Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > > Tourcoing : les petits frères des Pauvres manquent de bénévoles

Tourcoing : les petits frères des Pauvres manquent de bénévoles

Marie-Odile Bouchery et Delphine Tiberghien animent l’antenne tourquennoise des petits frères des Pauvres, qui est inaugurée mercredi. L’association rend visite à une vingtaine de personnes âgées esseulées.

Pourquoi créer une antenne à Tourcoing ?

Marie-Odile Bouchery : Nous sommes présents depuis un an. Il existe une antenne à Roubaix, où nous étions toutes les deux bénévoles. A Tourcoing, les besoins sont identiques au niveau de la solitude, malheureusement.

En quoi consiste votre action ?

M-O.B.  : C’est l’accompagnement de personnes dans une solitude complète. Généralement, elles n’ont pas de famille, ou bien elle est éloignée.

Delphine Tiberghien : Parfois, les enfants ne sont pas loin mais il y a une rupture familiale, des soucis qu’on ignore et qu’on ne cherche pas à savoir. Accompagner, cela veut dire être présent en visite, une fois par semaine. C’est le minimum qu’on puisse apporter. On part de cette visite pour mettre en place des sorties, des goûters, des séjours vacances. Le moment de Noël est aussi douloureux. On réunit 250 à 300 personnes à un repas régional, dans une grande salle. On fête les anniversaires. Même des choses toutes simples, un petit jus de fruit, ils n’en reviennent pas. C’est ce qui est génial dans cette action. Très peu apporte énormément. Les gens qu’on rencontre sont seuls depuis longtemps. Ils voient l’infirmière, le livreur du repas de la ville... des personnes qui n’ont pas le temps de créer du lien. Nous, on a la part amicale.

Comment rentrez-vous en contact avec ces personnes esseulées ?

M-O.B. : En arrivant à Tourcoing, nous avons contacté tous les acteurs sociaux de la ville, ainsi que la mairie. La demande est telle que nous avons une liste d’attente. Nous manquons de bénévoles. Pour l’instant, nous en avons une vingtaine.

D.T. : Il y a un noyau de base qui fait la richesse de l’association. La plus jeune bénévole a 18 ans, la plus âgée 70. Il n’y a pas que des retraités.

Quels conseils donnez-vous aux nouveaux bénévoles  ?

D.T. : Quand une bénévole arrive, elle est parrainée. On instaure des binômes. Une semaine l’une, une semaine l’autre. C’est intéressant aussi au niveau du regard  : la personne âgée ne raconte pas les mêmes choses. Lors de notre réunion d’équipe, une fois par mois, on échange sur les visites et on a des angles de vue souvent complémentaires.

Comment se passe une visite ?

D.T. : La durée d’une visite, c’est une heure. Si on applique la véritable écoute, en empathie, se concentrer est fatigant.

M-O.B. : Chaque personne est différente. Certains préfèrent parler autour d’un café, d’autres faire un jeu de société parce qu’elles n’ont pas envie de parler. D’autres encore veulent faire un tour à pied, ou du lèche-vitrine. Cela dépend de l’âge et de l’autonomie. Il faut s’adapter.

Comment formez-vous les duos bénévole-personne âgée ?

M-O.B. : On essaie de déceler la personnalité du bénévole.

D.T. : Quelqu’un de pas bavard, on va plutôt lui envoyer un bénévole qui est à l’aise. Mais rien n’est figé, on échange le plus possible. Parfois on pense que ça ne peut pas coller et ça marche. C’est la magie du lien, il suffit de pas grand-chose. Quand on rencontre une personne, on lui demande se journée type. Si elle dit qu’elle lave son assiette, et qu’ensuite elle met la télé, on se dit qu’il y a mieux à faire que d’attendre de mourir. On arrive à leur faire passer de bons moments. On partage avec eux cette joie. Ils sont pittoresques, vous savez. Ils ont toujours une expression inattendue. Ça se termine toujours en fou rire partagé. Ils nous surprennent.

Renseignements auprès de la délégation de Lille au 03 20 74 01 02.

Fanny SAINTOT Nord-Eclair 17/11/2013

«Sans elles, je ne verrais personne»

C’est une boîte de chocolats posée sur la table de la cuisine qui donne le sourire à Emilienne, 80 ans. «Je connais ses faiblesses», glisse Marie-Odile Bouchery, la responsable de l’antenne tourquennoise. Entre elles deux, une complicité évidente s’est installée. «Je demande toujours après vous», confie la vieille dame, qui reçoit à tour de rôle, une fois par semaine, la visite de deux autres bénévoles. Elle garde une affection particulière pour Marie-Odile, son premier contact avec l’association (via le CCAS), qui le lui rend bien. «Elle m’a dit, c’est vrai, vous n’allez venir que pour moi ?, se souvient Marie-Odile, émue. Les premières fois sont toujours des moments forts. Elle doit savoir que c’est réciproque, c’est toujours un bonheur. Emilienne est très sociable, toujours contente, malgré ses douleurs. Elle a un gros coeur.» Durant une heure, toutes deux papotent : «On parle de tout et de rien, explique Marie-Odile. Généralement de choses qui font plaisir, ça c’est clair. On ne parle jamais de choses tristes. Toujours de beaux projets, pour en avoir plein la tête.»

Toute sa vie, Emilienne l’a passée dans sa maison du Brun-Pain. «J’avais 3 ans quand je suis arrivée, j’en ai 80», explique-t-elle. Veuve, Emilienne a élevé huit enfants. Pourtant, «dans ma famille, il n’y a pas d’entente. C’est toujours des discussions interminables, c’est difficile.» Elle n’attendait qu’une chose : de la compagnie  : «Je ne suis jamais sortie de ma vie». En raison de problèmes de santé, elle ne peut pas marcher seule, dans l’attente d’un fauteuil roulant. Nuit et jour, la télé est allumée  : «Les journées sont longues, le soir n’arrive jamais. Ça dure, ça dure, ça dure...»

Elle attend impatiemment les visites des bénévoles, qu’elle aimerait plus fréquentes : «Sans elles, je ne verrais personne. Je peux leur dire merci.» Et cet été, pour la première fois de sa vie, elle est partie en vacances, dix jours dans l’Oise, au château d’Achy, avec les petits frères des Pauvres, un séjour dont elle garde un souvenir mémorable : «C’était la vie de château  !». Le 30 octobre, Emilienne a fêté ses 80 ans avec les bénévoles. Un peu de monde, un gâteau, des boissons. C’était un grand jour. Bientôt, il y aura le repas de Noël. Elle vient de recevoir l’invitation à un goûter qui aura lieu lors de l’inauguration de l’antenne de l’association, mercredi  : «Je vais être tellement heureuse, on dirait que je suis déjà là-bas.»

Actualités

  • Inauguration de nouveaux locaux

    08/11/2017   L’équipe « Accompagnement Vers le Logement » de la région Hauts de France a inauguré de nouveaux locaux fin septembre 
  • Un bon cru pour la vente de Lille

    03/11/2015   La grande vente biennale de Lille qui s'est tenue les samedi 24 et dimanche 25 octobre 2015 a comme à son habitude remporté un joli succès. En termes de fréquentation, mais aussi de volume des ventes, lequel reste très acceptable au vu de la morosité actuelle du marché de l'antiquité / brocante.  
  • Le Comité d'Entreprise de Douglas France remet trois chèques de 35 000 €

    21/05/2015   Les petits frères des Pauvres, mais aussi La Croix Rouge et le Secours Catholique ont reçu chacun 35 000 € du Comité d'Entreprise de Douglas France. 
  • Le 7 juin 2015, le Cyclothon des petits frères des Pauvres fête son 20ème anniversaire !

    13/05/2015   Le Cyclothon, c’est un grand rassemblement fraternel ayant pour objectif principal de récolter des fonds pour permettre aux personnes que nous accompagnons de partir en vacances. Dans la région, l’association dispose de 3 maisons de vacances à Cassel, Wissant et Achy.
    C’est aussi l’occasion de mieux connaitre l’association et de la soutenir dans ses actions ! 
  • Région Nord : Ambiance de retrouvailles au bal du Printemps des petits frères des Pauvres

    25/03/2015   Le printemps a aussi fait son entrée chez les petits frères des Pauvres réunis dimanche aux Salons Kennedy. Chaleur et fraternité régnaient au sein de cette gigantesque fête de famille. Reportage photos et impressions sur le site du quotidien La Voix du Nord. 
Voir tout >>>

Evénements

Voir tout >>>

Articles du même thème

  • Philippe, 59 ans quitte son logement insalubre grâce aux petits frères des Pauvres

    26/10/2011   Créée par les petits frères des Pauvres pour le logement des personnes de plus de 50 ans en situation de précarité, «Champ Marie» est acteur de la médiation locative et contribue par son action auprès de partenaires bailleurs (publics, privés et «Bersabée») à l'insertion sociale et au mieux-être des personnes exclues. Retour sur action, avec le parcours de (re-)logement de Philippe. 

Témoignages


Voir tout >>>

Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir