Des ateliers beauté à petit prix pour regonfler le moral des personnes âgées isolées

23 juillet 2019

Sylvie a pu profiter de soins esthétiques, accompagnée de son bénévole Jean-François. © Petits Frères des Pauvres de Lyon

articles les plus récents
  • 05 décembre 2019
    8 réutilisations de petits bonnets en laine pour Noël
    Lire l'actualité
  • 05 décembre 2019
    Pour quel type de bénévolat êtes-vous fait ?
    Lire l'actualité
  • 05 décembre 2019
    4 raisons qui font que les bénévoles des Petits Frères des Pauvres sont plus heureux qu’ailleurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Se faire belle pour les personnes âgées isolées en situation de précarité, c’est un cadeau précieux qui fait du bien au moral et permet de retrouver sa dignité. Grâce à un partenariat entre les Petits Frères des Pauvres de Lyon et la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône, coiffure et manucure sont désormais accessibles pour le plus grand bonheur de nos personnes accompagnées.

« Les Petits Frères des Pauvres soignent le cœur et le corps », remercie Sylvie, 62 ans. Depuis avril 2019, cette dame accompagnée par les Petits Frères des Pauvres de Lyon a pu bénéficier de soins de coiffure à deux reprises. Le tout à des sommes modiques. Comment ? La Société d’Enseignement Professionnel du Rhône (SEPR), la Métropole de Lyon et les Petits Frères des Pauvres ont signé une convention pour faire bénéficier les personnes âgées isolées de soins esthétiques à des tarifs accessibles. De jeunes apprentis peuvent ainsi s’exercer au métier tandis que nos aînés en situation de précarité se font chouchouter. 

Se sentir valorisée

Nos aînés prennent aussi plaisir à soigner leur apparence et retrouvent confiance en eux. « Je n’aime pas être avec mes cheveux blancs. La coiffure, ça fait quelqu’un ! » affirme Sylvie. 

Avec un parcours de vie difficile et l’isolement qui favorise une baisse de l’estime de soi, les personnes âgées peuvent se refermer sur elles-mêmes et n’osent plus aller chez le coiffeur ou à la manucure. « Elle était heureuse comme tout. Ça lui met du baume au cœur ! », se remémore Jean-François, le bénévole de Sylvie. « Pour ces personnes démunies, c’est un moyen de se sentir valorisées », précise-t-il.

« J’ai fait une grosse dépression il y a 3 ans. Depuis que les Petits Frères des Pauvres m’accompagnent, ça m’apporte beaucoup… », avoue-t-elle.

Pour Sylvie, cela représente aussi bien sûr une économie substantielle « j’ai payé 8 € pour une coupe, couleur et brushing au lieu de 38 € dans une chaîne de coiffure », ce qui n’est pas négligeable pour les petites retraites… 

>> Partagez cet article sur Facebook et Twitter

L’esthétique, point commun entre jeunes et aînés

Selon Sylvie, cette prestation est aussi indispensable sur le plan esthétique que sur le plan relationnel : « c’est chaleureux et nous sommes bien accueillis. En plus, ce sont des jeunes qui nous coiffent alors c’est très enrichissant pour moi », ajoute-t-elle. Violaine Pressiat, coordinatrice pédagogique du pôle beauté de la SEPR, chargée de la relation avec les entreprises, confirme cette envie de mixité entre générations : « Il s'agit de créer des liens intergénérationnels. Les professions en question sont basées sur le service. Il est alors important d'"éduquer" les étudiants à la bienveillance, de s’ouvrir aux soins de l'autre » indique-t-elle à Lyon Mag.

Notre soixantenaire compte d’ailleurs bien continuer à profiter de cette offre « je continuerai pour la coiffure mais je testerai aussi la manucure ! Cela fait une sortie et cela m’arrange bien de me retrouver en société de temps en temps… », sourit-elle.

Dans la même catégorie