Evreux : L'appel des petits frères des Pauvres

24 janvier 2013
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

Samedi 26 Janvier, de 10 h à 12 h, à la Mairie d'Evreux (salle Jacqueline Duval) les petits frères organisent une matinée d'informations et de recrutement. Ils recherchent des bénévoles pour accompagner régulièrement des personnes âgées isolées, en situation de précarité ou malades. Le correspondant d'Eure Info a rencontré à Evreux : Joyce, coordonnatrice régionale, Robert et Stéphanie bénévoles.

E. I. : Pourquoi cet appel au recrutement ? Joyce : « Nous avons, en ce moment, des demandes d'aide de personnes âgées auxquelles nous ne pouvons pas répondre faute de bénévoles suffisants sur Evreux. » E.I.: Cela consiste en quoi d'être bénévole chez les petits frères ? Joyce : « Consacrer quelques heures par semaine de façon régulière ou ponctuellement pour mener un projet. Quelques heures chaque semaine (ou tous les 15 jours), éventuellement le week-end pour s'occuper des personnes âgées en situation d'isolement et de précarité. Être bénévole, c'est aussi participer à une vie associative riche. Les petits frères des Pauvres favorisent une vie d'équipe de qualité, conviviale et accueillante pour répondre au mieux aux besoins des personnes accompagnées. » E. I. : Les valeurs des petits frères des pauvres ne sont pas forcément bien connues de nos lecteurs, pouvez-vous nous les préciser ? Joyce : « Depuis l'élan donné par Armand Marquiset en 1946, l'action des petits frères des Pauvres se fond sur des valeurs simples mais irremplaçables : la dignité de tout homme et de toute femme quels que soient leur origine, leur situation et leur état physique, psychique ou social, la liberté fondamentale de chacun, la fraternité et la fidélité. Depuis plus de soixante ans, les petits frères des Pauvres sont une figure incontournable de la lutte contre l'isolement des personnes âgées. Aujourd'hui, une personne de plus de 60 ans sur trois souffre de solitude. Au-delà de l'aide matérielle, les bénévoles de l'association apportent un soutien affectif et des relations humaines pour vaincre l'isolement et lutter contre l'exclusion. E. I. : Il ne s'agit pas d'une association para-religieuse ? Joyce : « Elle est non-confessionnelle et apolitique et elle s'est dotée en 1998, en complément de ses statuts, d'une charte qui affirme ses valeurs, présente ses missions, son action et le pacte associatif qui engage ses membres. E. I. : En quelques mots, quels sont les grands principes de cette charte ? Joyce : « Pas facile de faire court mais on peut résumer : Accompagner, agir collectivement, témoigner, alerter. Toutes ces actions participent à cultiver et à concrétiser la fraternité. E. I. : Stéphanie pouvez-vous nous parler de votre expérience sur Evreux ? Stéphanie : « Les petits frères sont présents localement depuis 2009. Fêter un anniversaire, partager un repas, organiser des animations, mener à bien des projets ou simplement échanger quelques mots autour d'un café, voire aider aux tâches administratives dans nos implantations, chaque bénévole s'implique à sa façon avec la certitude de vivre une expérience enrichissante. Le bénévolat pour moi c'est être utile, mettre en place des projets, des idées et j'ai trouvé cela chez les petits frères des Pauvres. Chacun peut y trouver sa place, quelles que soient ses compétences et ses aspirations, et chacun peut choisir son temps d'activité. Que du Bonheur à partager ! » E. I. : Robert, pouvez-vous nous donner un exemple de votre action de bénévole ? Robert : « Avec le soutien de Joyce et l'aide d'autres bénévoles, j'ai organisé une fête de Noël pour les personnes âgées que j'accompagne. Nous sommes allés les chercher chez eux et les avons reconduits chez eux après la petite fête. » À savoir Créée en 1946, l'association est reconnue d'utilité publique et compte 9700 bénévoles, 509 salariés et sont présents dans la plupart des régions françaises et dans 7 autres pays (Allemagne, Canada, Espagne, Irlande, Pologne, Suisse, Etats-Unis). Les petits frères des Pauvres sont financés à 83 % par la générosité du public (soit 44 M ? sur un total de 53,3 M ? en 2011) et agréés par le Comité de la charte du don en confiance. Joyce : « Il me vient à l'esprit la très belle action des bénévoles d'Evreux, pour Suzanne. Je les ai soutenus et aidés. Suzanne est une adorable dame âgée qui est cloîtrée chez elle sans pouvoir sortir dehors depuis quatre ans. Malgré son appartement adapté aux personnes handicapées, son poids et deux petites marches l'empêchent d'accéder à l'extérieur. Grâce à la volonté des bénévoles, les petits frères ont décidé de faire du jour de son anniversaire, une journée inoubliable pour Suzanne. Les bénévoles se sont donc attelés à régler le problème technique des petites marches grâce à une rampe amovible. Le jour dit, rendez-vous à 14 h devant chez Suzanne : gâteaux, boissons, cadeaux. La moitié des petits frères est restée pour préparer le goûter, et l'autre moitié est partie accompagner une Suzanne émue, qui ne s'attendait pas à tant d'attentions, et encore moins à faire sa première balade en centre-ville d'Evreux depuis quatre ans. » Isolement et précarité Le dernier rapport de la Fondation de France consacré aux « Solitudes en France » ne peut que conforter la pertinence des actions menées par les petits frères des pauvres. En effet, on constate une dégradation de la situation des personnes âgées, en particulier lorsqu'elles sont exposées à la pauvreté. La part de la population âgée de 75 ans et plus, en situation d'isolement relationnel augmente, passant de 16 % en 2010 à 21 % en 2012. Et l'isolement et la précarité peuvent aussi avoir des conséquences dramatiques. C'est dans la tranche des plus de 85 ans que l'on observe les taux de suicides les plus élevés : 40 morts par suicide pour 100.000 habitants, soit un taux deux fois supérieur à celui des 25-44 ans, d'après « France Prévention suicide ». Eure Info - le journal d'Evreux - 22 janvier 2013

Dans la même catégorie