Développement de l'accompagnement des personnes en fin de vie à Toulouse

07 juillet 2011
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Un partenariat entre la clinique Quint-Fonsegrives et les petits frères des Pauvres de Toulouse vient d'être signé. Une première pour la ville rose !

C'est une première pour les petits frères des Pauvres de Toulouse. L'équipe d'accompagnement des personnes malades et en fin de vie va intervenir à la clinique Quint-Fonsegrives. L'établissement de soins de suite et de réadaptation polyvalent a signé un partenariat avec l'association. Les bénévoles de la ville rose peuvent, désormais, accompagner, écouter, partager avec des patients bénéficiant de soins palliatifs. En lien étroit avec le personnel soignant, les petits frères des Pauvres soutiendront les personnes qui le souhaitent. Face à la maladie, chaque individu se retrouve seul. Notre présence peut rassurer, réconforter. Nous pouvons, aussi, réaliser les derniers rêves de certaines personnes , souligne Magdalena Armand, coordinatrice de l'équipe. Je me souviens d'un monsieur que nous avons emmené au bord de la mer, une dernière fois. Il était si heureux , sourit la spécialiste. Une action saluée par les experts de la clinique, qui à travers ce nouveau partenariat, confirment la confiance qu'ils ont envers l'association reconnue d'utilité publique. Sur place l'équipe de terrain sera composée de trois bénévoles. Mélanie, Régine et Jacques, oeuvrent depuis des années aux petits frères des Pauvres. Avec leur coeur, ils iront à la rencontre des patients en souffrance. Armés grâce à des formations pointues proposées par l'association, ils écouteront de façon bienveillante, s'adapteront aux besoins des malades. Ils apporteront une ouverture vers l'extérieur, ils représenteront, aussi, la société. A chaque visite, une fois par semaine, les bénévoles effectueront des transmissions auprès des salariés de l'établissement. Un cahier de liaison assurera un lien avec la clinique. Qui plus est, les bénévoles auront, le soutien de leur coordinatrice des petits frères des Pauvres. Magdalena Armand, psychologue de formation, les conseille, les écoute. L'action de l'association est très attendue car les besoins sont nombreux. La peur d'être seul face à la mort, le manque de visite...t outes les souffrances exprimées ne sont pas aisées à gérer pour le personnel médical. L'association, joue, ici, un rôle complémentaire. Un rôle fraternel et encadré par l'article 10 de la loi n°99-477 du 9 juin 1999 qui précise le rôle et les conditions de l'intervention des bénévoles.  

Dans la même catégorie