Recevez par mail toute l'actualité petits frères des Pauvres
Pourquoi s'abonner ?
  • Votre adresse ne sera ni vendue, ni échangée
  • Désinscription en un seul clic
Contact
> > > Reportage au Patio à Grézieu-la-Varenne

Reportage au Patio à Grézieu-la-Varenne

Hébergement social

L'âge et l'isolement renforcent les situations d'exclusion. C'est pourquoi, depuis 63 ans, les petits frères des Pauvres accompagnent la solitude des personnes vieillissantes qui souffrent de pauvreté et de grande précarité. Pour répondre à leurs besoins, l'association met en place des solutions innovantes d'accueil, de séjour, et de logement. Ainsi, dans le Rhône, le Patio propose à des personnes marginalisées et souffrant de handicap psychique des logements individuels regroupés. Celles et ceux qui ne trouvent pas leur place à l'hôpital, en hébergement d'urgence ou en maison de retraite sont ici chez eux.

Le 03 juillet 2009

Le pragmatisme comme point de départ

PFP a toujours mené un développement pragmatique, ce que François-Xavier Turbet Delof, directeur adjoint de PFP-AGE résume ainsi : "Nous sommes implantés là où un projet de terrain a été porté par des gens du réseau et relayé par des partenariats locaux". Le Patio ne déroge pas à la règle. C'est à 20 km à l'ouest de Lyon qu'un lieu de vie a été ouvert en février 2008 pour des personnes en souffrance psychique, marginalisées par des années passées dans la rue. A l'origine du projet, un constat partagé par l'ensemble des acteurs de l'accompagnement des situations d'urgence : le nombre croissant de personnes de plus de 50 ans en structures d'hébergement d'urgence. Cela révèle un dysfonctionnement : la finalité de lieux conçus pour être transitoires finit par être détournée.

Quelle alternative inventer alors ?

Après des années d'errance, les personnes vieillies prématurément et touchées par un handicap psychique ou psychosocial ne trouvent pas de réponse adaptéeà leur situation. La vie en appartement autonome n'est pas envisageable après un long passé en structures collectives. Partager le quotidien de personnes grabataires au sein d'une maison de retraite serait inapproprié pour des quinquagénaires. Quant aux résidences sociales et maisons relais, elles ne sauraient accueillir des personnes aussi déstructurées et désocialisées. "Pour que ces personnes cessent d'être accueillies par défaut dans des lieux de vie, qui ne répondent pas à leurs besoins, il fallait imaginer autre chose" confie François Auffray, directeur du Patio.

Une réponse de logement pour ceux qui n'en ont pas

La Fraternité de Lyon et PFP-AGE ont été les porteurs de ce projet novateur. PFP a créé un lieu de vie original adossé à la bâtisse de la Résidence Charmanon, structure d'accueil temporaire et de vacances de 20 lits existant depuis 1985 : le Patio, 10 logements regroupés autour de parties collectives. C'est une structure hybride, à la croisée des métiers de l'hébergement des personnes âgées, de l'aide aux personnes marginalisées et d'accompagnement à la sortie d'hôpitaux spécialisés.
La précarité au quotidien nourrit les situations d'urgence ; pour en sortir, il faut donc inscrire le résidant dans une perspective, lui permettre de se projeter dans la durée dans un cadre qui prenne en charge le handicap psychique. Pour assurer le passage de la rue au logement, aménager un sas est nécessaire."Passer de l'errance à la sédentarité suppose que la personne qui vient au Patio accepte de se poser". Après plus d'une année de fonctionnement, les résidants viennent et restent au Patio. C'est un premier constat positif et l'expérimentation peut se poursuivre, notamment avec le soutien du conseil général du Rhône qui finance, par le biais d'un prix de journée, l'aide sociale départementale destinée aux personnes handicapées. Une convention tripartite avec les partenaires des secteurs social et médical et une convention de coopération avec l'Hôpital psychiatrique Saint-Jean de Dieu assurent la continuité des réponses apportées aux besoins spécifiques des résidants.

L'équilibre des justes milieux

La force du Patio, c'est sa souplesse, son potentiel d'adaptation aux besoins de chacun. Ici tout le monde a son logement au sein d'une structure où la présence du personnel est assurée 24 heures sur 24 et 365 jours par an.
L'alternance entre partie privée (un studio de 17 à 20 m2 avec cuisine et salle de bains) et espaces collectifs (cuisine salle à manger, salon et jardin) permet à chacun de s'autonomiser à son rythme. "Rien n'est automatique, c'est la liberté de choix qui ouvre des possibilités" précise François-Xavier Turbet Delof. François Auffray souligne "l'importance du cadre contractuel : un contrat mensuel et tacitement reconduit".

Pas trop contraignant dès l'entrée pour qui a peur de s'engager, mais assez stable pour rassurer. Un juste milieu, en quelque sorte, pour un premier contact avec un "vrai" logement qui marque la sortie des situations d'urgence. Cet entre-deux est aussi géographique. La localisationà Grézieu-la-Varenne, dans un village résidentiel, en retrait de l'agglomération, comporte des avantages et des inconvénients aux yeux des résidants. Véronique L.(2) se trouve "trop loin de Lyon et de tout" même si elle apprécie de pouvoir partir cet été en vacances dans le Var, au sein d'une résidence PFP. Paul S.(2), au contraire, savoure le calme et le plaisir d'habiter au Patio, s'estimant "incapable d'assumer un appartement ailleurs". Pour le directeur, "être à Grézieu-la-Varenne n'est pas neutre : on est ici suffisamment proche de Lyon pour entretenir des liens, et suffisamment éloigné pour pouvoir se détacher d'une vie antérieure." L'accompagnement social et médical repose d'ailleurs sur des professionnels venus de Lyon qui connaissent les résidants et leurs parcours. Ils peuvent ainsi garder des liens, des références qui comptent, tout en vivant à une distance qui engage à tourner une page. La coupure physique sans rupture avec les liens antérieurs est le compromis qui doit permettre le passage à la vie sédentaire. Et dans cette vie nouvelle à construire, la participation des bénévoles est un atout majeur, il constitue pour François Auffray "une ouverture concrète sur l'extérieur, la vie ordinaire faite d'échanges entre individus". Un pas essentiel vers l'autonomisation.



(1) les petits frères des Pauvres - Association de gestion des établissements, créée par PFP pour gérer à l'échelle nationale 27 de leurs établissements
(2) Les noms des personnes ont été modifiés pour préserver l'anonymat

Publié trois fois par an (novembre, mars, juin), le magazine "Action habitat" est une publication de l'Union des professionnels de l'hébergement social (UNAFO). Il est diffusé gratuitement aux professionnels de l'hébergement social, aux collectivités locales, aux pouvoirs publics, et aux partenaires institutionnels et associatifs.

Au sommaire du n°24 -(été 2009) un dossier "précarité sociale et vieillissement" avec un reportage au Patio, chez les petits frères des Pauvres à Grézieu-la-Varenne.

Témoignages


Voir tout >>>
Je veux donner

Je veux être bénévole

Les annonces emplois des petits frères des Pauvres

Je veux être volontaire Service Civique

Grâce à Romain, la solitude dde Suzanne n'est plus qu'un lointain souvenir

les petits frères des Pauvres Infos décembre 2016