À 83 ans, Jacqueline attend aussi ses vacances

13 août 2014
articles les plus récents
  • 01 avril 2020
    Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent
    Lire l'actualité
  • 01 avril 2020
    À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus
    Lire l'actualité
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Alors qu'une personne âgée sur cinq souffre d'isolement, Les petits frères des Pauvres les aident à les sortir de cette solitude quotidienne par le biais des « vacances solidaires ».

Comme chaque jour, Jacqueline a le regard tourné vers la fenêtre. Elle observe l'extérieur du cinquième étage de son appartement, dans le quartier du Blosne à Rennes. Assise dans son fauteuil, dans un coin du séjour, elle passe le plus clair de son temps à lire ou tricoter. Mais cet été, l'impatience se lit sur le visage de Jacqueline. Dans quelques jours, elle fera sa valise pour partir en vacances. Rien de plus banal en plein été. Mais pour elle, « c'est inédit ». « Je ne me plains pas » Veuve depuis 1993, elle a longtemps souffert de la solitude. « Avant, j'allais en vacances à Dinard ou à Paris. Toute ma famille est là-bas, ici je n'ai personne. Mais ça fait des années que je n'y suis pas allée ». À 83 ans, son état de santé limite aussi ses déplacements. « Mes problèmes respiratoires m'empêchent de sortir et j'ai du mal à marcher. À Dinard, il y a trois étages à monter pour arriver dans l'appartement, je n'en suis plus capable. » D'ailleurs, une personne est en charge de faire ses courses. « Mais ça, ça ne m'embête pas trop, dit-elle en souriant. C'est juste que je ne vois pas grand monde en restant ici. À part aller chercher mon courrier, je ne bouge pas. » Heureusement, ses voisins lui rendent visite régulièrement, notamment Jacques, lui aussi retraité. « Il vient chaque jour avec son chien, ça me fait de la compagnie. » De nombreux dessins multicolores ornent les murs de son salon. Jacqueline n'a jamais eu d'enfants. Mais souvent, les petites filles de sa voisine viennent la voir. « Elles m'appellent la mamie d'à côté, ça me fait sourire. » Autant de personnes qui rendent sa vie moins monotone. D'ailleurs, elle ne se plaint pas : « D'autres de mon âge sont vraiment seuls, moi je ne suis pas malheureuse ». Et ce qui apporte un peu de chaleur dans la vie de cette Rennaise, c'est son implication dans l'association Les petits frères des Pauvres depuis 2006. À l'époque, son assistante sociale avait établi le premier contact entre Jacqueline et les bénévoles, et pour elle c'était « une rencontre inattendue ». Depuis, sa mission est de répondre au téléphone pour « soutenir les personnes dans le besoin. On se remonte le moral mutuellement » sourit-elle. « Je passe des heures au téléphone à discuter, ça me plaît vraiment. » Régulièrement, une bénévole lui rend visite à domicile pendant quelques heures pour discuter. C'est un moment très attendu par Jacqueline : « J'étais aide-soignante dans un hôpital psychiatrique, alors le contact avec les gens, c'était mon quotidien. Cette visite est très importante pour moi. » Cette année, si elle part en vacances, c'est grâce aux petits frères des Pauvres. Une première pour elle depuis 2006. Début septembre, elle passera une semaine dans une maison de campagne près de Nantes, avec une vingtaine d'autres participants. Impatiente, elle « compte les jours. Il y a toujours une bonne ambiance quand on se retrouve ». Au programme, des activités, des balades, et surtout « le grand air ! Je ne l'ai pas pris depuis bien longtemps ». Les petits frères des Pauvres, 33 et 64, avenue Parmentier 75011 Paris. Tél.: 0149231300. Jennifer CHAINAY - Ouest-France - 13 août 2014

Dans la même catégorie