Antibes : de la dignité retrouvée

05 février 2013
articles les plus récents
  • 01 avril 2020
    Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent
    Lire l'actualité
  • 01 avril 2020
    À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus
    Lire l'actualité
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Le quotidien Nice-Matin présente l'action goûter coiffure, organisée une fois par trimestre dans les locaux des petits frères des Pauvres à Antibes. Les personnes qui le désirent peuvent être coiffées à cette occasion. La demande ne manque pas. En mars, une convention sera signée entre l’association et les petits frères des Pauvres de Nice.

Une table longue. À un bout, miroirs, peignes, brosses, ciseaux, tondeuses, sèche-cheveux. C’est l’atelier coiffure. À l’autre bout, c’est dégustation de pâtisseries. Une fois par trimestre, Jonathan, ses amis formateurs et leurs élèves interviennent chez les petits frères des Pauvres à Antibes. Prochainement, une nouvelle convention permettra le même style de collaboration avec la branche niçoise de l’association. Les coups de ciseaux et de peignes se multiplient. Les paroles aussi. «Il s’agit souvent de personnes seules. Elles ont besoin de parler.» Chargée des ressources humaines et de la communication, Sandy récapitule : « C’est la cinquième fois que nous intervenons ici. Seulement pour des coupes. Nous n’avons pas le matériel pour faire plus. » Jonathan complète : « Nous demandons cent euros par an à l’association. Cinquante pour l’adhésion. Cinquante pour la convention. Si on nous sollicite pour des interventions supplémentaires, nous demandons quinze euros. Juste pour couvrir nos frais de déplacement et de stationnement. La prestation est gratuite. » Bénévoles chez les Petits frères des pauvres, Amal et Joseph apprécient. Exemplaire « Cette action permet d’aider encore plus les personnes accompagnées, victimes de la précarité et de l’isolement. Elle entre parfaitement dans la mission d’aide à l’amélioration de la qualité de vie. Ce que font ces jeunes est exemplaire. C’est remarquable. Ils sont dynamiques. Efficaces. Ils font plaisir à tout le monde. » Amal et Joseph en profitent pour passer un message. Ils ont besoin de bénévoles. Besoin d’un local qui permettrait de stocker le mobilier et l’électroménager tenu à disposition des bénéficiaires de l’association. Tél. : 04.93.74.90.15. - pfp.antibes@petitsfreresdespauvres.fr Gérard PORCHERON (gporcheron@nicematin.fr) - Nice Matin - 5 février 2013

Dans la même catégorie