Accompagner en réseau…… et même parfois en pointillés

12 septembre 2014
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

René Stefani président de l'équipe de Mazamet/Aussillon attire notre attention sur le fait que parmi les personnes qui sont signalées à notre attention, certaines éprouvent des difficultés à entretenir une relation de confiance régulière. Il pose donc la question Comment réagir face à cette difficulté ?

Une fois établi un contact qu’on a pu croire spontané et riche, il arrive quelquefois que ces personnes en grande souffrance nous rejettent et s’éloignent. La raison de cette perte de confiance est malheureusement toujours la même : pour se protéger d'un monde où elles se sentent incomprises, ces personnes développent une grande méfiance envers tout changement d'environnement, toute intrusion dans leur sphère privée. Et, à force de se protéger, elles coupent tout lien avec la vie sociale. Comment réagir face à cette difficulté ? Je pense qu’il nous faut faire preuve d’humilité et de persévérance : certes le lien est distendu, mais il n’en est pas pour autant rompu. L’action de nos différents partenaires en permet le maintien. Le lien est ainsi entretenu par plusieurs acteurs, plusieurs équipes, prenant en charge l'accompagnement au gré du bon vouloir de la personne et de ses possibilités. L’accompagnement en réseau permet en effet de fournir à la personne une aide appropriée qui lui permet de poursuivre son parcours, aussi chaotique soit-il, en raison des souffrances endurées. Posons-nous la question de fond : cela vaut-il la peine de déployer autant d'efforts pour aboutir à une rechute, avec l’impression frustrante de revenir à la case-départ ? Le simple fait de se poser cette question permet d’y répondre : d’abord, nous ne sommes pas certains de repartir de zéro. Ensuite, l’amélioration, même éphémère, de la vie de ces personnes, leur permet de souffler un peu. De connaître autre chose. Un peu d'humanité sans doute ! Nous sommes certainement trop impatients. Il faut leur laisser un temps, qui à nous peut paraître très long, pour qu’ils intègrent notre présence dans leur  propre vie. Accompagner en réseau, c'est aussi se ressourcer auprès de l'équipe mais également auprès des partenaires. Se poser permet de tenir le coup, d'analyser la situation… et de repartir du bon pied ! René Stefani  

Dans la même catégorie