Témoignage

Paris-Sud : retour à Morainvilliers pour les personnes accompagnées par le secteur ''Précarité''

23 avril 2014
Derniers témoignages
  • Alain, bénévole en milieu carcéral : « au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    « Au contact des détenus, j’apprends l’humanité ! »

    Lire le témoignage
  • Alexis, 17 ans, bénévole : « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    « Comment pouvons-nous laisser nos aînés en état de mort sociale ? »

    Lire le témoignage
  • Edith, 76 ans : « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne. »

    « Ce n’est pas vivre ce que je vis actuellement. Ce n’est pas marrant, je ne vois personne.

    Lire le témoignage
Voir tout

Les personnes accompagnées et bénévoles du secteur Précarité de la Fraternité Paris Sud se sont réunis ce 3 avril 2014 dans une maison des petits frères des Pauvres pour prendre un grand bol d'air !

« Nous » c’est-à-dire les accueillis de « la Villa-Juge » et de la « Maison-Relais » de la rue de la Gaîté (Paris Sud) et leurs bénévoles. On se l’était promis, parce que la dernière fois, c’était trop bien ! Et puis, comme c’est la troisième fois en moins d’un an, on commence à y avoir nos habitudes. D’ailleurs, tout y est pour plaire : un joli petit manoir du dix-neuvième à la campagne, entre un grand bois et un beau parc. Une maison propre et bien agencée. Sans oublier l’accueil du bon M. Marc et une cuisinière qui nous gâte ! Le matin, à l’arrivée, on est parti dans la nature, à la découverte du printemps et l’on en a ramené des fleurs que l’on a offertes à ces dames (« …des fleurs avant le pain ! »). Puis, pendant l’apéro, on a improvisé une consultation au sujet de nos prochaines vacances ; mais ça restait cool, car les bénévoles allaient de l’un à l’autre pour nous interroger, sans casser l’ambiance champêtre. Et après le repas, café, fumoir, télé, sieste ou parlotte à volonté, selon les goûts. Au retour, on s’est déjà promis de revenir, pour un long week-end, en septembre. Car ces activités collectives sont essentielles pour nous. Elles nous font sortir de nos abris individuels parisiens où nos soucis quotidiens nous tiennent trop compagnie ; elles soudent notre groupe dans une mutuelle découverte, toujours enrichissante. Les 19 participants du jeudi 3 avril 2014

Autres témoignages