Les petits frères des Pauvres de Blois recherchent des bénévoles pour aider les personnes âgées

22 juillet 2015
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Actuellement, ils sont quatorze bénévoles à Blois engagés à aider les personnes âgées de plus de 50 ans en situation d'isolement. Leur mission, ils l'ont acceptée : « Apporter du bonheur, du partage, de l'échange, des choses qui ne se monnayent pas », livre Chantal Dansault-Moure, secrétaire bénévole de l'association. Les petits frères des Pauvres comptent plus de 200 équipes d'action à travers la France, dans lesquelles 11.000 bénévoles sont engagés, ainsi que 558 salariés.  Il y a un lien d'amitié  L'équipe, créée à Blois en août 2014, est aujourd'hui composée essentiellement de bénévoles et aide en ce moment quatorze personnes âgées en situation de difficulté, sur les 48 communes de l'agglomération de Blois. « Ce sont les familles qui nous sollicitent en général, on a des appels toutes les semaines. Ce sont pour la plupart des personnes retraitées, seules, et qui vivent dans la précarité, confie Chantal Dansault-Moure, avant de poursuivre, on leur rend visite une fois par semaine. On discute, on joue, on bouge avec eux. Une visite dure à peu près deux heures, il y a même un lien d'amitié qui se crée à un moment. Ils sont contents de nous voir, ils revivent, nous leur offrons en quelque sorte une seconde vie. » En période de fortes chaleurs, les bénévoles restent vigilants avec leurs protégés, sans forcément la redouter. En effet, c'est au moment des fêtes que les personnes âgées isolées sont les plus vulnérables : « Nous organisons à Noël un repas pour qu'ils se sentent moins seuls, on offre même parfois des petits cadeaux », illustre Mme Dansault-Moure. La suite, la secrétaire de l'association l'envisage avec une pointe d'inquiétude. Si des activités sont prévues pour les prochaines semaines, une sortie à Cheverny le 1er août ou encore à Autrèche le 6 septembre, les petits frères des Pauvres de Blois et sa vallée manquent de bénévoles et d'une salle permanente. « Dans l'idéal, il faudrait que l'on soit 25 ou 30 bénévoles, pour ne plus avoir à refuser des personnes âgées. » L'association est implantée en trois temps dans le Loir-et-Cher. Une équipe est active à Vendôme depuis cinq ans, celle de Blois existe depuis l'an passé, enfin, un centre de rencontres des générations basé à Nouan-le-Fuzelier est lié à l'association. Source: Nicolas Tavares, la Nouvelle République

Dans la même catégorie