Alfortville

Alfortville - Rencontre avec François Camilleri, bénévole engagé

03 novembre 2016
articles les plus récents
  • 04 juin 2020
    #PlusJamaisInvisibles : un mouvement pour que nos aînés ne retombent pas dans l’oubli
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Covid19 : nos aînés pessimistes sur la poursuite de l’élan de solidarité post-crise
    Lire l'actualité
  • 04 juin 2020
    Selon notre rapport inédit, 720 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement
    Lire l'actualité
Voir tout

Impliqué depuis février 2015 au sein des petits frères des Pauvres, François Camilleri fait partie de la nouvelle équipe de bénévoles qui a porté le projet d’installation de cette association dans la commune.

Créée il y a 70 ans et implantée depuis avril 2015 à Alfortville, elle intervient auprès des plus de 50 ans en situation précaire et agit pour combattre leur isolement en organisant des activités en journée, des séjours de vacances et des visites à domicile ou des échanges par téléphone. De quand date votre engagement ? J’ai décidé de devenir bénévole lorsque j’ai pris ma retraite. J’avais besoin de m’engager pour donner un sens à ma vie en aidant les gens en situation difficile. De par mon activité professionnelle, j’ai eu quelques contacts avec les petits frères des Pauvres ; c’est pour cette raison que je les ai sollicités pour leur faire part de mon souhait de m’impliquer à leurs côtés. Qu’est-ce que cela vous apporte ? L’association a pour devise “Des fleurs avant le pain”. Les valeurs portées sont celles de la relation humaine et de l’estime de l'autre. Cela apporte une grande richesse des échanges avec les personnes accompagnées qui ont des parcours, des expériences très différents. Travailler en équipe et faire partie d’un collectif, tant dans la prise de décision que dans la mise en oeuvre des projets, sont très enrichissants. Chacun apporte ce qu’il peut, notamment en termes de temps, car tous les bénévoles ne sont pas retraités… On a besoin de recevoir et de donner : les associations offrent cette possibilité d’échange entre bénévoles et personnes accompagnées. Le MAG - octobre 2016 - alfortville.fr

Dans la même catégorie