Béziers : Chantal et Éric solidaires des dames âgées isolées

24 décembre 2013
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

Avec les petits frères des Pauvres, Chantal et son mari ont choisi de s’occuper de personnes isolées ... Ils ont ouvert leur porte pour le réveillon de Noël à Annie et Suzanne.

Ils ont ouvert leurs portes pour le réveillon de Noël. Mon mari est en retraite de la gendarmerie, il était maître chien. Moi, je tiens des stands saisonniers. Aujourd’hui, nous sommes avec les huîtres, sur le parking du caveau de vente du domaine de La Bachellerie à la Giniesse. C’est super sympa de leur part de me laisser la jouissance de cet espace. Je serai encore présente de vendredi à mardi prochain. Et, à partir du printemps, je reviendrai avec les asperges et les cerises. Chaleureuse et sympathique, Chantal est aussi un peu pudique : Nous avons toujours voulu aller au-devant des autres. Alors, lorsque l’association de solidarité des petits frères des Pauvres a installé une antenne sur Béziers, avec Éric, ils ont adhéré. Pas seules pour Noël Ma mère, qui a 81 ans, est toujours bénévole des Petits frères, un de mes frères y a travaillé. Ma famille est loin, mais n’est pas du tout isolée, nous sommes nombreux. Alors, mardi soir, c’est tout naturellement qu’une des filles de Chantal est allée chercher Annie et Suzanne, deux dames âgées et sans famille proche, afin qu’elles ne passent pas le réveillon de Noël toutes seules. La soirée s’est déroulée tout naturellement avec ses deux mamies d’adoptions pour les enfants du couple, leurs conjoints, et les deux petites-filles, Léane, 5 ans, et Ambre, 1 an. Avoir quelqu'un C’est naturel de faire du bien autour de soi. Tout à l’heure, j’ai vu passer un clochard avec tous ses sacs et j’ai eu un élan vers lui, mais ce n’est pas raisonnable. Nous ne pouvons pas accueillir tout le monde, même si c’est le soir de Noël. Chantal se raisonne. Avec les petits frères des Pauvres, elle et son mari ont choisi de s’occuper de personnes isolées et pas forcément pauvres. Eux peuvent apporter de la présence, des attentions, de la chaleur humaine : Annie et Suzanne veulent et ont besoin d’avoir quelqu’un. La présence se fait toute l’année. Chantal va voir les deux dames le plus régulièrement possible, parfois un simple coup de fil suffit , et elle est en binôme avec une autre personne : Nous nous arrangeons suivant nos emplois du temps. Des liens se créent et les échanges apportent quelque chose aux deux parties. Chaque personne a autour d’elle des gens isolés. Dans sa rue, dans son immeuble, il suffit de faire attention aux autres et d’être généreux. Les petits frères des Pauvres ont créé une antenne sur Béziers, il y a maintenant quelques années. Le siège est situé rue Parmentier. Nous sommes une bonne équipe. Il y a une vingtaine de bénévoles et c’est vraiment sympathique et chaleureux. C’est grâce aux Allées des associations que cela a vraiment pris de l’ampleur et c’est bien. Chantal et Éric ne regrettent pas leur choix, pour eux, cette démarche est naturelle. Des gens biens, comme tout le monde aime à en croiser. Emmanuelle Boillot - Midi-Libres 24 décembre 2013  

Dans la même catégorie