Les flonflons de la fête à Aussillon

07 août 2012
articles les plus récents
  • 16 juillet 2020
    Nos aînés isolés profitent des vacances : leurs témoignages
    Lire l'actualité
  • 13 juillet 2020
    Pascale Clark : « On met les personnes âgées au ban de la société et ça me révolte ! »
    Lire l'actualité
  • 09 juillet 2020
    Déconfinement : des retrouvailles conviviales entre bénévoles et personnes âgées isolées
    Lire l'actualité
Voir tout

Pour la seconde année consécutive, l'association des petits frères des Pauvres de Mazamet organisait vendredi, une grande journée de partage en partenariat avec l'association des petits frères de Carcassonne et du centre d'accueil pour handicapés des Buissonnets.

Agir collectivement Le projet associatif nous invite à unir nos forces ainsi que nos compétences, pour faire plus, mais surtout faire mieux. Notre équipe développe divers partenariats. Nous avions prévu d'organiser comme en 2011, une journée conviviale dans le parc de l'association des Buissonnets située sur le territoire de la commune d’Aussillon. L’établissement des Buissonnets héberge une dizaine de personnes souffrant d'un ou plusieurs handicaps. Ces résidents sont aidés, quotidiennement, par autant d’auxiliaires de vie, se relayant. Notre équipe, forte de 18 bénévoles, accompagne une trentaine de personnes. Certaines souffrent d'un très grand isolement. A tel point, qu'il leur est très difficile, encore, de venir vivre une journée fraternelle, parmi nous. Lorsque le président de l'équipe de Carcassonne m'a déclaré dans le hall de l'aéroport d'Orly, «René, il faudrait que nous fassions quelque chose ensemble», il m'a semblé naturel d'inviter son équipe à se joindre à la journée que nous avions déjà programmée. J'avais bien précisé que nous construirions ensemble, cette journée. Les courriers électroniques offrent la possibilité d'échanger très rapidement, de telle manière que chaque équipe a nourri la réflexion en apportant ses idées. Après la réflexion, vient le temps de l'action ! Un sympathisant nous a prêté un chapiteau pouvant accueillir une centaine de personnes. Un autre, nous a prêté deux barnums. La mairie d'Aussillon, nous a apporté les tables et les chaises. Nous étions assurés de profiter de l'ombre et de la fraîcheur d'arbres centenaires. Les trois associations réunies comptaient 82 convives. Comme d'habitude, il y a eu des désistements de dernière minute. Nous avons accueilli, au pied levé, mais avec joie, Monsieur Bramardi, responsable de l’ E.S.A.T Chanteclerc, établissement géré par l'APEDI Castres-Mazamet. Quand il y en a pour un… vous connaissez la suite ! Merci de nous avoir fait l'honneur de partager notre repas, Monsieur Bramardi. Concrètement, chaque bénévole s'est emparé d'une part de l'action, de telle manière que le jour J, le stress était gérable. Nous sommes habitués à compter sur l'engagement de chacun d'entre-nous. Chacun sait ce qu'il doit faire. Après le mot d'accueil, occasion pour chaque représentant des diverses équipes de s'exprimer, sans oublier Madame Arnoux, représentant notre partenaire Prémalliance, nous attaquons le vif du sujet, si j'ose dire. Un cocktail servi bien frais, accompagné de toasts confectionnés maison, ainsi que par des gratons et rondelles de saucisse. Hummm... Un vrai régal ! Chacun a pu faire connaissance. Les conversations allaient bon train soutenues par l'ambiance apéro-concert créée par Frédéric Agar, musicien professionnel. Hugues, directeur de musée, mais photographe à ses heures, a immortalisé les expressions de nombreux visages. Mais, il est treize heures. Il est temps de passer à table. Citer le menu ne servirait à rien, si ce n'est pour vous dire que les mets étaient excellents. Le dessert rafraîchissant vint clôturer les agapes, avec le café, sans l'addition ! Frédéric, le faiseur de miracles Frédéric a enchaîné les chansons en s'accompagnant soit au clavier, mais très souvent à l'accordéon, passant au milieu des tables. Visiblement, les regards s'allument, les yeux pétillent, les corps se balancent. Où ont-ils mal, déjà ? Ils ne s'en souviennent plus ! Ont-t-ils mal quelque part d'ailleurs ? Je ne crois pas. Ils sont tout simplement… heureux !!! «Demandez-lui un paso-doble», me lance une personne de Carcassonne, âgée de 83 ans, coquette, installée face à moi. J'aimerais tant danser. Je ne l'ai pas fait depuis de nombreuses années. Et la voilà, abandonnant sa canne sous la table, dansant sur la piste, radieuse, avec une bénévole ! Je m'interroge. Je savais notre atmosphère peu polluée, surtout depuis la fin du délainage, enrichie en oxygène par les forêts de nos montagnes, mais quand-même, nous ne sommes pas à Lourdes ! Il faut se rendre à l'évidence, c'est bien Frédéric, le faiseur de miracles ! Et que dire de notre Mimi, qui s'est éclatée… eh oui ! Même sur son fauteuil ! A la suite d'une mauvaise chute, elle n'était pas sortie de son Ehpad depuis six mois. Sans oublier Jérôme, tous les jours sur son fauteuil, mais qui chantait à tue-tête toutes les chansons. Il a un répertoire très étendu. Le roi n'était pas son cousin, ce jour-là ! Les Flonflons de la fête se sont éteints. La vie normale reprends son cours normal, allais-je écrire. Mais non, pas tout à fait. Cette journée demeurera inscrite dans les souvenirs de tous les participants. Moments de bonheur fugace. Peut-être ? Qui sait ? Que chacun aimera raconter, ... très certainement. Je peux vous assurer, sans risque de me tromper: Ils sont tous prêts à recommencer. Pas de suite, s'il vous plaît, la vaisselle n'est pas terminée. Je demande le bénéfice du doute. Cette action est-t-elle moins bénéfique pour le moral qu'une conversation en tête à tête avec une personne qui souffre moralement ? Qui vous raconte, qu'elle est accablée par toute la misère du monde ? Que personne ne la comprend? Que la terre entière cherche sa perte, etc. Permettez-moi d'en douter ! D'autant, qu'une fois la personne apaisée, réjouie, la conversation intime s'en trouve facilitée. Le corps et l'esprit vont de pair, dit-on. Ce sont des vases communicants. Des sages ont écrit sur ce thème, toujours d'actualité. J'avais admiré l'équipe de Nantes, lorsqu'ils amenaient les personnes de l'hôpital à la salle Ondine, à Vertou. C'était en 2006 déjà. Ils avaient de l'avance. Bravo ! Avec nos différences, certaines très grandes, voire très visibles, mais avec des yeux émerveillés, nous avons vécu une journée de Fraternité. Merci de tout cœur aux bénévoles et à la prochaine fois. Ce n'est qu'un au-revoir ! René Stefani Président à Mazamet

Dans la même catégorie