Hommage à Roland Longpré

24 janvier 2018
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Roland Longpré, cofondateur des petits frères des Pauvres de Chicago, nous a quittés à l’âge de 84 ans.

Né le 27 août 1933 à Montréal, acteur de théâtre, Roland Longpré a notamment joué dans Un tramway nommé désir en 1975. Alors connu au Canada pour son rôle dans une série TV, il abandonne sa carrière pour rejoindre les petits frères des Pauvres à l’âge de 25 ans en 1958. Il participe à des séjours de vacances, part plusieurs mois à Casablanca à la demande d'Armand Marquiset, fondateur des petits frères des Pauvres, qui l'envoie à Chicago en 1959 pour participer à la fondation des « petits frères » de Chicago avec Michel Salmon. Il organise en 1961 des réveillons à Montréal en vue de développement de l’Association dans cette ville, et participe ainsi à l'ouverture de la Fraternité de Montréal en 1962, avec Maurice Ouellet et Hubert de Ravinel. De retour à Paris, Armand Marquiset lui demande de prendre la direction de la Fraternité de Marseille : c'est en partie grâce à lui que les petits frères des Pauvres ont acquis à l’époque la maison de Malbuisson.  Armand l'envoie ensuite à Calcutta (Inde) en janvier 1964 pour y développer éventuellement une fondation. Il y reste 3 mois et rencontre notamment Mère Thérèsa, pour laquelle Armand a une grande admiration, puis rentre à Paris. Armand Marquiset part en Inde en décembre 1964 et Roland le rejoint en janvier 1965 pour concrétiser le projet.  Roland quitte les petits frères des Pauvres de Marseille en 1967, travaille ensuite comme animateur dans un foyer de jeunes travailleurs à Paris, puis s’investit dans la lutte contre le sida dans l’association AIDES à partir de 1988 comme bénévole. Il était toujours lié aux petits frères des Pauvres et a été accompagné et soutenu jusqu'à la fin de sa vie par les petits frères des Pauvres du 14e arrondissement parisien.

Dans la même catégorie