Témoignage

Petit week-end en famille au château d'Achy

19 novembre 2014
Derniers témoignages
  • Yolande, 93 ans, déplore que « les personnes âgées soient infantilisées »

    Je suis en colère parce que j’ai l’impression que les personnes âgées, on les considère comme des personnes vulnérables. ​

    Lire le témoignage
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
Voir tout

Nous l’attendions, depuis si longtemps, ce week-end de campagne à Achy ! Il est arrivé... Au programme nous étions 25 personnes (10 aînés et 7 bénévoles pour l’Hôpital Vaugirard, 4 aînés et 6 bénévoles de Saint Germain).

Après une organisation du séjour préalable, tout était opérationnel à l’arrivée de tout le monde ce samedi 4 otobre au matin ! 3 minibus se sont acheminés vers Achy dans l'Oise et le reste des bénévoles sont venus par leurs propres moyens. D’autres sont arrivés la veille au soir pour préparer les chambres et faire les courses le samedi matin (surtout des fleurs et des gâteaux...). Chose assez curieuse : nous sommes tous arrivés en même temps ! C’est à croire que nous nous étions donnés rendez-vous chez la Comtesse (au Château, en somme...). Bien que, rappelons-nous, ce château soit devenu propriété des petits frères des Pauvres depuis 1956. Eh oui, rectifions : nous étions bien chez nous. Et quelle agréable surprise que d’être dans une si belle propriété avec ce cadre de verdure, une pleine tranquillité (pas un chat, pas une vache) à deux pas de Paris. Quel dépaysement, que du plaisir pour tous ! Certains étaient des habitués des lieux et les autres découvraient cet endroit pour la première fois mais chacun a pris rapidement ses marques. Un petit apéritif de bienvenue nous attendait suivi d’un bon repas. Et l’ambiance était partie ! Pas le temps de s’ennuyer parce qu’il fallait faire connaissance avec chacun. Après le café, nous avons profité de ce soleil exceptionnel en terrasse dans ce si grand et si joli parc. Les plus téméraires sont partis à l’extérieur en promenades de découvertes champêtres. On dirait que ça change beaucoup les habitudes de nos aînés. Pour notre part (Marie-Madeleine de Vaugirard, en fauteuil, Catherine et Isabelle) avons adoré cette promenade en pleine admiration du paysage vallonné d’une contrée agréable. Surtout, il était drôle de voir les réactions de Marie-Madeleine qui profitait pleinement du soleil, du grand air, du calme et de l’espace. Nous ne l’avons pas contrariée. Nous pensons que pour les autres, il en fut même chose. Il y en a même qui se sont tapés des côtes à grimper, en fauteuil. Quelle énergie. D’autres ont préféré lézarder en terrasse. Vers 17h00, un petit goûter a été servi, toujours en terrasse tous ensemble. Nous avons improvisé un loto dehors, mais la météo a légèrement contrarié nos plans, nous obligeant à nous retirer en catastrophe dans les salons après avoir essuyé quelques gouttes. Pas de chance, pour l’animateur de séance, il fallait tout recommencer! (on va dire que c’était un échauffement). On reconnaît toute de suite les habitués de la super cagnotte du Loto, à devoir deviner et calculer les départements parce que tout le monde s’est pris au jeu. Certains ont cherché à tricher, mais on restera très discret sur les noms. Quels beaux lots nous attendaient ! Toute une collection de cosmétiques haut de gamme attendait chacun, ainsi que quelques écharpes, gants et autres surprises. Maria a gagné un petit chat noir (un faux !) qu’elle a baptisé : « Maxou ». Le bonheur rayonnait sur son visage. Parce que Maxou va rejoindre la famille des peluches dans sa chambre à l’hôpital (une vraie ménagerie, plus grande que celle du Jardin des Plantes paraît-il ?). Tout le monde a eu un lot ou des lots. Nous avons été bien gâtés. La nuit était tombée, c’était déjà l’heure de l’apéritif suivi du dîner à 20h30. Au salon, nous avons chanté. On sentait déjà la fatigue pour certains, chacun allant progressivement dans sa chambre. Ce n’était   pas   fini   pour   autant   pour   les   bénévoles.   Le lendemain était un peu dur mais chacun avait gardé sa bonne humeur : rendez-vous des bénévoles pour le petit déjeuner à 8h30. Et c’était reparti pour la suite (un marathon de bonne humeur et de verdure)… Le réveil de nos aînés s’est fait en douceur (aucun réveil, aucun chant du coq) : chacun a son rythme. Une propriété très calme, ça change vraiment de l’hôpital ou de la solitude à la maison. Le premier levé était Claude. Puis, chacun s’était affairé au service du petit déjeuner, aux toilettes et au rangement des chambres. En matinée, au programme, nous avions un concert de musique et de chansons françaises avec Denis au piano et Chantal  au saxo, accompagnés du chœur collectif (tout le monde). Denis a rapidement abandonné la partie parce que le piano n’était pas vraiment accordé (les touches de la machine se dérobaient sous ses doigts). Mais quel talent ce garçon ! Chantal a fait beaucoup de progrès m’a-t-on dit, elle a joué du piston (des pistons) pendant plus de deux heures. Encore une fois, c’était l’heure de l’apéritif. Tous regroupés au salon, nous sommes présentés pour mieux connaître nos prénoms et dire un petit mot de notre ressenti du week end à Achy. C’était un moment convivial d’échanges, parce que chacun a pu exprimer ses sentiments sur ce que leur apportait les petits frères des Pauvres, ce qui avait changé leur vie. Et vraiment, nos vieux Amis ont tenu à remercier chaleureusement du fond du cœur ce l’association. C’était un moment sympathique d’échanges intenses. De même que pour les bénévoles, nos aînés procurent beaucoup de joie. À 13 heures, nous avons pris un déjeuner qui était copieux et excellent, avec une très belle surprise à la fin : une omelette norvégienne faite maison. Et là, on n'entendait plus personne… Le jeune cuisinier est venu. Il a été remercié pour tout son travail de préparation des repas. Les trois heures de l'après-midi ont sonné, il fallait se quitter en se promettant très vite de se revoir… car nous avons passé un très bon moment ensemble. Catherine et Isabelle

Autres témoignages