Le parcours logement de Michèle

26 juin 2013
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

A Lille, l'association Champ Marie - en lien avec la fraternité régionale - est un acteur de l' action logement et habitat des petits frères des Pauvres. Il contribue notamment par la médiation locative auprès de partenaires bailleurs (publics, privés et «Bersabée») à l'insertion sociale et au mieux-être des personnes exclues. Retour sur action avec le parcours de (re-)logement de Michèle.

Lorsque Michèle, 53 ans, s'est présentée en octobre 2012, son relogement ne nous paraissait vraiment pas évident. Bénéficiaire d'une ASS, elle venait de se faire expulser d'un logement appartenant à un bailleur public où elle avait vécu une dizaine d'années. L'expulsion était liée au décès de son père. Très affectée, elle s'est alors réfugiée chez des amis, délaissant son appartement avec plusieurs chats. Rapidement, les voisins saisirent le propriétaire et malgré plusieurs mises en garde, Michèle ne s'est pas manifestée et le bailleur fut contraint d'entamer une procédure d'expulsion. Hébergée en Centre d'hébergement et de réinsertion sociale, son projet consistait à trouver un logement de type 3 pour vivre avec son compagnon. Nous lui avions expliqué que notre structure ne s'occupait que de personnes isolées et avions classé son dossier. Peu de temps après, son compagnon est décédé et Michèle est revenue. Il était clair qu'une solution dans le parc public paraissait plus que compromise et nous avons orienté nos recherches exclusivement vers le parc privé. Il fallait trouver un logement adapté à ses ressources modestes. En effet, si le reste à vivre est insuffisant, compte-tenu du montant du loyers et des charges à supporter, le Conseil Général n'accorde pas l'aide du Fonds de solidarité pour le logement (FSL). Michèle a participé à quelques-uns de nos ateliers recherche logement individualisé mais sans succès. Puis, elle a ensuite pris l'initiative de consulter les annonces dans les journaux et a repéré un logement de type 2 sur Lomme appartenant à un bailleur privé. Après avoir finalisé l'affaire avec notre appui, la voici de nouveau locataire en titre depuis le 1er avril 2013 avec le bénéfice du FSL pour l'entrée dans les lieux, une aide des petits frères des Pauvres pour meubler son appartement et un accompagnement spécifique Champ Marie pour assurer son maintien dans le logement. Ce qui est intéressant dans ce parcours, c'est que la participation de Michèle aux ateliers recherches lui aura permis de trouver une solution de sa propre initiative après lui avoir redonné confiance. Farid Drici |  juin 2013

Dans la même catégorie