Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > > Houcine, retraité 74 ans : ''À part la radio et la télévision, je n'ai pas de contact''

Houcine, retraité 74 ans : ''À part la radio et la télévision, je n'ai pas de contact''

D'après la dernière étude de la Fondation de France, cinq millions de personnes sont aujourd'hui touchées par l'isolement et la solitude. Un constat encore plus marqué chez les personnes âgées, à l'image d'Houcine, retraité de 74 ans interviewé et filmé pour le quotidien Le Figaro par Mélanie Rostagnat.

Après un divorce qui s'est «très mal passé» et une longue et difficile carrière dans la restauration, les journées d'Houcine riment désormais avec solitude et ennui. «A part la radio et la télévision, je n'ai pas de contact; et c'est très long de passer la journée et la nuit tout seul», confie-t-il.

Les visites des bénévoles, ça fait passer la semaine plus vite et ça me permet de ne pas moisir

À la retraite depuis une dizaine d'années, ce Français d'origine tunisienne estime d'ailleurs, avec une fatalité désarmante, que son seul avenir est désormais «d'attendre la mort». Son unique réconfort: la visite hebdomadaire d'une bénévole des Petits frères des Pauvres. «Les visites des bénévoles, ça fait passer la semaine plus vite et ça me permet de ne pas moisir», explique-t-il, lui qui compte parmi les 10.700 personnes que l'association accompagne régulièrement tout au long de l'année en France.

Loin d'être anecdotique, la situation d'Houcine tend même à se généraliser. Selon l'étude annuelle de la Fondation de France, cinq millions de Français souffrent de la solitude, soit un million de plus qu'en 2010. Les personnes âgées sont particulièrement touchées: si 16% des plus de 75 ans étaient seuls en 2010, ils sont désormais 27%, notamment suite au décès de leur conjoint, une perte d'autonomie et/ou à l'éloignement de leurs enfants. Un phénomène qui s'accentue fortement dans les grandes villes et lors des vacances d'été où commerçants, médecins et bénévoles ont tendance à déserter.

Mélanie Rostagnat - Le Figaro - 18 août 2014

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique