Logement : les petits frères des Pauvres reçus par la ministre Duflot

07 mars 2013
articles les plus récents
  • 01 avril 2020
    Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent
    Lire l'actualité
  • 01 avril 2020
    À l'étranger, les Petits Frères des Pauvres continuent de briser l'isolement pendant le coronavirus
    Lire l'actualité
  • 27 mars 2020
    Confinement : Un partenariat RCF Petits Frères des Pauvres pour lutter contre l’isolement des personnes âgées
    Lire l'actualité
Voir tout

Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, a reçu lundi 4 mars, le président des petits frères des Pauvres pour s'entretenir sur les expériences, les attentes et les difficultés liées à nos différentes actions dans le domaine habitat/logement.

Accompagné d'Armelle de Guibert et Nicole Cauchard, respectivement directrice et présidente de la fraternité Paris-St Maur et de François-Xavier Turbet Delof, adjoint de direction pfP-AGE, Michel Chegaray a pu présenter notre action à destination des personnes de plus de 50 ans en illustrant nos propos avec la note « Habitat, quand précarités et vieillissement renforcent la solitude », qui met en évidence trois points pour nous essentiels. (1) En premier lieu, la nécessité d'une offre de logement diversifiée à destination des personnes âgées. Cela implique de privilégier la création de lieux de vie plutôt que de lieux de soins, de proposer des alternatives entre le maintien dans le domicile et les grandes structures médico-sociales type EPHAD, et de soutenir la mixité en prévoyant des contingents de logements sociaux dans les opérations immobilières. (2) Le second point fait ressortir le besoin de structures transitoires spécifiques pour des personnes marginales vieillissantes. Passer de la rue au logement de droit commun, est une succession d'étapes qui sont la plupart du temps indispensables pour retrouver confiance et reconstruire un projet de vie, comme en témoigne le projet de logements transitoires à Nantes, travaillé avec les associations de l'urgence sociale. (3) Nous avons enfin signifié à la ministre l'incohérence de certaines rigidités administratives qui démobilisent les personnes accompagnées, telles celles qui dans le cadre de l'application de la loi DALO (droit au logement opposable), ne reconnaissent plus les personnes qui entrent en logement accompagné (résidence sociale ou logement en intermédiation locative comme Champ Marie) comme prioritaires pour accéder à un logement pérenne. (4) Madame Duflot a pris note de nos questions et propositions. Elle nous a proposé de collaborer aux travaux de préparation de la future loi « logement et Urbanisme » afin de permettre une plus grande adaptabilité des dispositifs et faciliter le développement de « logement accompagné », se situant entre le logement classique et les dispositifs d'accompagnement lourd (EHPAD, CHRS…). Elle a insisté sur la nécessité d'être dans l'invention et l'imagination pour ensuite adapter la loi. François-Xavier Turbet Delof | Pôle Habitat | 06 mars 2013

Dans la même catégorie