Tourcoing : l’association Les petits frères des Pauvres cherche des bénévoles

18 février 2014
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Le local de l’antenne tourquennoise des petits frères des Pauvres, situé 96, rue de Lille, a été inauguré ce lundi. Pour pouvoir rendre visite à davantage de personnes âgées, l’association a besoin de nouveaux bénévoles.

Témoignages Avant Éliane, Jean-Pierre avait pour seul compagnon son chien Bandit et les « dames qui viennent faire le ménage ». D’un naturel plutôt timide, il vit « tout seul » à la Croix Rouge car il n’a « pas de famille ». Tous les quinze jours, depuis un an, Éliane lui rend visite bénévolement. « On joue aux dominos, on parle, n’importe, explique Jean-Pierre dans un sourire. Parfois, on sort mon chien. » Ce rendez-vous, tous deux l’attendent impatiemment. « Quelque chose se crée entre nous, estime Éliane. Il s’ouvre de plus en plus, il parle beaucoup plus qu’avant. De ce qu’il a vu à la télé, des films qu’il a regardés, de son chien… Il est super gentil, j’aime beaucoup passer chez lui. » Éliane est très demandée : elle s’occupe de quatre autres personnes âgées. «Certaines ont des enfants qu’elles ne voient pas.» Elle s’adapte à chacun. «Avec Émilienne, je suis partie sur la rigolade. On se raconte des bêtises ! Jean-Pierre, c’est les dominos. Robert, il ne veut pas sortir de chez lui. Même pas pour aller au local de l’association. Je pense qu’il a peur de voir du monde. Il trouve toujours une excuse, comme ses problèmes de santé. Pourtant, ça lui changerait les idées…» « On voit vraiment la misère » Francis, lui, était animateur en maison de retraite, à Halluin, avant de devenir bénévole, il y a trois mois : « Je cherchais une association qui pratiquait surtout l’écoute. Dans mon métier, je manquais de temps. Maintenant, je peux prendre tout le temps que je veux. » Il s’occupe de cinq personnes et se fait fort de monter une activité gym (lire ci-dessous) ainsi qu’une chorale. « J’ai l’approche des personnes âgées. Ce qui m’intéresse, c’est leur vécu, entrer en empathie avec elles. Elles sont dans le besoin de contact. Souvent, en passant leur porte, on voit vraiment la misère, affective, mais pas seulement. On est un relais d’autres associations, tout en offrant un regard différent. Je connais aussi une personne qui a encore des moyens mais ne voit pas du tout ses enfants. Quant à ceux qui sont en institution, ils sont aux anges de venir à une inauguration comme celle-ci ! Ils vont nous en parler pendant des semaines ! » « Faire partie d’une famille » Marie vient de rejoindre l’équipe de bénévoles. Étant « exceptionnellement seule pour Noël », elle s’est portée volontaire pour donner un coup de main. Faire « quelque chose de différent ». Et s’est retrouvée au milieu de 300 personnes (200 personnes accompagnées et 100 bénévoles), pour une grande fête organisée à Seclin. « C’était extraordinaire ! Il y avait une ambiance, on sentait qu’on recevait autant qu’on donnait. Les personnes âgées sont en attente de chaleur. Le lien se fait tout de suite. » Pour l’instant, elle a assisté à des réunions de suivi des personnes âgées qu’organise tous les mois l’association. « On discute du relationnel mais aussi de l’hygiène et de la santé. On sert aussi à cela. » Elle qui travaille en free lance va « s’organiser » pour suivre une personne : « C’est le début, mais j’ai hâte que ça continue. J’ai déjà l’impression de faire partie d’une famille. » Renseignements auprès de la délégation de Lille, au 03 20 74 01 02. Fanny Saintot - La Voix du Nord - 17 février 2014 >> Inscription en ligne pour devenir bénévole à Tourcoing

Dans la même catégorie