Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > > > Avec ''Les fleurs de la fraternité'', les petits frères des Pauvres combattent l’isolement des personnes âgées

Avec ''Les fleurs de la fraternité'', les petits frères des Pauvres combattent l’isolement des personnes âgées

Mercredi 1er octobre 2014, Journée internationale des personnes âgées

Avec 67 000 fleurs distribuées et plus de 1 300 bénévoles mobilisés en 2013, « Les fleurs de la fraternité » sont désormais un rendez-vous important du lien intergénérationnel et de la solidarité.

Un geste simple pour rompre la solitude des personnes âgées

Mercredi 1er octobre 2014, à l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées organisée sous l’égide des Nations Unies,les bénévoles des petits frères des Pauvres vont sillonner les marchés, gares, rues, places, hôpitaux, maisons de retraite dans toute la France, afin de donner une fleur aux passants qui l’offriront à leur tour à une personne âgée souffrant de solitude ou de pauvreté. Cette manifestation, à laquelle Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, a apporté son soutien est également reprise par les équipes d’autres pays des petits frères des Pauvres, Allemagne, Canada, Espagne, Etats-Unis, Irlande, Pologne, Roumanie et Suisse.

Offrir une fleur, c’est un geste simple et symbolique, essentiel pour sensibiliser le grand public aux conditions de vie des personnes âgées les plus isolées et les plus fragiles.

Se mobiliser durablement face à l’augmentation inquiétante du nombre de personnes âgées isolées

En 2014, 27 % des 75 ans et plus sont en situation d’isolement relationnel[1], soit une progression de 11 points depuis 2010.  Pour les petits frères des Pauvres, le fait de ne pouvoir compter sur personne en cas de besoin,  l’éloignement de la famille, l’accès difficile ou impossible aux droits, services et à la vie sociale, la perte de mobilité ou de l’énergie nécessaire pour créer ou pérenniser les liens isolent les personnes âgées. D’autres facteurs favorisent également ce sentiment de solitude : le manque ou la perte de l’estime de soi, le faible niveau de ressources ou de culture, la précarité…

Agissant depuis près de 70 ans auprès des personnes âgées fragiles, isolées, en situation de pauvreté, d’exclusion et de maladies graves, les petits frères des Pauvres constatent tous les jours la perte de lien social qui frappe les plus fragiles et s’inquiètent de cette augmentation alarmante.Avec 1,5 million de personnes âgées isolées, il est important de susciter l’engagement de chacun auprès de nos aînés les plus seuls et les plus pauvres pour qu’ils retrouvent leur place au sein de notre société.

Les petits frères des Pauvres, « Avec les plus pauvres, vivre la fraternité »

L’action des petits frères des Pauvres s’inspire, partout où elle est vécue, de valeurs fondamentales : la valeur unique et irremplaçable de chaque personne humaine, la dignité de tout homme et de toute femme quels que soient leur origine, leur situation et leur état physique, psychique ou social, la liberté fondamentale de chacun, la fraternité et la fidélité dans l’accompagnement.                                                                                                                              

Les petits frères des Pauvres, association reconnue d’utilité publique, fondent leur projet sur un travail collectif où bénévoles et professionnels interagissent en collaboration avec les partenaires sociaux et médicaux.

Créés en 1946, les petits frères des Pauvres comptent 10 300 bénévoles, 539 salariés et sont présents dans la plupart des régions françaises et dans 9 autres pays. Ils aident 42 400 personnes de plus de 50 ans dont 10 700 accompagnées régulièrement. Les petits frères des Pauvres sont financés à 80 % par la générosité du public et agréés par le Comité de la Charte du don en confiance.



[1]Les solitudes en France – Juillet 2014 – Fondation de France

Témoignage de Jean-François, bénévole à Paris

Les gens à qui j’ai pu remettre des fleurs semblaient à la fois surpris par cette démarche et y adhéraient de suite cherchant à haute voix à qui ils pourraient remettre la fleur : « Je vais au bureau et je l’offrirai à une voisine ce soir ! ».

En savoir plus : http://fleursdelafraternite.petitsfreres.asso.fr

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique