La place des personnes âgées dans les missions gouvernementales

22 juin 2017
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Les petits frères des Pauvres regrettent que les enjeux du vieillissement et les conditions de vie des personnes âgées n’aient pas une place plus importante dans la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale et qu’aucun conseiller ministériel ne soit clairement identifié sur ces thématiques au sein du Ministère de la Santé et des Solidarités. Ils présentent deux alternatives pour y remédier :  - transformer le Secrétariat d’Etat en charge des personnes handicapées en Secrétariat d’Etat (ou Ministère délégué) en charge des personnes handicapées et de l’Autonomie, à la condition que l’autonomie englobe bien toutes les thématiques s’y rattachant : logement, exclusion numérique, isolement sur les territoires urbains et ruraux, précarité, accès aux transports, à la culture, solidarité entre les générations, engagement citoyen… Cela permettrait également de supprimer la référence à l’âge dans le traitement des situations et l’attribution des aides. - nommer un délégué interministériel chargé du vieillissement, de l’autonomie et de la citoyenneté des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, sous l’autorité du Premier Ministre qui aurait en charge la coordination de toutes les actions des différents ministères liées aux politiques de prise en charge du vieillissement et du handicap (les politiques de l’accès au logement avaient bénéficié entre 2008 et 2014 d’un délégué ministériel dont la coordination a été saluée par l’ensemble des acteurs impliqués). Comme le souligne Alain Villez, Président des petits frères des Pauvres, « le choix d’un ministère de la Santé et des Solidarités avec des compétences aussi étendues augmente le risque que les questions relatives aux personnes âgées soient surtout traitées par le prisme de la santé. Il est primordial de favoriser les transversalités sur toutes les thématiques liées aux enjeux du vieillissement et d’envoyer un signal fort à cette population en augmentation constante».

Dans la même catégorie