Ils se sont engagés pour briser l’isolement des aînés : 6 bénévoles témoignent

03 décembre 2021
Bénévoles Petits Frères des Pauvres

Ces bénévoles expliquent la raison de leur engagement au sein des Petits Frères des Pauvres. © Marion Dunyach / Constance Decorde / Romain Didier

articles les plus récents
  • 21 janvier 2022
    Sans Internet, isolées… quand les personnes âgées peinent à se faire vacciner
    Lire l'actualité
  • 20 janvier 2022
    Ces testateurs vous donnent 4 bonnes raisons de faire un legs aux Petits Frères des Pauvres
    Lire l'actualité
  • 17 janvier 2022
    Blue Monday : les astuces bonne humeur de nos aînés
    Lire l'actualité
Voir tout

À l’occasion de la Journée mondiale du bénévolat ce 5 décembre 2021, les Petits Frères des Pauvres donnent la parole à leurs bénévoles. 6 d’entre eux vous expliquent pourquoi ils ont souhaité nous rejoindre et briser l’isolement des personnes âgées à nos côtés. Témoignages.

Rejoindre les Petits Frères des Pauvres. C’est le souhait de milliers de bénévoles chaque année. Grâce à vous, nous pouvons lutter contre l’isolement. Et ce qui motive tant de volontaires à nous rejoindre, d’après notre 3e baromètre réalisé en collaboration avec Recherches et Solidarité en octobre 2021 auprès de 1543 bénévoles, c’est en premier lieu, les rencontres avec les personnes âgées (66 %). Le sentiment d’utilité sociale vient en 2e position. Enfin, le fait de permettre à l’Association d’assurer ses missions à 32 % les satisfait également. 

6 bénévoles expliquent la raison de leur engagement au sein de notre Association et ce qu’ils y trouvent.

Céline, bénévole en Ehpad à Nanterre (92)

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Céline visite des personnes âgées en Ehpad. © Constance Decorde / Petits Frères des Pauvres

Céline est une jeune étudiante bénévole pour les Petits Frères des Pauvres de Nanterre (92). Elle intervient en Ehpad un dimanche sur deux pour animer un atelier avec des personnes âgées. Pour elle, la crise du coronavirus a été un déclic : « c’est la crise sanitaire qui m’a fait devenir bénévole ! C’est cette pandémie qui a renforcé mon envie de faire ça. J’ai commencé en décembre 2020, et depuis, on ne s’est pas arrêté, même pendant les confinements de cette année. La crise du covid m’a fait réaliser ce que c’était que l’isolement, parce que nous les jeunes, on a aussi été isolés. Mais en fait, c’est ce que vivent quotidiennement les personnes âgées ! »

Siaka, bénévole qui visite des aînés isolés à Marseille (13) 

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Siaka est très investi dans la lutte contre l'isolement. © Marion Dunyach / Petits Frères des Pauvres

Siaka est bénévole depuis janvier 2020 au sein des Petits Frères des Pauvres de Marseille (13). Conscient de l’importance du lien social, il a voulu briser l’isolement des aînés au sein d’une association. « J’ai toujours voulu donner de mon temps à des personnes vulnérables. Plus on vieillit et plus on s’affaiblit physiquement. Moi, j’ai de la force, je peux aider. Et même si on a notre vie, on a toujours un peu de temps libre à donner, même 1h ou 2, pour aider son prochain. Je veux partager mon temps libre avec les personnes vulnérables. C’est vraiment l’Association que je voulais intégrer »

>> Lire toute l'interview de Siaka

Pascale, bénévole qui anime des ateliers collectifs à Nanterre (92)

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Pascale organise des ateliers créatifs. © L.Trujillo / Petits Frères des Pauvres

Briser l’isolement des aînés en utilisant sa créativité ? C’est possible chez les Petits Frères des Pauvres et c’est ce qui a séduit Pascale. Au sein de son équipe à Nanterre (92), elle anime des ateliers collectifs de loisirs créatifs et de yoga sur chaise. « J’y ai trouvé la possibilité d’utiliser ma créativité au service de personnes qui prennent plaisir aux activités que je propose et qui y gagnent en estime de soi et en ouverture d’esprit. »

Cyril, bénévole ponctuel de séjours vacances 

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Cyril aime les rencontres qu'il peut faire en séjours vacances. © Pascal Simonin / Petits Frères des Pauvres

Cyril est bénévole vacances pour les Petits Frères des Pauvres. Ces séjours sont l’occasion de faire des rencontres et découvertes toujours très riches… « Je voulais faire du bénévolat. C’est mon père qui m’a emmené et me voilà ! Je n’ai pas d’activité en ce moment donc ça me laisse du temps pour les autres. J’ai accompagné au quotidien pendant des années pour les Petits Frères des Pauvres mais maintenant depuis 2 ans, je ne fais plus que les séjours vacances. C’est mon 16ème séjour vacances en 8 ans, depuis 2012. C’est intéressant, il y a de nouveaux contacts à chaque fois. Aucun séjour ne se ressemble. Parfois, je retrouve des personnes d’année en année, ça fait plaisir de se revoir ! »

Mickaël, bénévole pour des visites aux aînés en Guadeloupe

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Mickaël s'est rendu compte que des personnes âgées avaient « juste besoin de discuter et de rigoler ». © Romain Didier / Petits Frères des Pauvres

Mickaël a choisi de rejoindre l’équipe récemment constituée en Guadeloupe pour briser l’isolement des personnes âgées sur l’île. « Je me suis engagé car c'est intéressant d'échanger avec les personnes âgées. Elles ont énormément de choses à nous raconter que ce soit sur notre patrimoine historique mais aussi sur leur manière de penser du monde actuel ainsi que des astuces traditionnelles en jardinage par exemple. », explique-t-il.

Jean-François, bénévole qui anime des ateliers musique à Suresnes (92)

Témoignages de bénévoles : journée mondiale du bénévolat

Jean-François fait partager sa passion de la musique aux aînés. © L. trujillo / Petits Frères des Pauvres

Jean-François, passionné de musique, a notamment organisé des ateliers musique à distance pendant les confinements. Pour lui, l’Association lui permet de lier sa passion et lutte contre l’isolement. « Je suis sensible à l’isolement des personnes âgées. J’ai senti qu’il y avait des initiatives que je pouvais prendre grâce à mes connaissances musicales. C’est une manière personnelle de pouvoir aider, et ainsi d’amener du bonheur. » 

 

À LIRE AUSSI :

Dans la même catégorie