Des roses contre la solitude à Orléans

01 octobre 2013
articles les plus récents
  • 30 juillet 2020
    Canicule : nos aînés vous révèlent 7 astuces pour se rafraîchir
    Lire l'actualité
  • 29 juillet 2020
    Le Parlement vote enfin une 5e branche de la Sécurité sociale pour compenser la perte d’autonomie des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 21 juillet 2020
    5 gestes pour être solidaire des personnes âgées cet été
    Lire l'actualité
Voir tout

L’association Les petits frères des Pauvres, installée sur Orléans, distribuera, cet après-midi, des roses. Claire Lebrun, l’une des responsables, revient sur les missions menées par la structure depuis plus d’un an. Entretien mené par Nicolas Da Cunha pour La République du Centre le 1er octobre 2013.

Rompre l’isolement des personnes âgées, leur offrir un sourire, une écoute. Les petits frères des Pauvres y veillent ; à Orléans, depuis mai 2012, ils multiplient les initiatives. Les explications de Claire Lebrun, l’une des responsables. Comment l’association Les petits frères des Pauvres s’implique-t-elle, aujourd’hui, dans la journée des personnes âgées ? Nous distribuerons gratuitement, à partir de 17 heures, près de cinq cents roses devant Place d’Arc. L’idée : offrir une rose à une personne, dans la rue, qui devra la remettre, ensuite, à une personne âgée. Il s’agit de l’opération, « Les fleurs de la fraternité ». Un geste solidaire parmi d’autres… Nous sommes quinze bénévoles et trois responsables. Nous effectuons des visites au domicile des personnes âgées souffrant de solitude. Elles peuvent nous être signalées par la mairie, le CCAS ou les associations d’aide à domicile. Souvent, nous rencontrons des gens vivant dans des logements insalubres, complètement déconnectés de la société. Il y a des histoires de vie compliquées, parfois lourdes. On voit des trucs de fou. Certaines personnes ne sont pas sorties de chez elles depuis longtemps. Que leur proposez-vous ? Une à deux heures par semaine, nous allons les rencontrer. On peut faire une balade, prendre un thé, discuter. Une dame, par exemple, adore nous montrer ses photos de famille. Si la personne part, ensuite, en maison de retraite, nous la suivons. Comment imaginez-vous votre développement ? Nous suivons une douzaine de personnes. L’idée, à terme, est de proposer des ateliers, des animations ou des goûters le dimanche. On pourrait, également, les emmener en vacances car l’association nationale dispose d’une vingtaine de maisons. Pourquoi pas, non plus, organiser des sorties au cinéma, au musée… Quelle est la différence entre votre structure et Les petites soeurs des pauvres ? On les confond toujours. Les petites soeurs des pauvres réunissent des religieuses. Pas nous. Contact. Les petits frères des Pauvres. Tél : 07.70.48.37.61. Internet : Nous contacter   Nicolas Da Cunha - La République du Centre - mardi 1er octobre 2013  

Dans la même catégorie