44 rue de la Chine, on se reconstruit

22 février 2012
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Dans sa dernière livraison, le bulletin municipal d'arrondissement Le Paris du 20e revient sur la récente ouverture de la Maison de famille des petits frères située rue de la Chine dans le 20e arrondissement de Paris

Située au 44 rue de la Chine, la Maison de l'association de gestion des établissements des petits frères des Pauvres, fer de lance de la solidarité, propose, aux personnes de plus de 50 ans en situation d'isolement ou de grande précarité, l'un des 23 studios allant de 14 à 21 m², entièrement neuf et équipé. Si la mairie du 20e a soutenu et accompagné ce projet dès l'origine, c'est grâce au financement exceptionnel de la Ville de Paris (DASES) et de l'Etat (DRIHL), qu'un poste supplémentaire d'animateur socio-éducatif a pu être créé afin d'accueillir les résidents dans les meilleures conditions possibles. Cette pension de famille, au coeur du quartier de Pyrénées, a pour objectif l'insertion sociale des personnes âgées sans logement. Des activités dans la pension de famille et, en dehors, sont proposées aux résidents sans aucune obligation de participation pour que chacun reprenne goût à la vie en collectif, et gagne en autonomie. De plus, un accompagnement précieux des bénévoles vient compléter ce travail de fond. Ici, des trajectoires de vie différentes se croisent et cohabitent dans la plus grande harmonie. « Malgré leur situation et leur histoire difficile, les résidents s'épanouissent et sont ravis d'être parmi nous », insiste Aleks Wasieczko, responsable d'établissement de la pension de famille. Et, comme par magie, une véritable solidarité de voisinage s'est mise en place au grand plaisir d'Aleks Wasieczko qui souligne son étonnement devant l'accueil des résidents. « Spontanée, saine et immédiate, voilà comment je qualifierai notre intégration dans le quartier. » L'élan de générosité est tel que l'association est pourvue en aides de toutes sortes. Dans le 20e, la solidarité a un sens et une existence, la maison des petits frères des Pauvres en est un bel exemple. Le Paris du 20e N° 57 | hiver 2011

Dans la même catégorie