La Fraternité régionale Auvergne Rhône-Alpes a un nouveau directeur

26 mars 2018
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Pascal Isoard-Thomas cède sa place de directeur de la délégation régionale des petits frères des Pauvres à Fabrice Bruyère.

C’est dans la bonne humeur que s’est faite, au sein de la délégation régionale de l’association, qui siège dans le 8è, la transition entre ancien et nouveau directeur régional. Le travail accompli en un peu plus de cinq ans par Pascal Isoard-Thomas a été chaleureusement salué par les représentants des partenaires de l’association dans la lutte contre l’isolement des personnes âgées. Des personnalités de tout bord, élus, représentants de services de la Ville de Lyon, de la métropole, d’organismes sociaux, d’institutions culturelles et d’associations ont été unanimes pour dire à cette occasion, que l’association avait grandement contribué à créer une synergie entre tous, dans cette lutte contre l’isolement.   Une énergie déployée au service du développement régional de l’association, qui compte à présent près de 1 400 bénévoles actifs et 600 dans le Grand Lyon, soit un effectif doublé en cinq ans, tous rendant visite à des personnes âgées isolées.   Fabrice Bruyère, son successeur, et jusque là son adjoint pour le développement en Loire Auvergne, connaît très bien l’association dont il prend la direction régionale. Sa personnalité fédératrice, son engagement de longue date pour cette cause et sa simplicité dans sa relation aux autres ouvrent très certainement, pour l’avenir de l’association, des perspectives toujours positives.   L’association compte de nombreuses équipes de bénévoles dans les arrondissements de Lyon et à tout moment de l’année, il est possible de les rejoindre pour visiter une personne dans votre quartier et rompre ainsi sa solitude.     Source : Le Progrès

Dans la même catégorie