Le Centre de rencontre des générations porte bien son nom...

16 novembre 2011
articles les plus récents
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
  • 14 octobre 2020
    En 2019, plus de 36 500 vies de personnes âgées isolées changées grâce à la générosité de nos donateurs
    Lire l'actualité
Voir tout

Cela commence par un fait divers sordide : 3 jeunes de 15, 16 et 17 ans insultent des personnes âgées, leur jettent des pierres et leur crachent dessus dans un square à Romorantin (41). La justice est saisie et préconise de faire effectuer à chacun des 3 jeunes « une mesure de réparation ».Le Centre de Rencontre des Générations / petits frères des Pauvres est sollicité par la Protection Judiciaire de la Jeunesse comme terrain pour le déroulement de cette mesure. Nous acceptons ! Et l'équipe se prépare pour cet accueil.

Jérémy A., accompagné par ses parents, arrive vendredi 28 octobre 2011 à 9 heures. Les parents repartent... 15 ans, arrogant, farouche, la casquette bien enfoncée sur les yeux… la journée s'annonce difficile pour lui comme pour nous. Elle commence par une présentation de l'histoire des petits frères des Pauvres et du Centre de Rencontre des Générations (« il y a des gens qui donnent leurs biens pour des vieux !... ») devant un jus d'orange. Elle se poursuit par la visite du Centre du sous-sol au 1er étage (« C'est beau ici, ça ressemble pas aux maisons de retraite que je connais »). Au détour de la visite nous croisons Françoise, bénévole, qui lui explique ce qu'elle fait ici, ses motivations. Jérémy va de découvertes en découvertes… « Je connais personne qui donne de son temps, je sais pas ce que ça veut dire bénévole ». Le garçon commence à parler, essayons d'aller plus loin... Je lui demande de faire comme moi quand on va croiser des Personnes Agées, dire « bonjour » en serrant la main, ou toucher la main quand serrer est impossible. Il s'exécute, au début avec réticence, dégoût, appréhension puis le geste devient plus aisé… Je crois même déceler de la tendresse quand il touche Madame G., grabataire qui ne peut plus communiquer. Je le « lâche » à 10h30 dans la « maisonnée des Renards » avec Alice, Maîtresse de Maison. Il entre dans le tourbillon de l'EHPAD : aide puis sert les petits déjeuners, apprend à manier les fauteuils roulants et amène 6 personnes âgées à la lecture du journal, apprend à Madame M. à utiliser son téléphone pour lire ses messages, amène les personnes âgées en salle à manger, déjeune à la table de 4 personnes âgées qui lui posent plein de questions auxquelles il répond :« je suis en « stage découverte » pour la journée !, non je ne vais plus à l'école », ramène les personnes âgées dans leur chambre pour la sieste, manipule le lève malade avec Gaëlle, aide-soignante, pour coucher 3 Personnes Agées, complète les fiches repas de la semaine suivante de plusieurs résidents en échangeant individuellement avec eux, descend à la lingerie avec Alice puis livre le linge dans les chambres, prépare et sert le goûter. Il est 16h50. Je récupère Jérémy pour le bilan de sa journée. Il me raconte tout ce qu'il a fait, sa casquette est dans sa poche, il me regarde droit dans les yeux, s'exprime fort et distinctement (à table les résidents lui ont expliqué qu'il faut leur parler comme ça car ils sont sourds). Il rayonne… . « Jeudi je retourne à l'école car ça me plairait d'être aide-soignant » ! Et il me demande : « est-ce que je peux revenir aux vacances de Noël pour aider ? ». Chantal MOURE, directrice du Centre de Rencontre des Générations  

Dans la même catégorie