Le local de Bordeaux retrouve des couleurs avec l'aide de nos vieux artistes !

04 juin 2014
articles les plus récents
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 26 mars 2020
    Coronavirus : le top des idées originales contre l'isolement des personnes âgées les plus émouvantes
    Lire l'actualité
  • 24 mars 2020
    COVID-19 : pour aider les personnes âgées, découvrez nos annonces de bénévolat sur le site de la Réserve Civique
    Lire l'actualité
Voir tout

Armés de pinceaux et de gouache un groupe de vieux amis s’est donné rendez-vous pour s’exprimer sur les murs. C’est à l’initiative d’Aurélien Marquot (bénévole) et Christophe Masse (plasticien) et grâce à la participation de Jean-Marie Nolibois (bénévole) que s’est ouvert en avril 2013 un atelier d’arts plastiques au local des petits frères de Bordeaux.

Cet atelier a débuté avec des productions en petits formats afin de familiariser nos vieux artistes aux différentes techniques picturales, mais c’est bel et bien la création d’une fresque sur le mur du local qui restera leur chef-d’œuvre et notre fierté ! En effet, chacun avec son bagage nous a fait voyager dans son monde, sous l’œil averti de Christophe Masse, qui a permis une restitution à la fois surprenante et cohérente ! Ce mélange de scènes de vies et d’abstractions offre un rendu visuel où chacun peut se retrouver et voyager. Outre l’aspect convivial et ludique de cet atelier, c’est aussi un véritable avantage pour le local de la rue Bouquière rendu ainsi plus chaleureux, pour le plus grand plaisir des «habitués du jeudi après-midi» et des visiteurs ponctuels. « C’est vivant ! » est l’expression qui qualifie le mieux ce projet qu'il n’aurait pas été possible de mener à bien sans l’implication de chacun. Vivant, oui ! Nous l’avons constaté lors du vernissage le jeudi 15 mai, où sont venus en nombre les vieux amis, les vieux artistes, les bénévoles et les amis des associations de la rue Bouquière. Il a même été difficile de trouver un temps de parole pour marquer le coup au milieu de la joyeuse cacophonie des discussions enjouées. Il ne nous reste donc plus qu’à suivre leur exemple. Selon le philosophe Nietzsche «le langage n’est pas l’expression adéquate de toutes les réalités». Alors tous à vos pinceaux, prêts, partez ! Charley Moquay, Service civique aux petits frères de Bordeaux | juin 2014

Dans la même catégorie