Témoignage

Portrait d'une personne accompagnée

31 octobre 2014
Derniers témoignages
  • Sans cette initiative solidaire, Thérèse, 84 ans, serait coupée de l’actualité

    « Sans l’abonnement à la Voix du Nord, je n’ai aucune information »

    Lire le témoignage
  • Comme Elisabeth, certaines personnes âgées vivent bien le confinement : « j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    « Je vis très bien le confinement car j’ai gardé ma bonne humeur ! »

    Lire le témoignage
  • Confinement : Henri, 78 ans, « je vis un drame »

    Confinement : « je vis un drame »

    Lire le témoignage
Voir tout

Bien qu'issue d'une famille de 7 enfants, nous n'avons jamais appris avec mes frères et soeurs ce qu'est vraiment une famille... et aujourd'hui je n'ai quasiment plus de contact avec aucun de mes frères et soeurs... Quittée par son mari à l'âge de 28 ans du jour au lendemain, Françoise se retrouve seule avec sa fille de 4 ans. Spirale de dépression, difficulté à retrouver du travail, mal-être profond, addictions diverses...histoire familiale et personnelle profondément douloureuse, difficile, Françoise ne voit pas le bout du tunnel. Un jour, au bout de 8 ans, son mari se manifeste, il veut voir sa fille... Comme la communication avec cette dernière est de plus en plus difficile, sa fille, à 26 ans, part habiter chez son père. Les rapports avec sa mère ne s'améliorent pas, et un jour elle lui déclare - tout de go, au téléphone - qu'elle ne veut plus jamais la revoir... Françoise ne connait que sa première petite-fille, qu'elle a vue, à l'époque où celle-ci était âgée de 7 mois. Depuis, silence radio et incompréhension du côté de Françoise devant ce mur du silence... Elle s'occupe de sa mère très âgée et très diminuée qui n'est pas en état de lui remonter le moral. Un jour, n'en pouvant plus, elle appelle les petits frères des Pauvres pour se soulager un peu et parler à quelqu'un. C'est ainsi qu'en décembre 2013, elle commence à intégrer des groupes de sorties et d'animation de l'association (cinémas, activités artistiques, etc). Cela lui fait du bien et lui donne des occasions de sortir de sa profonde solitude. Parce qu'en dehors de la compagnie de son chien et de son chat qui, souvent, la relient à la vie et l'empêchent de commettre l'irréparable, Françoise n'a pas de contacts quotidiens avec ses semblables, ou presque. Les petits frères des Pauvres aident à nouer des relations, à se remettre encore plus debout, de se prouver qu'elle vaut quelque chose et mérite le respect comme tout être humain... Et puis, surtout, tisser des liens et se sentir utile afin que l'on puisse compter sur elle et avec elle ! Françoise aide, aime se sentir.  

Autres témoignages