Témoignage

Noël : déjeuner du 25 décembre à l’Hôtel Ambassador, Paris 9ème

23 janvier 2014
Derniers témoignages
  • Yolande, 93 ans, déplore que « les personnes âgées soient infantilisées »

    Je suis en colère parce que j’ai l’impression que les personnes âgées, on les considère comme des personnes vulnérables. ​

    Lire le témoignage
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
Voir tout

Marie-Madeleine nous attend dans son fauteuil roulant. Isabelle, Laurent et François descendent les cinq étages sans ascenseur avec Marie-Madeleine dans son fauteuil : voilà de quoi se mettre en appétit !

Marie-Madeleine nous attend dans son fauteuil roulant. Isabelle, Laurent et François descendent les cinq étages sans ascenseur avec Marie-Madeleine dans son fauteuil : Voilà de quoi se mettre en appétit ! François et moi allons chercher son amie Arlette : les deux amies réunies, cap vers le boulevard Haussmann où se situe le restaurant qui nous accueille, avec un large sourire, cette année. Marie-Madeleine, Arlette, François et moi sommes installés à la même table : nous louons le luxe du décor et la chaleur de l’endroit. Les serveurs apportent une flûte pétillante comme nos yeux pour amorcer le repas. Les personnes accompagnées apprécient la qualité des plats et le ballet adroit des serveurs. La bûche légère finit d’enchanter le palais des gourmets. Les journalistes et cameramen de TF1 sinuent de table en table pour interviewer les participants à fin de présenter une séquence de cette fête de Noël au JT de 20 heures du soir. L’orchestre met une formidable ambiance : chansons reprises en chœur, danses sages et frénétiques, la chenille… Chacun participe et s’amuse. Mais, trop tôt, l’heure du départ sonne. Un peu tristes de quitter ce lieu paradisiaque, nous remontons dans la voiture de la Fraternité Paris Sud en direction du logis d’Arlette. Nous la déposons Boulevard Victor et la voiture cale : l’auto nous fait le coup de la panne ! Pas moyen de redémarrer. François pousse mais l’auto nous tient tête ! Quelques appels téléphoniques : « au secours » ! Laurent, Isabelle et Benjamin viennent pour nous aider,  Raymond, directeur de la Fraternité, arrive et tous se mettent à pousser la voiture pour la garer. Grâce à l’aide de tous les membres de la Fraternité et à tous les bénévoles sollicités au téléphone, Marie-Madeleine est enfin remontée au cinquième étage où son infirmière l’a attendue si gentiment. Même si le retour a été contrarié par la voiture capricieuse, ce fut une très belle journée de Noël, un enchantement.         Catherine Lenoble, bénévole chauffeur. 

Autres témoignages