Le rapport des Français à la vieillesse

01 octobre 2015
articles les plus récents
  • 16 juillet 2020
    Nos aînés isolés profitent des vacances : leurs témoignages
    Lire l'actualité
  • 13 juillet 2020
    Pascale Clark : « On met les personnes âgées au ban de la société et ça me révolte ! »
    Lire l'actualité
  • 09 juillet 2020
    Déconfinement : des retrouvailles conviviales entre bénévoles et personnes âgées isolées
    Lire l'actualité
Voir tout

3/4 des Français prêts à consacrer du temps à une personnes âgée, un résultat en forte hausse par rapport à 2014 74 % des personnes interrogées se disent prêts à consacrer du temps à une personne âgée (+17 % vs 2014) 64 % seraient prêts à y consacrer au moins une heure par semaine dans le cadre d’une activité bénévole (+16 % vs 2014) les 18/34 ans au cœur de l’engagement en faveur des ainés 85 % des Français considèrent que les personnes âgées sont une richesse qu’il faut préserver et entretenir. A l’occasion du 1er octobre, journée internationale des personnes âgées et de leur opération « Les fleurs de la fraternité », les petits frères des Pauvres ont demandé à BVA d’interroger les Français sur « Leur rapport à la Vieillesse » pour la deuxième année consécutive. Les personnes âgées sont-elles un poids, une richesse pour notre société ? Les Français sont-ils prêts à s’engager auprès des personnes âgées, membres de leur famille ou autres ? Combien de temps seraient-ils prêts à y consacrer chaque semaine, chaque mois ? De manière individuelle ou au sein d’une association, d’une fondation ? Telles sont les questions qui leurs ont été posées les 18 et 19 septembre derniers. 1er enseignement : Les français toujours plus enclins à consacrer du temps à une personne âgée (+ 17 % en un an)  Ils étaient 57% en 2014 à se dire prêts à consacrer du temps à une personne âgée. En 2015, ils sont 74 %. Un résultat en hausse de + 17 points ce qui tend à démontrer une implication croissante des Français dans leurs relations avec leurs ainés. Une solidarité qui se concentre sur l’entourage Le cercle de famille se concentre sur lui-même pour prendre en charge ses proches âgés. Cette solidarité s’exprimerait en priorité dans le cadre privé au bénéfice d’une personne âgée appartenant au cercle familial (60 % des réponses 2015 vs 43 % en 2014). L’engagement des Français au sein d’une activité bénévole reste quant à lui stable (23 % en 2015  vs 22 % l’année passée). L’engagement en faveur d’un ami, d’un voisin âgé perd 4 % (14 % en 2015 vs 18 % en 2014). Les 18/34 ans sont les plus enclins à consacrer du temps à une personne âgée. Qui a dit que les liens intergénérationnels avaient tendance à disparaître ? 88 % des personnes interrogées âgées entre 18 et 34 ans se disent prêts à consacrer du temps aux ainés. Un taux qui tombe à 75 % chez les 50-64 ans et à 51 % chez les 65 ans et plus. La jeune génération reste donc le fer de lance de l’entretien au quotidien de la relation avec leurs ainés. L’étude semble bien montrer que le respect inter-générations est une valeur importante de  la société française.  Tout jeune étant un jour destiné à vieillir à son tour, aider ses aïeux serait ainsi un modèle pour les générations futures qui aideront à leur tour leurs aînés. 2ème enseignement : Les français prêts à passer plus de temps chaque semaine auprès des personnes âgées dans le cadre d'une activité bénévole 64 % des personnes interrogées déclarent être prêtes à y consacrer au moins une heure de leur temps par semaine contre 48 % en 2014 soit une hausse non négligeable de + 16 points.  21 % deux à trois heures par semaine et 12 % seraient prêts à y passer ½ journée par semaine ; une hausse de + 5 points par rapport à l’année passée. Si 47 % des personnes interrogées en 2014 déclaraient ne pas être prêtes à s’engager dans le cadre d’une activité bénévole, elles ne sont plus que 30 % en 2014, soit une chute de 17 points. Les petits frères des Pauvres ont également interrogés les Français sur la situation générale des personnes âgées en France en 2015 et les domaines dans lesquels leur situation se serait surtout dégradée : Arrive en tête la notion de pouvoir d’achat. 56 % des personnes consultées considèrent que les personnes âgées ont perdu du pouvoir d’achat depuis 2014. Arrive en suite la notion de solitude et l’isolement pour 41 % d’entre eux. Puis la solidarité familiale et l’état de santé respectivement pour 20 et 19 % suivi de la solidarité avec l’entourage (10 %) et le logement (10 %). Point positif pour conclure : 85 % des sondés déclarent que les personnes âgées sont pour la société française une richesse qu’il faut préserver et entretenir plus qu’un poids économique et social (12 %). Les Français semblent surtout mettre en avant l’apport des personnes âgées pour la société : un apport culturel important notamment pour les jeunes générations (expérience, conseils…). Pour Alain Villez, Président des petits frères des Pauvres, c’est une vraie satisfaction que la solidarité entre les générations soit plébiscitée par les Français. «En 2014, 2 7% des personnes âgées de 75 ans et plus sont en situation d’isolement relationnel*. Ce pourcentage a explosé ces dernières années avec une progression de + 11 points depuis 2010. Les actions que nous menons se concrétisent grâce à l’engagement de femmes et d’hommes qui agissent bénévolement auprès de nombreuses personnes âgées les plus isolées et les plus fragiles. Les résultats de cette étude nous encouragent, bien entendu, à poursuivre notre développement et à inciter les citoyens, tout particulièrement la jeune génération, à se mobiliser et à s’investir auprès de nos aînés ». * Enquête réalisée par téléphone du 18 au 19 septembre 2015 auprès d’un échantillon de 974 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas, appliqués aux variables suivantes (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération).

Dans la même catégorie