Témoignage

Joëlle, bénévole : ''je veille en silence''

27 mai 2016
Derniers témoignages
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
  • Confinement : Henri, 78 ans, « je vis un drame »

    Confinement : « je vis un drame »

    Lire le témoignage
Voir tout

Près de Mme X., je veille en silence. Tout est douloureux pour elle. Sans force, elle ne peut même pas chercher une position qui la soulage. Une aide-soignante passe, s’approche, me questionne du regard : « Ça va ? » puis quitte la chambre.

Une demi-heure plus tard, une autre aide-soignante passe, s’approche, se met face à la malade pour capter son regard, pose sa main sur ses mains, replace l’oreiller et lui donne quelques gouttes d’eau à boire, tire un peu les draps froissés, regarde à nouveau la malade, lui murmure quelques mots à l’oreille et quitte la chambre. La malade me regarde. Dans ses yeux brillent la lumière, la reconnaissance que cette soignante a suscitées en elle. Elle a eu l’intuition des gestes et des paroles qui réconfortent.

Autres témoignages