétaire général et Armel Blanchard, président de l'antenne locale, ont mis l'accent sur l'importance du bénévolat. Les petits frères, qui ont participé au travail sur la dépendance, emploient 500 personnes sur toute la France et ont l'appui de 9.000 bénévoles. Roselyne Bachelot gourinoise À Damgan, les pensionnaires ont leur chambre individuelle avec leur petite salle de bain. Pendant leurs vacances, ils visitent la région et parfois vont à la plage. La maison a fait une petite entorse pour recevoir le chat de Rose, qui, sans cela, serait restée toute seule chez elle. «Beaucoup d'établissements étudient comment intégrer les animaux de compagnie car c'est bon pour les neurones», a indiqué Roselyne Bachelot. «On a dans notre pays des capacités nécessaires en maison de retraite mais il manque de l'accueil temporaire et des structures de repos», a souligné la ministre de la Cohésion sociale qui voulait «saluer le travail remarquable des petits frères des Pauvres». Elle est en vacances au Crouesty jusqu'à samedi. «Je suis d'origine morbihannaise, ma famille est originaire de Gourin(56)», a-t-elle divulgué. Gabriel Simon - Le Télégramme - 4 août 2011

Dans la même catégorie