Les petits frères des Pauvres ont réveillonné à Rennes

28 décembre 2011
articles les plus récents
  • 09 juillet 2020
    Déconfinement : des retrouvailles conviviales entre bénévoles et personnes âgées isolées
    Lire l'actualité
  • 06 juillet 2020
    Des chefs de Top Chef cuisinent des repas aux personnes âgées isolées
    Lire l'actualité
  • 06 juillet 2020
    Justine Piluso : « une société qui exclut et qui isole ses aînés est une société malade »
    Lire l'actualité
Voir tout

Soixante-dix « vieux amis » étaient accueillis samedi midi au réveillon des petits frères des Pauvres.

Kir, terrine de Saint-Jacques, sauté de cerf, fromage, gâteau opéra... C'était menu de fête, samedi midi au lycée Saint-Vincent, où soixante-dix « vieux amis » sont venus réveillonner, invités comme chaque année par les Petits frères des pauvres. Et pour les accompagner, pas moins de quarante bénévoles. Avant le repas, une messe était célébrée dans le hall d'accueil du lycée. Dans l'après-midi était prévu un spectacle théâtral, proposé par des « vieux amis » et des bénévoles ayant participé à un atelier théâtre, animé par un comédien professionnel. « Une animation qui a été possible grâce à une subvention de la ville », précise François Kerjean, président de l'association. « La joie de se retrouver » Si le repas de Noël est un temps fort pour les Petits frères des pauvres, leur action se poursuit tout au long de l'année : visites à domicile, repas et anniversaires, sorties, spectacles, vacances... Des interventions auprès de personnes de plus de 50 ans isolées, moralement ou financièrement. « Le leitmotiv de l'association, des fleurs avant le pain », souligne François Kerjean. Dans l'assistance, des nouveaux venus, mais aussi des habitués de plus ou moins longue date. Ainsi Adélaïde, 87 ans, assidue depuis quinze ans déjà, « c'est la joie de se retrouver, de revoir des personnes avec qui j'ai effectué des séjours de vacances, les Petits frères pour moi c'est comme une famille. » Côté bénévoles, « c'est important de savoir donner à des personnes qui en ont besoin », explique Antoine, 29 ans, qui n'avait « rien de prévu pour Noël » et a proposé ses services à l'association. Une générosité saluée par les participants, « ils font tout ce qu'ils peuvent, il y a une vraie fraternité, c'est beau ! » Brigitte SAVERAT-GUILLARD - Ouest-France - lundi 26 décembre 2011

Dans la même catégorie