Témoignage

Jacqueline, 100 ans, bénévole aux petits frères des Pauvres

22 juillet 2013
Derniers témoignages
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
  • Confinement : Henri, 78 ans, « je vis un drame »

    Confinement : « je vis un drame »

    Lire le témoignage
Voir tout

Jacqueline est née le 25 juillet 1913. C'est une vraie parisienne qui a toujours vécu à Paris, coquette, férue de lecture, fière de ses six arrière petits-enfants dont les photos tapissent un des murs de sa chambre de la maison de retraite. Presque bon pied - juste une canne pour faciliter ses déplacements-, bon œil « Mon oculiste m'a dit qu'il aimerait bien arriver à mon âge avec des yeux pareils ! »

Cent ans et bénévole aux petits frères des Pauvres depuis 10 ans Cent ans donc le 25 juillet 2013 et bénévole aux petits frères des Pauvres depuis 10 ans pour des missions administratives comme de la mise sous pli et ces derniers temps pour l'opération «Mets ton bonnet». Trier, compter les bonnets, les mettre en sacs de 100, Jacqueline a la réputation d’être infatigable, ne prend même pas le temps de s’asseoir   Je ne peux pas remplir des sacs de bonnets assise, je n’irais pas assez vite ! et ne s'arrête pas avant que le dernier petit bonnet ne soit comptabilisé. Quand j'ai pris ma retraite (elle a été teinturière pendant plus de 50 ans),j'avais tout mon temps. La retraite ça ne me disait rien. Pourquoi faire ? Pour ne rien faire ? Moi, je ne voulais pas ne rien faire. Je suis une active de nature. Alors j'ai commencé à être bénévole à la Croix Rouge. Je triais des vêtements, j'en réparais certains et puis un jour, quelqu'un m'a parlé des petits frères des Pauvres . Le bénévolat pour Jacqueline, c’est pouvoir aider, partager avec ceux qui ont moins de chance, donner et recevoir « Vous savez, souvent, on reçoit plus qu’on ne donne. On voit des gens qui ont moins que vous et qui sont accueillants et généreux ». Le bénévolat, c’est aussi la possibilité de rencontrer et d’échanger avec d’autres bénévoles comme « Madeleine. C’est vraiment une amie. Y’en a qu’une comme elle ! On s’entend très bien, on s’accorde ». Bien sûr, on ne peut pas s'empêcher de demander à Jacqueline sa recette pour être une aussi pimpante et énergique centenaire. « Ca fait quoi, un et 2 zéros ? C’est pareil qu’hier ! J’ai de la chance d’arriver à cet âge-là en étant bien. Je n’ai besoin de personne pour me laver, m’habiller, ça compte ». Jacqueline a une « bonne nature, je suis robuste », une hygiène de vie saine «bon, un petit fond de rosé le midi quand même. Je vais m’affaiblir si je ne bois que de l’eau !  » et un formidable appétit de vivre. « C’est la vie qui finira par me lâcher mais c’est pas moi qui vais la lâcher ! ». Oui, elle adore la vie, Jacqueline et explique sa philosophie : vivre l’instant présent, pas le jour présent, l’instant présent car « l’instant d’avant, il est passé, l’instant d’après, on ne le connaît pas ». La rencontre touche à sa fin. Avant de partir, Jacqueline tient absolument à offrir un verre d’eau « Il fait chaud, c’est important de s’hydrater ». Alors que souhaiter à Jacqueline ? Un très bel anniversaire (on sait déjà que les petits frères des Pauvres lui réservent une surprise ; sa famille aussi). Et de garder le plus longtemps possible cette énergie débordante et enthousiaste pour la vie. Carpe diem, Jacqueline ! Isabelle Sénécal

Autres témoignages