Les bonnets des fées du tricot

02 décembre 2013
articles les plus récents
  • 30 juillet 2020
    Canicule : nos aînés vous révèlent 7 astuces pour se rafraîchir
    Lire l'actualité
  • 29 juillet 2020
    Le Parlement vote enfin une 5e branche de la Sécurité sociale pour compenser la perte d’autonomie des personnes âgées
    Lire l'actualité
  • 21 juillet 2020
    5 gestes pour être solidaire des personnes âgées cet été
    Lire l'actualité
Voir tout

C’est le mardi après-midi, de 14h30 à 17 heures, que les Tricoteuses de Mézos aiment se retrouver pour s’adonner à leurs ouvrages. Ce petit groupe de femmes, dont la présidente est Geneviève Cirlli, « joint l’utile à l’agréable » chaque semaine, en tricotant le plus souvent des couvertures, pour différentes associations caritatives comme les Restos du cœur, la Maraude ou le Secours catholique.

Ce mardi, sur la table, les vedettes sont de petits bonnets. Ceux-ci font partie d’une campagne lancée déjà depuis huit ans entre l’organisme des petits frères des Pauvres et une célèbre marque de Smoothies qui coiffe, dès que l’hiver pointe le bout de son nez, ses petites bouteilles d’un bonnet de laine. Ainsi, à chaque bouteille bonnetée achetée, la marque reverse 0,20 € à l’organisme pour qu’il vienne en aide aux personnes âgées isolées. Une belle initiative Une belle initiative que les Tricoteuses de Mézos n’auraient manqué pour rien au monde. L’occasion de tricoter ensemble représentant pour elles un véritable moment de détente, une échappée hebdomadaire, en somme, un loisir antistress, belles rencontres et amitiés à la clé. Alors, pourquoi les jeunes générations n’ont-elles pas forcément repris le flambeau des super mamies ? Les Tricoteuses ont un avis bien tranché : « Aujourd’hui, les jeunes actifs manquent de temps et ont beaucoup plus de choix de loisirs, notamment avec l’informatique ! » La confection d’ouvrages demande donc trop de temps mais aussi beaucoup de patience, qualité rare chez une génération habituée à l’instantanéité et la rapidité. Un savoir-faire qui aurait donc tendance à diminuer mais qui connaît depuis peu un nouvel essor et redeviendrait tendance. L’hypothèse d’un manque d’argent et d’un retour aux sources, à l’ancien temps, au même titre que le renouveau des potagers, pourrait être privilégiée mais les Tricoteuses y voient aussi le besoin de créer, de sortir quelque chose qui vient de soi car « quand vous tricotez, vous choisissez vos couleurs, vous imaginez vos motifs… Au fond, nous, les tricoteuses, nous sommes des artistes ! », ont-elles conclu en riant. Leur bonne humeur et les bonnes actions qu’elles accomplissent ont du mérite. La prochaine à venir : exposition et vente des ouvrages au profit du Téléthon au Forum à Mimizan, les samedi 7 et dimanche 8 décembre. Mathilde Fraigneau - Sud-Ouest 25 novembre 2013

Dans la même catégorie