Chalon-sur-Saône : Pauvres, âgés, isolés et quand même vacanciers

08 juin 2010
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

Chaque année, l'association «Les petits frères des Pauvres» relance sa campagne «Vacances d'été», l'occasion pour les personnes âgées les plus démunies de changer d'air. A la permanence chalonnaise des petits frères des Pauvres, c'est l'effervescence. Ce jour-là, les bénévoles mettent la dernière main aux préparatifs avant le départ de 13 personnes âgées pour un séjour de 10 jours à Damgan dans le Morbihan.

La présidente Brigitte David connaît son affaire, elle participe depuis 1998 à cette aventure qui permet deux fois par an a des personnes de plus 50 ans, parmi les plus démunies de connaître aussi le plaisir des vacances.Sortir de la routine« Cela peut paraître superficiel quand on sait que le public auquel nous nous adressons vit parfois dans l'exclusion et un dénuement extrême, mais pourquoi pas les fleurs avant le pain. C'est en tout cas notre devise» explique Brigitte David. «Nous demandons juste à ces personnes de pouvoir grimper deux marches. Celles du bus. Pour le reste, tout est pris en charge par l'association. »«C'est chaque fois une expérience unique et inoubliable. Les personnes âgées ont tant à raconter, à nous apprendre. Certains qui ont habituellement des problèmes lourds de santé, ont un regain surprenant de bien-être et de vitalité, on ne l'explique pas, le bonheur peut-être » s'enthousiasme un des bénévoles.Pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer, les petits frères des Pauvres organisent également des actions quotidiennes de proximité dans les villes où ils sont implantés.Pour l'instant en Saône-et- Loire, la seule antenne est celle de Chalon«Nous nous occupons d'une trentaine de personnes âgées que nous choisissons parmi les plus isolées et démunies. Elles vivent encore dans leur propre appartement, en résidence ou foyer logement » explique Brigitte David. L'effectif peut sembler dérisoire face aux besoins réels, mais nous manquons de bénévoles ». Au programme de l'association des rencontres autour d'un goûter, d'un jeu ou d'un repas au restaurant. Il ne s'agit pourtant pas de simples loisirs proposés au sein d'un club, mais d'un véritable accompagnement dans la durée et souvent jusqu'à la fin de la vie. D'ailleurs quand la personne ne peut plus se déplacer, le lien est maintenu par des visites à domicile au moins une heure par semaine. «Aujourd'hui encore plus qu'hier avec l'éclatement des familles, certains souffrent d'une extrême solitude» souligne Jean-Paul Barret, responsable de l'association pour la Bourgogne-Franche-Comté. «C'est triste, mais il m'est déjà arrivé d'être la seule personne présente le jour de l'enterrement »Des maisons de vacances ou de convalescence. Depuis 1950, date à laquelle le fondateur Armand Marquiset aménage sa maison natale pour recevoir «ses vieux amis», les petits frères des Pauvres n'ont cesse de se mobiliser pour offrir des vacances aux personnes de plus de 50 ans, isolées et fragilisées. De connotation clairement catholique à sa création, l'association, reconnue d'utilité publique, accueille désormais des bénévoles qui viennent de tous horizons. L'association qui vit de dons et de legs, possède 18 résidences où sont organisés les séjours d'été mais aussi des hébergements temporaires pendant l'hiver pour les personnes les plus isolées ou en convalescence. Deux résidences sont installées en Saône-et-Loire a Gigny-sur-Saône et Jully-les-Buxy, une en Côte-d'Or à Pothières.Appel aux bénévoles L'association des petits frères cherche à renforcer son équipe chalonnaise et aimerait se développer sur Mâcon et en milieu rural. Quelques bénévoles tentent aussi actuellement de créer une antenne sur Chagny. Si vous êtes interessé, contactez Jean-Paul Barret au 03.80.50.14.96 ou Brigitte David au 06.78.33.24.31.Martine MoreauArticle extrait du Journal de Saône-et-Loire - édition du 22 mai 2010

Dans la même catégorie