Le vice-président de Nantes participait à une journée portant sur le thème de la maltraitance

04 février 2011
articles les plus récents
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 26 mars 2020
    Coronavirus : le top des idées originales contre l'isolement des personnes âgées les plus émouvantes
    Lire l'actualité
  • 24 mars 2020
    COVID-19 : pour aider les personnes âgées, découvrez nos annonces de bénévolat sur le site de la Réserve Civique
    Lire l'actualité
Voir tout

Le 22 janvier dernier, le groupe nantais d'éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) organisait une journée autour du thème «Maltraitance : l'éthique face à la vulnérabilité», au CHU de Nantes.

Une journée riche en interventions et en témoignages à laquelle ont participé 4 personnes de la Fraternité de Nantes, 2 salariés et 2 membres du Conseil de fraternité. Les petits frères des Pauvres mesurent combien les divers aspects de la maltraitance sont aujourd'hui préoccupants ; qu'ils soient physiques, psychologiques ou financiers. Témoigner, Alerter : les petits frères des Pauvres ont créé « lutte contre la maltraitance », cellule de veille et d'alerte pour informer et sensibiliser, apporter une écoute et alerter les pouvoirs publics. Des regards portés sur la maltraitance de la personne âgée, des données sur la maltraitance en institution et au domicile ; autant de situations qui ont été abordées au cours de cette journée pour nous aider à changer notre manière de voir « l'autre ». Il faut, nous a dit le philosophe présent, faire entrer la «responsabilité» dans le «vulnérable» .Est-ce que la «bientraitance» est une réponse à nos questions ? Un mot nouveau qui apparaît dans notre vocabulaire depuis les années 2004 ! Les articles sur cette question commencent à devenir nombreux. Si l'opposé de la bientraitance est la négligence (du latin, ne pas faire le lien), la bientraitance c'est bien prendre le parti de l'autre, de la personne. L'aider à trouver du sens, indispensable dans notre relation avec la personne âgée. Ne pas décider à sa place, mais créer des espaces de discussion afin que ce « sens » puisse en permanence exister. La vraie bientraitance c'est entrer en contact avec la personne pour connaître son «cap». Nous sommes bien là, dans l' accompagnement petits frères. Dans ce grand bateau où nous sommes embarqués : personnes âgées, bénévoles, soignants, aidants…, «ce cap», nous rappelle François Blanchard (gériatre au CHU de Reims), ce sont les attentes et les questions que se posent les personnes en grande vulnérabilité : Ne m'abandonnez pas Est-ce que je peux encore aimer quelqu'un ? Est-ce que je peux encore être aimée ? Et nous, petits frères des Pauvres, de reprendre à notre compte, la citation d'Emmanuel Lévinas : « Les besoins matériels de la personne vulnérable sont d'abord des besoins spirituels ». Ou « Des Fleurs avant le Pain ». Jean-François Fauchié

Dans la même catégorie