Lyon, action militante pour dénoncer les effets de la fin de la Trêve hivernale et le début des expulsions locatives

16 avril 2014
articles les plus récents
  • 20 mai 2020
    Déconfinement : n’oublions pas nos aînés isolés et vulnérables !
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    Vidéo : un célèbre footballeur surprend Odette, 96 ans, pour son anniversaire
    Lire l'actualité
  • 19 mai 2020
    4 questions sur les obsèques d’une personne seule
    Lire l'actualité
Voir tout

Alerter le public sur les conséquences de la fin de la trêve hivernale et le début des expulsions locatives ou des remises à la rue, voilà l’action que nous avons menée ce mercredi 9 avril au sein du collectif «Les associations Unies de Rhône-Alpes pour une nouvelle politique du logement et de l’hébergement».

Nous avons investi la place Louis Pradel à Lyon pour proposer la visite d’un appartement « hors les murs ». Un dispositif jugé parfois insolite mais surtout provocateur car terriblement évocateur de toute une vie, parfois de famille, qui va à la rue. Il n’a pas manqué d’interpeller le public. Un public nombreux auprès duquel les bénévoles présents des différentes associations ont pu dire qu’il n’est pas normal que l’on remette des centaines de personnes à la rue avec les conséquences dramatiques que cela comporte et notamment sur l’état de santé de ces personnes. La rue tue : au moins 60 personnes en grande précarité de l’agglomération lyonnaise meurent chaque année. Et tous ensemble, acteurs associatifs,  nous voulons mettre fin à cette politique du thermomètre qui veut que le 31 mars tout s’arrête, l’hébergement saisonnier est une aberration, les personnes sans-abris meurent autant l’été que l’hiver. Nous demandons, nous autres associations, pour ne plus avoir à gérer l’urgence dans l’urgence : Un accès à un logement abordable, pour cela, que l’état réaffecte les sommes engagées dans certains dispositifs temporaires couteux, dans des dispositifs d’hébergement suffisants en nombre et pérennes La mise en place d’une véritable politique de prévention des expulsions Une mobilisation de logements par la construction et la rénovation. Nous avons accueilli plus de 300 personnes en un après-midi dans cet appartement qui n’en était plus un. Merci à toutes et tous. Alain, bénévole de notre association auprès de personnes vivant à la rue et membre de notre groupe de travail Habitat a porté notre parole auprès des journalistes. Le Crieur public, tout de bleu vêtu comme à l’accoutumée, un personnage haut en couleur et très apprécié de l’arrondissement a guidé le public dans une visite du quartier en contant la pas si belle histoire de la fin de la trêve hivernale, de ses expulsions locatives et remises à la rue.

Dans la même catégorie