Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > Les petits frères des Pauvres déplorent que les personnes âgées soient les grands oubliés du « plan Pauvreté »

Les petits frères des Pauvres déplorent que les personnes âgées soient les grands oubliés du « plan Pauvreté »

Il est urgent que l’Etat donne un signe fort à nos aînés les plus démunis et favorise une société plus inclusive et fraternelle

Les petits frères des Pauvres, association qui lutte contre l’isolement de nos aînés, déplorent que la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté exclue les personnes âgées. Si des mesures pour prévenir le non-recours aux droits, la valorisation des métiers de l’accompagnement et des mesures de lutte contre la pauvreté des plus jeunes sont les bienvenues, il est essentiel de prendre également des mesures en faveur des personnes âgées les plus démunies. Si avec des mesures adaptées et la vie devant lui, un jeune peut avoir plus de chances de sortir de la précarité, une personne âgée pauvre sans entourage restera pauvre, sans possibilité de vivre dans des conditions dignes jusqu’au bout de la vie.
 
Les petits frères des Pauvres espèrent que l’annonce d’une réflexion sur la refonte des minima sociaux concernera également l’ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées) et pourra être l’occasion de sortir les personnes âgées d’un minimum vieillesse sous le seuil de pauvreté. 
 
Les petits frères des Pauvres déplorent également que cette stratégie ne comporte aucune mesure de lutte contre l’isolement alors que la pauvreté et la perte d’autonomie renforcent l’isolement et la solitude.
 
Comme le regrette Alain Villez, président des petits frères des Pauvres, « les dernières mesures prises ont participé d’une précarisation renforcée des personnes âgées disposant de revenus modestes : baisse des APL en 2017, non revalorisation cette année, augmentation de leur participation financière pour les tutelles et curatelles, hausse étalée sur 3 ans du minimum vieillesse. Il est urgent que l’Etat donne un signe fort à nos aînés les plus démunis et favorise une société plus inclusive et fraternelle ».
 
Contacts presse 
 Meryl Le Breton, attachée de presse
 01 49 23 14 93
 meryl.lebreton@petitsfreresdespauvres.fr
 
 Isabelle Sénécal, chargée de mission plaidoyer/relations presse
 01 49 23 14 49/ 07 71 91 59 29
 isabelle.senecal@petitsfreresdespauvres.fr
 
 

En savoir plus : https://www.petitsfreresdespauvres.fr/nos-actualites/vivre-avec-1-000-euros-par-mois,-comme-marie,-86-ans.html

Actualités

Voir tout >>>

Articles du même thème

  • L’isolement des personnes âgées ne peut pas être un argument marketing

    01/06/2017   Depuis quelques semaines, le groupe La Poste propose une nouvelle offre « Veiller sur mes parents ». Cette nouvelle activité consiste à la visite payante des factrices/facteurs auprès de personnes âgées isolées. Face à cette proposition commerciale qui promet d’«éviter l’isolement des personnes âgées », les petits frères des Pauvres s’inquiètent, une nouvelle fois, de la marchandisation d’une souffrance sociale qui risque d’entraîner encore un peu plus d’exclusion. 

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique