Les personnes âgées nous disent ce qu’elles pensent du bénévolat en soins palliatifs

12 octobre 2020
Fin de vie : les bienfaits du bénévolat

Les personnes âgées témoignent des bienfaits que leur apportent le bénévolat des Petits Frères des Pauvres pendant leur maladie. © BlurryMe/ Shutterstock.com

articles les plus récents
  • 26 octobre 2020
    Les jeux vidéo, la nouvelle ordonnance pour nos aînés ?
    Lire l'actualité
  • 16 octobre 2020
    La crise, facteur aggravant de précarité : nos aînés témoignent
    Lire l'actualité
  • 15 octobre 2020
    Coronavirus en Ehpad : préserver le lien social coûte que coûte !
    Lire l'actualité
Voir tout

Lorsque la maladie les touche ou que la fin de vie approche, les personnes âgées accompagnées par les équipes de soins palliatifs des Petits Frères des Pauvres se sentent entourées et soutenues. Elles témoignent des bienfaits que ce bénévolat leur apporte.

Le bénévolat vous fait oublier la maladie

« D’être malade m’a appris que les gens autour de moi ont peur de la maladie. Ce qui m’impressionne chez les bénévoles, c’est qu’ils viennent sans peur. Ils ont une grande réceptivité. Avoir quelqu’un de fiable, c’est apporter une forme de guérison à la personne qui va le recevoir. Car quand quelqu’un vient comme ça, vous oubliez que vous êtes malade et donc vous allez vers un mieux », France, personne accompagnée. 

Les bénévoles en soins palliatifs, une famille choisie

« Je vis l’engagement du bénévole qui vient me visiter comme un partenariat, beaucoup plus que comme un assistanat […] pour moi les Petits Frères des Pauvres, c’est une famille choisie, voire une famille de remplacement, dans une période de vie où la maladie s’est installée. », Paulette, personne accompagnée à domicile.

Moi ça m’aide au quotidien dans ma maladie et ma solitude. 

Un échange avec les bénévoles d’accompagnement en fin de vie

« Accepter de vieillir, ce n’est pas facile. La maladie quand elle est arrivée, je ne pensais pas qu’un jour ça m’arriverait. La dépendance vis-à-vis des autres, ça m’insupporte ! Le bénévole m’accompagne juste en marchant… ça c’est bien. Je parle en marchant, ça permet de faire une pause, on se raconte nos vies, c’est un échange, j’aime bien apprendre des autres », Alain, personne accompagnée.

Une aide contre la solitude et la maladie

« Je trouve que c’est une vocation. C’est incroyable de faire ça. Donner son temps comme ça. Les bénévoles sont tout le temps souriantes, avenantes. Il faut qu’elles s’adaptent à nous… et puis moi qui raconte tout plein de trucs ! Moi ça m’aide au quotidien dans ma maladie et ma solitude. On a quand même des personnes sur qui on peut compter, on n’est plus tout seul », Thérèse, personne accompagnée à domicile.

Soins palliatifs : les bienfaits du bénévolat

Contre la maladie et l'isolement, le bénévolat aide. © Photographee.eu/ Shutterstock.com

Ils nous soulagent de notre souffrance

« Les visites des bénévoles m’apportent beaucoup de bien. Cela m’aide à tout supporter la maladie, l’isolement, et surtout en moment avec le virus, ça fait du bien. C’est la vie, le lien social. Ça ne m’arrive pas souvent ici, de discuter avec les gens. Sans les Petits Frères des Pauvres, ce serait trop dur. Maintenant, c’est un besoin vital. C’est encore plus important quand est malade parce qu’on est furieux contre la maladie et on sait que les personnes qui viennent nous voir, nous soulagent de cette souffrance. Avec les bénévoles, on n’est pas jugé… parce que la famille, même pas en rêve ! Moi ils m’ont laissé tomber. Heureusement qu’il y a les Petits Frères des Pauvres, je n’ai qu’eux. J’attends impatiemment leurs visites, comme ça la semaine passe plus vite. C’est aussi un lien avec la vie extérieure, ils sont là pour moi, pour me dépanner si besoin. », Louise, personne accompagnée à l’hôpital. 

Avec les bénévoles des Petits Frères des Pauvres, une belle amitié

« Les Petits Frères des Pauvres ce n’est pas du copinage, c’est une amitié enracinée », Ghislaine, personne accompagnée.

Les visites à domicile, du soleil au quotidien

« Dans un premier temps, ça m’a apporté un peu de soleil dans ma grisaille de tous les jours », Hervé, personne accompagnée à domicile.

C’est encore plus important quand est malade parce qu’on est furieux contre la maladie

Des bénévoles à qui l’on peut parler à cœur ouvert

« Si je n’avais pas eu ces visites, malgré l’aide de mes 2 enfants, ça aurait été encore plus dur. J’ai pu parler à cœur ouvert avec eux. C’est même plus facile que de parler avec la famille. On se livre mieux quand on a confiance et qu’on sent très bien que ces gens ne viennent pas par curiosité mais par générosité pour vous apporter quelque chose et on l’apprécie énormément », Andrée, personne endeuillée à domicile.

Une fin de vie dans la dignité et le respect

« Le meilleur, dans ma vie, là, c’est vous, Zelda, ce sont les bénévoles Petits Frères des Pauvres qui m’aident à prendre en charge ma santé, ce sont les salariés qui continuent à se mobiliser pour m’assurer un toit. Tout ça dans la dignité, dans le respect », Arlette, personne accompagnée.

 

Dans la même catégorie