Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > > Tous les ans, le château de Pothières devient un havre pour des personnes âgées en difficulté

Tous les ans, le château de Pothières devient un havre pour des personnes âgées en difficulté

Ils sont onze. Onze seniors en situation d'isolement ou de précarité, à vivre deux semaines au château de Pothières. À leurs côtés, treize personnes qui travaillent avec l'association les petits frères des Pauvres. Rencontre avec ces bénévoles au grand cœur dans le quotidien régional Le Bien public du 18 août.

Depuis deux semaines, c'est le branle-bas de combat au château de Pothières, qui accueille un groupe de personnes âgées venues du Val-de-Marne et de jeunes bénévoles. Ce sont les petits frères des Pauvres qui organisent ces vacances, destinées à des gens qui ne peuvent pas s'en offrir autrement.

« Pendant l'été, le château est mis à disposition du groupe. Tout est pris en main par les bénévoles, à l'exception de la cuisine », explique Dominique Billard, la directrice bénévole du séjour. « Cela comprend aussi l'entretien de la maison. Pour les treize bénévoles qui sont là, dont plusieurs sont étrangers, ce ne sont pas des vacances : cela demande de la disponibilité nuit et jour. Je suis en admiration et reconnaissante, ils donnent de leur temps pour en faire profiter des gens qu'ils ne connaissent pas. Le plus incroyable, c'est que, même si cela est très fatigant, les bénévoles reviennent. »

Pour pouvoir profiter de ce voyage, les onze seniors doivent répondre à des critères de précarité et d'isolement. Le but est, en partie, de les resocialiser. « Les plus belles choses à faire auprès de ces personnes c'est leur donner du plaisir », affirme Dominique Billard. Ce à quoi s'évertuent Maria, Tomas, Louise et les autres (lire ci-dessous). « Ici, on est comme avec des parents », précise, ému, un des bénéficiaires de ce programme. Sa voisine confirme, avec humour : « Que demander de plus, on est choyé par tous. C'est la vie de château ».

Contact Dominique Verraes, tél. 03. 80. 81. 92. 52. À savoir : Le château est aussi une maison d'accueil temporaire des personnes vieillissantes de mi-octobre à fin mars.

Lucia Rambaud (CLP) | Le Bien Public | 18 août 2016
 

Pourquoi avez-vous décidé de participer ?

« C’est une belle expérience associative » Bruno Harrivelle, 22 ans, de Versailles

« J’en avais entendu parler et je me sentais attiré par cette forme de partage, aux petits frères des Pauvres. C’est pour moi une belle expérience associative, communautaire. Nous avons eu une petite formation pour avoir les bons gestes, savoir les soulever, les aider dans des petits gestes de la vie quotidienne. »


« On apprend beaucoup » Louise Harris, 18 ans, d’Écosse


« C’est la première fois que je participe à ce projet des Petits Frères des pauvres. Les personnes âgées sont contentes de voir des jeunes, ça les stimule d’avoir des journées structurées au lieu d’être seules à la maison. En plus, on apprend beaucoup auprès d’eux. J’aime beaucoup les personnes âgées. »


« Une vraie découverte » Maria et Tomas Benito, professeurs d’espagnol et de sport, d’Espagne

« Nous voulons améliorer notre français et notre sentiment humanitaire. On apprend beaucoup sur la vie en France. En Espagne, où pourtant le niveau social est bas, le bénévolat ne marche pas. Pour nous, c’est une découverte de voir comment fonctionnent les associations en France et tous ces gens dévoués. »


« On partage de bons moments, tous ensemble » Liliane Wagner, 20 ans, de Chicago, aux États-Unis

« Je viens depuis trois ans en France. Je suis actuellement une formation en université, affaires entrepreneuriales. J’ai vu une petite annonce et j’ai trouvé l’idée supersympa. En plus, cela se passe bien et, à table, on partage de bons moments tous ensemble. »

Actualités

Voir tout >>>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir